Maison

Désignation

Dénomination de l'édifice

Maison

Titre courant

Maison

Localisation

Localisation

Occitanie ; Aude (11) ; Narbonne ; 18 rue Louis-Blanc

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Languedoc-Roussillon

Adresse de l'édifice

Louis-Blanc (rue) 18

Références cadastrales

E 706

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

17e siècle, 18e siècle, 19e siècle

Description historique

Cet immeuble est bâti sur une partie de l'emplacement de l'ancien capitole. Des fragments de mosaïque gallo-romaine ont été découverts dans les caves. Les propriétaires successifs sont connus depuis le 17e siècle. Ils furent, pour la plupart, consuls de Narbonne et receveurs des tailles du diocèse. L'immeuble se compose de plusieurs parties, avec entrée principale par la rue Louis-Blanc et communication, par un passage, avec la rue du Puits, par une petite maison qui faisait autrefois partie de l'ensemble. Le portail s'ouvre sous un grand arc surbaissé orné d'une grande clef en console. En arrière du portail, le passage couvert débouche sur la première cour par une porte en arc. En face, sur cette cour, s'ouvre un vestibule de la fin du 19e siècle, donnant accès au grand escalier. A gauche de l'entrée, la porte de la cuisine, modifiée vers 1880, a été ornée d'une tête sculptée provenant de l'ancienne porte sur la cour. Les transformations de l'immeuble n'ont pas affecté l'escalier, hormis à la retombée de l'arc vers la porte d'entrée où l'appui primitif a dû être remplacé par une poutre transversale. C'est un escalier à deux volées, à limons superposés, sans mur d'échiffre. Les limons supérieurs sont supportés par des colonnes galbées. A la base de chacune, les quatre angles sont renforcés par des griffes en forme de feuille d'acanthe. Le chapiteau comprend une astragale, une seule série de feuilles d'acanthe et un abaque mouluré de filets. Les arcs supports des paliers et des limons s'appuient d'une part sur chaque colonne, retombée commune, d'autre part sur les murs. Ces appuis sur les murs sont constitués par des culs de lampes, ornés d'une palmette. Les arcs sont en plein cintre avec clef saillante à deux ressauts. Les arêtes sont moulurées. Au niveau du rez-de-chaussée, à gauche de la volée de départ, un passage mène dans la seconde cour. Ce passage s'ouvre sur la seconde cour par une porte en plein cintre dont l'encadrement est mouluré. Il n'existe pas d'autres parties anciennes dans ce corps de bâtiment. Au fond et à droite de la seconde cour, un passage permet de sortir sur la rue du Puits en traversant une maison qui dépendait de l'immeuble. Dans un angle rentrant de ce passage existait une petite tourelle polygonale, reposant sur une trompe d'angle et coiffée d'une poivrière. Il ne reste de la tourelle que sa base. C'était une tourelle à trois faces planes.

Protection

Nature de la protection de l'édifice

Inscrit MH partiellement

Date et niveau de protection de l'édifice

1947/09/10 : inscrit MH

Précision sur la protection de l'édifice

Escalier, trompe et portail (cad. E 706) : inscription par arrêté du 10 septembre 1947

Nature de l'acte de protection

Arrêté

Précisions sur les éléments protégés

Escalier,trompe,portail

Intérêt de l'édifice

A signaler

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de rédaction de la notice

1992

Cadre de l'étude

Recensement immeubles MH

Typologie du dossier

Dossier de protection

Accès Mémoire

11262