Abbaye Sainte-Marie

Désignation

Dénomination de l'édifice

Abbaye

Titre courant

Abbaye Sainte-Marie

Localisation

Localisation

Occitanie 66 Arles-sur-Tech

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Languedoc-Roussillon

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

11e siècle, 12e siècle, 13e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1046

Description historique

Selon la tradition, l'abbaye fut établie vers 887 par un comte du pays, et était régie par un abbé qui appartenait à l'ordre de saint Benoît. Charlemagne plaça le monastère sous sa protection. Il fut en partie saccagé lors des invasions normandes et reconstruit grâce au comte de Barcelone. Une bulle plaça le monastère sous protection papale. Un édifice modeste devait d'abord servir d'église. Un édifice plus grand fut ensuite érigé par le mois Amelius Maurell et le prêtre Clodesinde, édifice consacré inachevé en 1046. La construction du cloître fut entreprise en 1261 et achevée en 1303. En 1592, le monastère fut uni à l'abbaye de Saint-André de Sorède. En 1722, il fut uni à l'évêché de Perpignan. L'église se compose d'une nef centrale et de deux bas-côtés voûtés en pierre, auxquels ont été ajoutées des chapelles ogivales. L'abside est circulaire et un clocher sur plan carré s'élève à sa droite. Les absidioles sont fermées, à l'entrée, par un mur plat. La façade est relevée d'arcatures lombardes. Le linteau de la porte est gravé de l'alpha et de l'omega. Le tympan s'orne d'une croix byzantine dont le décor évoque la vision de saint Jean : au centre, dans la mandorle ovale, le Christ bénit de ses deux doigts levés ; les symboles des Evangélistes se nichent dans les médaillons aux extrémités de la croix. Le cloître dessine en plan un quadrilatère irrégulier n'ayant pas le même nombre d'arcades sur tous ses côtés (16-15-16-13). Il se compose d'une galerie couverte d'un toit en appentis avec charpente apparente et, aux quatre angles, s'appuient les murs des anciens bâtiments claustraux devenus propriétés particulières. L'arcature du cloître, celle de la salle capitulaire et les arcs établis aux quatre angles sont de marbre blanc ; les autres murs sont en galets de mortier. La croix en fer forgé a été remontée au centre du cloître, mais se trouvait auparavant à 400 mètres d'Arles-sur-Tech, sur la route menant à Amélie-les-Bains.

Description

Technique du décor des immeubles par nature

Ferronnerie, sculpture

Protection

Nature de la protection de l'édifice

Classé MH partiellement

Date et niveau de protection de l'édifice

1862 : classé MH ; 1908/01/21 : classé MH ; 1908/01/21 : classé MH ; 1929/09/18 : classé MH

Précision sur la protection de l'édifice

Cloître : classement par liste de 1862 ; Eglise : classement par arrêté du 21 janvier 1908 ; Croix en fer forgé du 16e siècle, placée au centre du cloître : classement par arrêté du 21 janvier 1908 ; Les deux tours de l'ancienne enceinte de l'abbaye, à droite et à gauche de la façade Ouest de l'église : classement par arrêté du 18 septembre 1929

Nature de l'acte de protection

Arrêté, liste

Précisions sur les éléments protégés

Église,enceinte,cloître,croix monumentale,tour

Référence aux objets conservés

PM66000053, PM66000054, PM66000065, PM66000051, PM66000052, PM66000066, PM66000059, PM66000061, PM66000062, PM66000067, PM66000060, PM66000050, PM66000055, PM66000073, PM66000070, PM66000071, PM66000056, PM66000072, PM66000058, PM66000063, PM66000069, PM66000068, PM66000057, PM66000064, PM66001406, PM66001398, PM66001430, PM66001453, PM66001713

Intérêt de l'édifice

A signaler

Observations concernant la protection de l'édifice

Cloître : 18 04 1914 (J.O.)

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Références documentaires

Date de rédaction de la notice

1992

Cadre de l'étude

Recensement immeubles MH

Typologie du dossier

Dossier de protection

Accès Mémoire

66009

1/207
abbaye d'Arles-sur-Tech
abbaye d'Arles-sur-Tech
© Monuments historiques
Voir la notice image