Château de la Baume

Désignation

Dénomination de l'édifice

Château

Titre courant

Château de la Baume

Localisation

Localisation

Occitanie ; Lozère (48) ; Prinsuéjols

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Languedoc-Roussillon

Références cadastrales

C 66 à 69, 228

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

1ère moitié 17e siècle

Description historique

Le document le plus ancien mentionnant le château remonte à 1275. Il dépendait de la seigneurie de Peyre dont la baronnie s'y installa définitivement en 1632, après la destruction du château de Peyre. L'édifice fut alors transformé : construction des ailes nord et est, flanquées de grosses tours d'angle. Ces transformations ne touchèrent pas les intérieurs. L'état actuel du château date du début du 18e siècle. En 1708, le château fut agrandi et la longue façade sud bâtie afin de rappeler Versailles. A l'angle sud-est fut élevée une tour semblable aux trois anciennes pour assurer une symétrie. A l'est, deux pavillons à un étage furent bâtis pour fermer la cour intérieure créée par la nouvelle façade. L'intérieur du château fut aménagé. Par son aspect, le château se rapproche davantage des constructions médiévales que des édifices de la fin du 17e siècle dont il est contemporain. L'intérieur conserve une partie du décor qui lui a été donné. La salle de billard se ferme par quatre portes en bois sculpté. Le reste de la pièce a été aménagé au 19e siècle. La chambre du roi est ornée d'une cheminée en bois datant de 1702. La chambre attenante à cette pièce présente un décor de boiserie blanc et or du début du 18e siècle. Au second étage, le cabinet de travail, datant de 1714, est plus proche des décors intérieurs d'époque Louis XIII que de ceux du début du 18e siècle. Les murs sont recouverts de lambris peints formés de petits panneaux ordonnés autour de tableaux à sujets mythologiques. Les grandes poutres du plafond portent en leur centre des armoiries soutenues par deux angelots et sont couvertes de rinceaux. La chambre du "grand César" a conservé sa décoration naïve de 1680. La cheminée est une imitation en bois des poêles de faïence. Les petits panneaux qui la composent rappellent les carreaux de Delft. Les poutres du plafond à la française sont peintes en camaïeu bleu et blanc et sont ornées de bustes dans des médaillons, de rinceaux, de draperies. Portes, dessous et encadrements de fenêtres ont également conservé leurs panneaux décoratifs de cette époque. Les grands panneaux à fleurs de lys datent du 19e siècle. Le grand salon est recouvert de boiseries Régence. La salle à manger évoque les galeries à la mode dans la première moitié du 17e siècle. Les lambris ont été repeints au 19e siècle. Au centre de ces lambris se trouvent de grandes toiles à sujets mythologiques datant de la fin du 17e siècle pour les quatre toiles principales. Cette pièce fut agrandie en 1708 suite à la construction de la grande façade. Cette période de travaux se retrouve dans les trois toiles situées près des fenêtres et dont le style se rattache à la peinture mythologique du 18e siècle. La cheminée provient du château de Chanac et porte les armes des évêques de Chanac. Les autres pièces ont été, pour la plupart, refaites au 19e siècle, de même que la chapelle.

Description

Technique du décor des immeubles par nature

Menuiserie ; peinture

Protection et label

Nature de la protection de l'édifice

Classé MH partiellement ; inscrit MH partiellement ; protection partielle

Date et niveau de protection de l'édifice

1963/01/21 : inscrit MH ; 1975/02/11 : classé MH ; 1995/11/29 : inscrit MH

Précision sur la protection de l'édifice

Ensemble du château, à l'exception des parties classées (cad. C 67) : inscription par arrêté du 21 janvier 1963. Façades et toitures ; grand escalier à balustres ; pièces suivantes avec leur décor : au premier étage, chambre du Roi, chambre Régence et salle de billard ; au deuxième étage, cabinet de travail et chambre du grand César, grand salon, salle à manger, ainsi que la cheminée dite des Souvenirs (cad. C 67) : classement par arrêté du 11 février 1975. Façades et toitures de l'ensemble des bâtiments de la ferme haute (cad. C 228) ; terrasses, jardin de fleurs, parc et allée verte avec leurs murs de soutènement (cad. C 66 à 69) : inscription par arrêté du 29 novembre 1995

Nature de l'acte de protection

Arrêté

Intérêt de l'édifice

A signaler

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de rédaction de la notice

1992

Cadre de l'étude

Recensement immeubles MH

Typologie du dossier

Dossier de protection

Accès Mémoire

48120

1/61