POP

Plateforme ouverte du patrimoine

Phare de Terre-Nègre

Désignation

Dénomination de l'édifice

Phare

Titre courant

Phare de Terre-Nègre

Localisation

Localisation

Nouvelle-Aquitaine ; Charente-Maritime (17) ; Saint-Palais-sur-Mer

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Poitou-Charentes

Références cadastrales

AV 207

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

2e moitié 18e siècle

Siècle de campagne secondaire de consctruction

2e quart 19e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1775 ; 1838

Description historique

Au 18e siècle, l'accroissement du commerce maritime à Bordeaux impose un balisage de l'entrée de la Gironde. Selon les sources, le phare est élevé en 1772 ou de 1775 à 1778. Aligné avec le clocher de Saint-Palais, il permet d'éviter la " Barre à l'anglais ". Un premier feu provisoire est installé en 1838 au sommet de la tour de Terre Nègre, dans une baraque en bois. Le feu est entretenu par un gardien qui loge, dès 1840, dans une maison construite au pied de la tour. En 1842, la baraque sommitale est remplacée par un feu définitif. Les travaux consistent en la démolition de la voûte de la chambre haute de la tour et compléter l'escalier existant jusqu'à la terrasse sommitale. En 1851, un second feu est installé en alignement avec Terre Nègre, sur la falaise. Ce feu secondaire sera reconstruit en charpente en 1852, puis en maçonnerie en 1865. En 1900, l'exhaussement du phare de Saint-Georges rend inutile l'alignement de Terre Nègre. Le feu de la falaise est démoli mais le phare est conservé et sert à délimiter plusieurs passes grâce à un code de couleurs obtenues par la pose de verre coloré sur la lanterne et sur le garde-corps de la terrasse. Dans la seconde moitié du 19e siècle, la maison au pied du phare est agrandie vers le sud pour englober la tour. Le phare est une tour cylindrique de 27m de hauteur, construite en grandes assises de calcaire coquillier. Des meurtrières à piédroit chanfreinés sont percées en travée. Le couronnement est une dalle de béton dont le débord forme larmier et que surmonte un garde-corps en fer. L'escalier à noyau est logé dans une cage cylindrique dont la base est dotée d'un trou de mine (1939-1945) transformé en placard. La lanterne octogonale, à armature métallique (fer et bronze) présente des tôles en inox (récentes) dans lesquelles ont été remises en place les anciennes bouches d'aération en laiton. La coupole, en cuivre avec armatures en fer, conserve sa boule de décompression des gaz. L'optique, assez récente, est composée d'anneaux dioptriques horizontaux.

Protection et label

Nature de la protection de l'édifice

Inscrit MH

Date et niveau de protection de l'édifice

2011/04/15 : inscrit MH

Précision sur la protection de l'édifice

Le phare et ses dépendances, en totalité, ainsi que le sol de la parcelle correspondante (cad. AV 207) : inscription par arrêté du 15 avril 2011

Nature de l'acte de protection

Arrêté

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété de l'Etat

Affectataire de l'édifice

Ministère chargé de l'écologie, de l'énergie, du développement durable et de la mer

Références documentaires

Date de rédaction de la notice

2011

Cadre de l'étude

Typologie du dossier

Dossier de protection

1/2