Hôtel de ville

Désignation

Dénomination de l'édifice

Hôtel de ville

Titre courant

Hôtel de ville

Localisation

Localisation

Occitanie ; Gard (30) ; Alès

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Languedoc-Roussillon

Références cadastrales

F 1405

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

18e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1741, 1756

Auteur de l'édifice

Rollin (maître de l'oeuvre)

Description historique

La maison consulaire était d'abord située près d'une porte de la ville puis, au début du 16e siècle, vers le milieu de la Grand-Rue. Installée en 1534 dans la rue Soubeiranne, elle fut transférée en 1682 place Saint-Jean. Le local étant devenu insuffisant en raison de la tenue régulière de l'Assiette diocésaine, il fut décidé en 1732 d'élever une construction plus vaste dont les frais seraient supportés par moitié par la ville et le diocèse. Projets et devis furent confiés à l'architecte Rollin. Après l'inondation de 1741, les travaux ne furent repris qu'en 1749. En 1750, l'adjudication fut confiée à Saussine. Le projet Rollin fut considérablement simplifié : suppression des murs d'aile en fer à cheval ; ajout des cours latérales ; recomposition de l'élévation de la façade principale. Les travaux furent terminés en 1752 mais l'aménagement intérieur se prolongea jusqu'en 1755. En 1859, la cloche fut remplacée par un cadran-horloge. C'est un grand bâtiment rectangulaire, prolongé latéralement par deux cours clôturées. La façade principale se compose d'un étage sur rez-de-chaussée. Un avant-corps peu saillant est encadré de refends et couronné par un grand fronton triangulaire à faible pente. Les ouvertures du rez-de-chaussée présentent un décor plus important que celles de l'étage. La porte d'entrée a été agrandie en 1750, à la demande des consuls. Encadrée de pilastres à refends, décorée de refends à crossettes aux écoinçons, elle présente une grande clé sculptée en rocaille. De hautes consoles décorées de rocailles à chutes fleuries, supportent le balcon. Le vestibule, axé sur l'entrée en avant-corps, présente quatre colonnes supportant les poutres qui divisent le plafond en neuf compartiments et qui s'appuient sur des piliers rectangulaires. Face à la porte d'entrée, un arc en anse de panier donne accès à l'escalier. La rampe en ferronnerie se compose de grands panneaux, au remplage en volutes bouclées et ramifiées, en fer rond. Motif central au palier. La cage d'escalier est abritée sous une coupole dont les pendentifs sont décorés de petits motifs en gypserie.

Description

Technique du décor des immeubles par nature

Ferronnerie, sculpture, gypserie

Protection

Nature de la protection de l'édifice

Inscrit MH partiellement

Date et niveau de protection de l'édifice

1963/07/22 : inscrit MH

Précision sur la protection de l'édifice

Façade sur la place (balcon en fer forgé et vantaux de la porte compris) et toiture correspondante (cad. F 1405) : inscription par arrêté du 22 juillet 1963

Nature de l'acte de protection

Arrêté

Précisions sur les éléments protégés

Balcon,porte,élévation,toiture,vantail

Référence aux objets conservés

PM30000031

Intérêt de l'édifice

A signaler

Observations concernant la protection de l'édifice

Objets mobiliers protégés OMH

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Références documentaires

Date de rédaction de la notice

1992

Cadre de l'étude

Recensement immeubles MH

Typologie du dossier

Dossier de protection

Accès Mémoire

30007

1/14
hôtel de ville
hôtel de ville
© Monuments historiques
Voir la notice image