POP

Plateforme ouverte du patrimoine

Phare de Chauveau

Désignation

Dénomination de l'édifice

Phare

Titre courant

Phare de Chauveau

Localisation

Localisation

Nouvelle-Aquitaine ; Charente-Maritime (17) ; Rivedoux-Plage

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Poitou-Charentes

Références cadastrales

Domaine public maritime, non cadastré

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

2e quart 19e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1842

Description historique

L'importance du trafic lié au port de La Rochelle et la dangerosité des rochers de Chauveau et de Lavardin ont conduit la commission des phares de 1825 à préconiser la construction de tourelles pour signaler ces écueils. Une simple balise est d'abord posée à Lavardin. Après plusieurs proposés par l'architecte Garnier et supervisés par l'ingénieur Potel, la commission opte pour la construction conjointe d'une tourelle sur le rocher de Lavardin (1841) et d'une tour gardiennée aux rochers du Chauveau. Le feu est allumé le 1er mars 1842. En 1872, un faisceau rouge de 30° de distance angulaire équipe le phare. En 1906, un feu fixe blanc est installé, composé d'une optique de 0,50m de focale et d'une lentille directionnelle de 0,1875m de focale. En 1935 est installé un feu à occultations (2+1), toutes les deux secondes à deux secteurs blancs et rouge. Le phare est automatisé en 1968 avec la mise en place d'un aérogénérateur. Le phare est une tour trompette de 27,30m au-dessus de la mer. Le plateau sur lequel il se dresse est protégé du large par le pertuis et peut être accessible lors des grandes marées. Son couronnement est constitué d'un astragale, d'une gorge elliptique, d'un larmier et d'une cimaise. Initialement prévue pour être pleine et porter un fanal, la tour va être gardiennée. Elle comprend cinq pièces successivement séparées par des calottes en pierre de taille. L'accès d'une pièce à l'autre se fait au moyen d'une échelle de meunier disposée dans un segment cylindrique et appliquée contre le mur de la tour. L'ameublement s'adapte à la forme circulaire de la tour. Le phare de Chauveau reprend un modèle inspiré des Britanniques et mis en oeuvre par Léonce Reynaud au phare des Héaux à Bréhat (1837), considéré comme le modèle parfait.

Protection et label

Nature de la protection de l'édifice

Inscrit MH

Date et niveau de protection de l'édifice

2011/04/15 : inscrit MH

Précision sur la protection de l'édifice

Le phare en totalité (cad. domaine public maritime, non cadastré) : inscription par arrêté du 15 avril 2011

Nature de l'acte de protection

Arrêté

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété de l'Etat

Affectataire de l'édifice

Ministère chargé de l'écologie, de l'énergie, du développement durable et de la mer

Références documentaires

Date de rédaction de la notice

2011

Cadre de l'étude

Typologie du dossier

Dossier de protection