Château de la Garde-Guérin

Désignation

Dénomination de l'édifice

Château

Titre courant

Château de la Garde-Guérin

Localisation

Localisation

Occitanie ; Lozère (48) ; Prévenchères

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Languedoc-Roussillon

Références cadastrales

E 1, 2, 3

Nom du cours d'eau traversant ou bordant l'édifice

Le Chassezac

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

13e siècle

Description historique

Le château était situé sur la voie Regordane qui reliait la Provence et le Languedoc à l'Auvergne. La Garde était habité par des nobles pariers qui constituaient, au 13e siècle, une sorte de milice policière chargée d'assurer l'ordre sur cette voie. Au 12e siècle, le château se trouvait servir de repaire à une bande de brigands qui détroussait les voyageurs. L'évêque de Mende réprima le fléau en les employant à la surveillance de la route. L'édifice se trouvait sur un plateau protégé au nord, par le Chassezac, au sud et à l'est par des escarpements. L'accès ne s'effectuait que par la Regordane. L'édifice existait déjà au 12e siècle et se composait de plusieurs tours détenues par différents seigneurs, sans doute des pariers. Vers 1362, le château serait tombé aux mains des Anglais qui l'auraient incendié. Au 16e siècle, au cours des guerres de Religion, il fut assiégé par les Protestants. En 1623, il restait encore l'une des places fortes de la région. En 1722, un incendie en détruisit une grande partie. L'une des tours s'effondra en 1795. Du château ne subsistent qu'une tour et des ruines. Le tracé des remparts a été conservé. Les murailles formaient une ceinture continue autour du hameau. Les parements sont constitués par des assises régulières de blocs de grès rectangulaires taillés, apportés d'un plateau voisin. Les fossés qui entouraient les remparts existent encore. Le château, avec sa double ou triple enceinte, se dressait au nord-est du village. Une haute tour carrée se dresse au centre du quadrilatère en ruines, formé par les anciennes murailles et des murs plus récents. L'édifice appartenait sans doute au 11e siècle. Vers le 13e ou le 14e siècle y furent installés des mâchicoulis qui existent encore et le pied de la tour fut entouré d'un épaulement de terre destiné à faire ricocher les projectiles jetés d'en haut. La porte d'accès à la tour s'ouvre à environ deux mètres du sol. Trois étages voûtés en occupent la hauteur. Pour passer d'un appartement à l'autre, chaque voûte est percée d'une ouverture qui devait autrefois être fermée par une trappe. A quelques mètres de ce donjon se trouve une citerne sous voûte destinée à recevoir l'eau.

Description

État de conservation (normalisé)

Vestiges

Protection

Nature de la protection de l'édifice

Classé MH

Date et niveau de protection de l'édifice

1929/11/30 : classé MH

Précision sur la protection de l'édifice

Château de la Garde-Guérin (donjon et vestiges) (cad. E 1, 2, 3) : classement par décret du 30 novembre 1929

Nature de l'acte de protection

Décret

Précisions sur les éléments protégés

Donjon

Intérêt de l'édifice

A signaler

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Références documentaires

Date de rédaction de la notice

1992

Cadre de l'étude

Recensement immeubles MH

Typologie du dossier

Dossier de protection

Accès Mémoire

48119

1/26
château de la Garde-Guérin
château de la Garde-Guérin
© Monuments Historiques
Voir la notice image