Eglise Saint-André

Désignation

Dénomination de l'édifice

Église

Titre courant

Eglise Saint-André

Localisation

Localisation

Occitanie ; Pyrénées-Orientales (66) ; Catllar

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Languedoc-Roussillon

Références cadastrales

C 87

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

11e siècle, 12e siècle, 17e siècle

Description historique

Eglise mentionnée dès 948 dans un acte de donation en faveur de Cuxa. En 1662, l'église romane fut agrandie par la construction d'une large nef perpendiculaire. Des parties romanes ou pré-romanes, il subsiste le mur sud de la nef et sa porte, la partie du mur nord la plus proche du sanctuaire, l'abside demi-circulaire et le clocher. Ce clocher est une haute tour carrée bâtie de biais, ornée d'arcatures. Le mur roman de la nef a été surélevé en pignon au 17e siècle et percé d'un oculus. La porte romane est en plein cintre et présente un tympan orné d'une croix grecque inscrite dans un cercle. Le linteau a été réparé ou remplacé. L'abside demi-circulaire a été surélevée ultérieurement et n'a conservé ni corniche, ni fenêtre ancienne. La construction de la grande nef en 1662 a fait disparaître la plus grande partie du mur nord roman. Le nouvel édifice du 17e siècle forme une nef de quatre travées bordées de chapelles latérales, et un chevet plat encadré de sacristies. Au fond, le mur roman sud a été prolongé vers l'ouest pour dégager la place pour un nouveau portail s'ouvrant sur une grande chapelle réservée aux fonts baptismaux. Ce portail de 1662 se compose d'un double rouleau en plein cintre encadré de pilastres et est surmonté d'une niche abritant une statue de saint André. Des ailerons, concaves vers le haut, aux extrémités enroulées en volutes, relient cette niche au petit entablement. Des boules surmontent les spirales ainsi que le petit fronton triangulaire terminal. Les vantaux sont munis d'un quadrillage clouté, très serré. Plus longue que les autres, la travée de fond était destinée à recevoir une tribune qui ne semble pas avoir été exécutée. Les amorces d'arc, visibles aux piliers, sont soulignées par un décor sculpté (tête d'ange entre deux ailes). A une époque récente, une tribune a été construite en arrière, sur poteaux de bois. Les travées sont voûtées sur diagonaux et leurs clés sculptées (personnages). Les arcs doubleaux reposent sur des consoles également sculptées de bustes de personnages.

Description

Technique du décor des immeubles par nature

Menuiserie, sculpture

Protection

Nature de la protection de l'édifice

Inscrit MH

Date et niveau de protection de l'édifice

1973/01/30 : inscrit MH

Précision sur la protection de l'édifice

Eglise (cad. C 87) : inscription par arrêté du 30 janvier 1973

Nature de l'acte de protection

Arrêté

Intérêt de l'édifice

A signaler

Observations concernant la protection de l'édifice

Objets mobiliers protégés OMH

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Références documentaires

Date de rédaction de la notice

1992

Cadre de l'étude

Recensement immeubles MH

Typologie du dossier

Dossier de protection

Accès Mémoire

66045

1/30
Bandes lombardes de la tour-clocher, côté ouest
Bandes lombardes de la tour-clocher, côté ouest
Ministère de la Culture (France) - Médiathèque de l'architecture et du patrimoine - diffusion RMN
Voir la notice image