Batterie de Cornouaille

Désignation

Dénomination de l'édifice

Ouvrage militaire

Titre courant

Batterie de Cornouaille

Localisation

Localisation

Bretagne ; Finistère (29) ; Roscanvel

Références cadastrales

D 736 à 738

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

4e quart 17e siècle, 19e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1684, 1813

Description historique

En 1680, les ingénieurs Ferry, Sainte-Colombe et Mollart envisagent d'établir un fort sur la roche de Mengant, un îlot de l'échine rocheuse qui s'allonge au milieu du goulet de Brest et oblige les navires à serrer les côtes. L'entreprise s'avère impossible du fait de la violence des courants. Le projet de construire deux batteries de côte croisant les feux, la batterie du Léon au nord (dénommée Mengant par la suite) et celle de Cornouaille au sud, se substitue au fonrt à la mer initialement prévu. La construction de la batterie de Cornouaille débute en 1684, à proximité d'un premier ouvrage de même type édifié en 1666 par le duc de Beaufort. Interrompue faute de crédits mis au profit de l'arsenal de Brest et de la batterie du Léon, elle ne reprend qu'en 1693 pour s'achever en 1696. La batterie est un ouvrage curviligne long d'environ 250 mètres, constitué d'une plate-forme adossée à la falaise et soutenue par une escarpe qui repose sur le roc. Elle est bordée par un parapet aux extrémités formant deux flancs très courts. Transformée en batterie-barbette entre 1840 et 1870, elle est complétée en 1888 par une batterie de rupture sous roc. En 1813, une tour-réduit type 1811 est construite sur la hauteur de la falaise, destinée à surveiller la mer et à la défense en cas d'attaque terrestre. La grande batterie de Cornouaille est un ouvrage de première importance jusqu'à la fin du 19e siècle pour assurer le verrouillage de l'entrée du goulet de Brest. Elle témoigne de façon remarquable du savoir-faire des ingénieurs placés sous l'autorité de Vauban et constitue un exemple unique d'adaptation aux évolutions de l'armement.

Protection

Nature de la protection de l'édifice

Classé MH

Date et niveau de protection de l'édifice

2013/04/25 : classé MH

Précision sur la protection de l'édifice

La batterie et les vestiges militaires présents sur le site (notamment la batterie de Beaufort, la tour-modèle de type 1811 et les pièces françaises et allemandes) avec leurs sols d'assiette, en totalité (cad. D 736 à 738) : classement par arrêté du 25 avril 2013

Nature de l'acte de protection

Arrêté

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété de l'Etat

Affectataire de l'édifice

Établissement public de l'Etat

Précisions concernant l'affectataire de l'édifice

Conservatoire de l'espace littoral et des rivages lacustres

Références documentaires

Date de rédaction de la notice

2013

Cadre de l'étude

Recensement immeubles MH

Typologie du dossier

Dossier de protection

1/6
Batterie de Cornouaille : Vue générale nord-ouest depuis la mer
Batterie de Cornouaille : Vue générale nord-ouest depuis la mer
© Ministère de la Culture (France), Direction Régionale des Affaires Culturelles de Bretagne, Diffusion restreinte
Voir la notice image