Oppidum de la Cloche

Désignation

Dénomination de l'édifice

Oppidum, site archéologique

Titre courant

Oppidum de la Cloche

Localisation

Localisation

Provence-Alpes-Côte d'Azur 13 Pennes-Mirabeau (Les)

Références cadastrales

BR 46

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

Haut-Empire

Description historique

Situé au nord de la chaîne de la Nerthe, à 235 m d'altitude, cet oppidum domine la voie qui conduisait de Marseille à Arles par Septèmes au carrefour d'une route traversant la chaîne. A 99 % sur la commune des Pennes Mirabeau, la parcelle s'étend jusqu'au bout du vallon où se trouve la voie qui aboutit dans une entrée en chicane. Il est fouillé depuis les années 70 par Louis Chabot qui l'a exploré sur près de la moitié de sa superficie. La fortification, scandée de tours carrées et d'un avant-mur est connue depuis quelques années. A l'intérieur sont disposées selon la pente du terrain et avec une certaine habileté les habitations et les rues en escalier. La présence de tessons résiduels indique une première occupation au 3ème-2ème siècles mais dont aucune structure n'en subsiste. Les vestiges visibles proviennent d'une reconstruction à la fin du 2ème siècle et d'un abandon vers 50 av J-C que l'on associe au siège de César contre Marseille. Comme Entremont pour la période précédente, il offre l'image instantanée d'une petite ville à cette époque charnière, durant laquelle, entre la prise d'Aix et la fondation d'Arles, pendant trois quarts de siècle la présence romaine est restée diffuse. Quelques points méritent d'être soulignés : L'existence d'une citerne d'une contenance de 60 000 litres, répartie en deux volumes, pour l'enduit desquels, on a, pour la première fois sur un oppidum, utilisé du mortier de chaux. Comme à Entremont on a ici l'évocation du rite des têtes coupées des ennemis dont on voulait capter la force. Elles étaient accrochées à l'entrée pour impressionner les visiteurs. Posidonios en voyage à Marseille vers 100 av J-C, rapporte ce rite qu'il pourrait avoir observé à la Cloche. Pour expliquer la reconstruction du site à la fin du 2ème siècle, on peut évoquer enfin la grande peur qui s'empara des indigènes lors de l'attaque des Cimbres et des Teutons en 101 et qui aurait pu conduire les Romains à les autoriser à réoccuper certains oppida.

Protection

Nature de la protection de l'édifice

Classé MH

Date et niveau de protection de l'édifice

2004/04/28 : classé MH

Précision sur la protection de l'édifice

La parcelle BR 46 contenant les vestiges de l'oppidum : classement par arrêté du 28 avril 2004

Nature de l'acte de protection

Arrêté

Intérêt de l'édifice

À signaler

Observations concernant la protection de l'édifice

Inscription 28 09 2000 (vestiges fouillés ou à découvrir) (arrêté) annulée.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Références documentaires

Date de rédaction de la notice

2000

Cadre de l'étude

Recensement immeubles MH

Typologie du dossier

Dossier de protection