Ancienne abbaye Saint-Vincent

Désignation

Dénomination de l'édifice

Abbaye

Genre du destinataire

De mauristes

Titre courant

Ancienne abbaye Saint-Vincent

Localisation

Localisation

Hauts-de-France ; Aisne (02) ; Laon

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Picardie

Lieu-dit

Saint-Vincent

Références cadastrales

1999 BE 96

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

12e siècle, 13e siècle, 15e siècle, 17e siècle, 18e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1771

Description historique

Etablissement monastique transformé en arsenal au 19e siècle. Sur ce site délimité par une enceinte du 12e siècle et restaurée jusqu'à nos jours, il reste deux types de bâtiments : de l'ancienne abbaye (enceinte à peu près complète, logis abbatial et bâtiment des hôtes, grand étang, plusieurs puits et tous les souterrains, celliers, caves...) ; de l'ancien arsenal (porte d'entrée, poudrière, quinze hangars, des garages...). L'abbaye, peut-être fondée dès le 6e siècle, fut reconstruite à la fin du 12e siècle : cloître, grand réfectoire, reconstruction de l'église abbatiale. L'église est terminée au 16e siècle (façade de style gothique flamboyant, tour du croisillon nord) ainsi que : dortoir, début du premier logis abbatial - dont subsiste une partie des celliers et des caves - démoli au 17e siècle. Les bâtiments sont endommagés lors du siège de Laon en 1594. La restauration de l'abbaye commence avec l'introduction de la réforme de Saint-Maur au 17e siècle. De nombreux travaux ont lieu pendant les 17e et 18e siècles, jusqu'à la reconstruction de l'abbaye en 1771 (logis abbatial et bâtiment des hôtes). L'abbaye est convertie en hôpital militaire en 1793, puis en maison de réclusion. Vendue en 1797, elle est démolie très rapidement : en 1810, ne subsistent qu'une tour de l'église et le logis abbatial. L'Armée devient propriétaire des lieux en 1876 : établissement d'un arsenal et construction de quinze hangars en brique à structure métallique (1879-1890) , porte d'entrée en pierre calcaire (1879) , poudrière (1880). Des garages et deux nouveaux hangars sont bâtis dans le courant du 20e siècle. La disparition presque totale des bâtiments de l'abbaye Saint-Vincent et sa transformation en arsenal par l'armée, rendent aujourd'hui difficile l'appréciation d'un établissement monastique célèbre pendant tout l'Ancien Régime, et dont l'architecture, tant médiévale que classique, eut un rayonnement important sur les édifices du Laonnois.

Description

Technique du décor des immeubles par nature

Sculpture

Protection

Nature de la protection de l'édifice

Inscrit MH partiellement

Date et niveau de protection de l'édifice

1926/07/13 : inscrit MH ; 1927/05/02 : inscrit MH ; 1999/12/28 : inscrit MH

Précision sur la protection de l'édifice

Logis abbatial : inscription par arrêté du 13 juillet 1926 - Restes comprenant : l'enceinte fortifiée, les vestiges de l'ancienne église, les celliers et les caves : inscription par arrêté du 2 mai 1927 Le grand étang des moines ; la poudrière ; les sols archéologiques (cad. BE 96) : inscription par arrêté du 28 décembre 1999

Nature de l'acte de protection

Arrêté

Précisions sur les éléments protégés

Logis abbatial,enceinte,église,cellier,sous-sol,poudrière,étang,site archéologique

Typologie de la zone de protection

Secteur sauvegardé

Intérêt de l'édifice

À signaler

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété de l'Etat

Affectataire de l'édifice

Ministère chargé de la défense

Références documentaires

Date de rédaction de la notice

1992

Cadre de l'étude

Recensement immeubles MH

Typologie du dossier

Dossier de protection

1/5
ancienne abbaye Saint-Vincent
ancienne abbaye Saint-Vincent
© Monuments historiques
Voir la notice image