Château de Saragosse

Désignation

Dénomination de l'édifice

Château

Titre courant

Château de Saragosse

Localisation

Localisation

Centre-Val de Loire ; Cher (18) ; Limeux

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Centre

Lieu-dit

Saragosse

Références cadastrales

1997 A 162 à 164, 166, 167

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En village

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

Limite 14e siècle 15e siècle ; 1er quart 16e siècle ; 1ère moitié 17e siècle

Auteur de l'édifice

Description historique

L'histoire du lieu noble de Saragosse se confond avec celle des familles Dumoustier et Dorsanne, anciennes familles du Berry issues de la Bourgeoisie. La construction du château actuel, au début du 16e siècle, sur des fondations plus anciennes, est due aux Dumoustier, des écuyers qui possédaient la terre de Saragosse depuis le milieu du 14e siècle. La maison seigneuriale reprend le parti traditionnel des demeures de plaisance construites en Berry par la petite noblesse après la guerre de Cent Ans et dont le type perdure jusqu'au milieu du 16e siècle. Etablie sur une plate-forme fossoyée, elle présente un logis de plan massé rectangulaire, cantonné de tourelles, avec tour d'escalier implantée dans l'axe de la façade. Des bâtiments de service sont répartis dans la cour fermée par des courtines, s'ouvrant à l'ouest par un ouvrage d'entrée. Un fossé, au nord, sépare la plate-forme carrée de la cour du château de la basse-cour ; un second fossé, au sud, sépare de l'enclos adjacent du jardin, enclos par un fossé plus étroit. Le château est annoncé par une avenue. Cette maison-forte endommagée par les Ligueurs, comme en témoigne la reconstruction en 1592 du pavillon d'entrée, fut modernisée sous Henri IV ou Louis XIII, pour la famille Dorsanne qui l'acquit en 1604. La porte de la tour d'escalier du logis reçut un riche décor mêlant avec fantaisie les souvenirs de la Renaissance et l'influence du baroque. Le colombier a été construit entre 1646 et 1715. Une galerie à arcades, détruite après 1891, remplaça la courtine nord, tandis que le pignon nord du logis et sa façade postérieure prirent une ordonnance classique, symétrique, simplement marquée par les encadrements des baies, à bossages et refends, formant chaînages, et les bandeaux séparant les niveaux. L'organisation de cette résidence seigneuriale qui témoigne de son évolution jusqu'à sa vente comme bien national à la Révolution, est encore pour l'essentiel préservée.

Protection et label

Nature de la protection de l'édifice

Inscrit MH partiellement

Date et niveau de protection de l'édifice

1997/11/24 : inscrit MH partiellement

Précision sur la protection de l'édifice

Façades et toitures du corps de logis ; façades et toitures des bâtiments des communs ; ouvrage d'entrée et mur qui le relie au bâtiment nord des communs ; plate-forme du château, c'est-à-dire la cour avec le mur nord ainsi que la terrasse portant les vestiges de la tour quadrangulaire nord-est ; ancien jardin et douves ; "place" devant le château, traversée par l'allée d'arrivée ; façades et toitures du bâtiment de la basse-cour ; colombier (cad. A 162 à 164, 166, 167) : inscription par arrêté du 24 novembre 1997

Nature de l'acte de protection

Arrêté

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de rédaction de la notice

1997

Cadre de l'étude

recensement immeubles MH

Typologie du dossier

Dossier de protection

1/5