Ancienne abbaye Saint-Aphrodise

Désignation

Dénomination de l'édifice

Abbaye

Titre courant

Ancienne abbaye Saint-Aphrodise

Localisation

Localisation

Occitanie ; Hérault (34) ; Béziers ; 12 place Saint-Aphrodise

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Languedoc-Roussillon

Adresse de l'édifice

Saint-Aphrodise (place) 12

Références cadastrales

PX 225, 238, 285

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

2e moitié 11e siècle ; 14e siècle ; 15e siècle ; 18e siècle

Description historique

Au Bas-Empire (4e siècle), le site de l'abbaye correspond à une nécropole gallo-romaine située en dehors de la ville. Au 6e siècle, la nécropole chrétienne entoure et s'intègre au sanctuaire. Construction vraisemblable d'un monument funéraire dédié à saint Pierre au milieu de la nécropole christianisée. La double titulature est donnée lors de l'inhumation de saint Aphrodise (première mention d'un sanctuaire abritant les restes de ce saint en 858), considéré comme le premier évêque fondateur de l'Eglise de Béziers. En 967, première mention de l'abbaye dans le cartulaire de Saint-Nazaire. En 1171, première mention des douze chanoines à la place des moines bénédictins. La crypte est considérée comme la partie la plus ancienne de l'église actuelle (datation basse : fin 9e-10e siècle ; datation haute : 16e siècle). Elle est située sous l'arc triomphal, à l'emplacement présumé de l'abside de l'église romane. De forme semi-circulaire, elle présente un déambulatoire autour d'une confession. Les portes donnant du déambulatoire sur la confession sont récentes. A l'origine, une porte unique était vraisemblablement encadrée par deux fenestrellae. De l'abbaye romane subsistent encore certains éléments : l'abbatiale (partiellement), le mur sud du réfectoire, les murs est et ouest du cloître. Elle devait présenter un plan allongé à trois nefs et abside unique. Les bas-côtés et la nef s'interrompent au niveau d'un transept délimité par des arcs diaphragmes et dont la croisée était surmontée d'un clocher lanterne dont l'éclairement était assuré par des baies géminées sur les quatre faces. La porte romane percée dans la façade occidentale était destinée aux moines ou chanoines. Le tympan n'est pas décoré et correspondrait à un modèle paléochrétien. Accolé au mur nord de l'abbatiale, le cloître présentait une galerie sur un seul niveau, dont la couverture charpentée s'appuyait sur une série d'arcades soutenues par des colonnettes alternativement simples et jumelées, aux chapiteaux sculptés. Ce cloître a été démoli au début du 19e siècle. Le réfectoire ferme le côté nord du cloître. Le mur sud est la seule partie conservée. Aux 14e et 15e siècles, les transformations furent les plus importantes et modifièrent considérablement l'allure et les proportions de l'ensemble. Un vaste chevet gothique prend la place de l'abside romane qui disparaît totalement. Des chapelles lui sont accolées. Une énorme tour-clocher est bâtie au nord, contre le chevet. Une rose est aménagée dans la façade ouest de l'église. Une vaste salle dont la couverture charpentée est soutenue par trois arcs diaphragme en tiers-point, et qui intègre le mur roman au sud, succède au réfectoire roman. D'autres transformations sont réalisées au 18e siècle : surélévation des bas-côtés de la canoniale et couvrement par des voûtes d'arêtes ; obturation des arcades du cloître avec remplacement de la charpente des galeries par des voûtes en bois et plâtre ; la salle correspondant à l'ancien réfectoire devient cellier. Au 19e siècle, destruction des galeries du cloître en 1836.

Protection et label

Nature de la protection de l'édifice

Classé MH partiellement

Date et niveau de protection de l'édifice

1983/12/29 : classé MH

Précision sur la protection de l'édifice

Eglise, aire de l'ancien cloître et bâtiments conventuels qui l'entourent (cad. PX 225, 238, 285) : classement par arrêté du 29 décembre 1983

Nature de l'acte de protection

Arrêté

Référence aux objets conservés

PM34000109 ; PM34000110 ; PM34000105 ; PM34000106 ; PM34000107 ; PM34000098 ; PM34000099 ; PM34000102 ; PM34000101 ; PM34000103 ; PM34000100 ; PM34000104 ; PM34000108 ; PM34000111 ; PM34000112 ; PM34002309 ; PM34002355 ; PM34002356 ; PM34002357 ; PM34002358 ; PM34002360 ; PM34002359

Intérêt de l'édifice

A signaler

Observations concernant la protection de l'édifice

Classement 18 12 1878 (église), inscription 13 02 1926 (église) (arrêtés) annulés. Objets mobiliers protégés OMH

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Références documentaires

Date de rédaction de la notice

1992

Cadre de l'étude

Recensement immeubles MH

Typologie du dossier

Dossier de protection

Accès Mémoire

34032

1/59