Château

Désignation

Dénomination de l'édifice

Château

Titre courant

Château

Localisation

Localisation

Occitanie ; Aude (11) ; Leuc

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Languedoc-Roussillon

Références cadastrales

1ère feuille B 244

Nom du cours d'eau traversant ou bordant l'édifice

Le Lauquet

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

13e siècle, 14e siècle, 15e siècle, 17e siècle

Description historique

Le "feudum de Leoco" est cité en 1110 ; le "castrum" en 1215. Le château fut pris par les Ligueurs en 1589. Un incendie le ravagea en 1791. Il se composait auparavant de cinq tours, quatre aux angles d'un vaste rectangle, la cinquième servant de donjon au centre d'un grand côté. Il ne reste aujourd'hui que la moitié sud-ouest du rectangle et trois tours dont le donjon. L'autre partie a été remaniée, transformée en bâtiments d'exploitation agricole, mais il reste d'importants vestiges des anciennes dépendances. Cet ensemble fortifié, qui occupe une butte, commandait la route de Carcassonne à Saint-Hilaire en un point où la vallée est très resserrée. Le donjon s'élève sur une base en glacis. Les traces d'un hourdage en bois sont encore visibles sur les parties hautes. Les canonnières et la fenêtre grillagée sont des remaniements probables des 16e et 17e siècles. Cette tour pourrait être plus ancienne que les autres constructions et avoir été conservée, avec quelques courtines, dans la nouvelle construction du 14e siècle. A l'intérieur, une sale voûtée est largement éclairée par la fenêtre grillagée. La grille est un ouvrage de ferronnerie à deux séries de barreaux obliques. La grande tour carrée du sud devait, selon la tradition, comporter quatre étages voûtés dont il ne subsiste que la salle basse, voûtée d'arêtes, et deux étages sous charpente. Cette salle basse est la chambre dite "de la Pleureuse" dans laquelle se réfugia, pendant 43 ans, Magdeleine de Siran, veuve de Benjamin de Levis-Montmaur, assassiné en 1653. Les étages sont desservis par un escalier en vis, devenu escalier de service depuis la construction du grand escalier. La tour carrée du nord est altérée par divers remaniements. Sa salle basse est voûtée sur de puissantes ogives dont la clé a été sculptée aux armes de Dax. Les appartements des étages, aussi bien des tours que des bâtiments intermédiaires, ont été redistribués au cours du 19e siècle. Toute cette partie du château peut être attribuée à l'archevêque de Narbonne, Pierre de la Jugie, entre 1372 et 1375. L'embellissement du château est attribué à Arnaud Dax, marchand de Carcassonne qui acheta la seigneurie en 1457. Le grand escalier est le morceau principal de cette adaptation de la vieille demeure féodale. Une tour octogonale engagée dans l'angle s'ouvre par cinq baies superposées. La grande salle qui occupe l'aile sud, entre le grand escalier et la tour carrée de la Pleureuse, a été, à la même époque, ornée d'une grande cheminée monumentale. Les jambages sont des colonnettes à base flamboyante semblables à ceux des fenêtres de l'escalier.

Description

Technique du décor des immeubles par nature

Ferronnerie

Protection

Nature de la protection de l'édifice

Inscrit MH

Date et niveau de protection de l'édifice

1948/04/14 : inscrit MH

Précision sur la protection de l'édifice

Château (cad. 41ère feuille B 244) : inscription par arrêté du 14 avril 1948

Nature de l'acte de protection

Arrêté

Intérêt de l'édifice

A signaler

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de rédaction de la notice

1992

Cadre de l'étude

Recensement immeubles MH

Typologie du dossier

Dossier de protection

Accès Mémoire

11201

1/18
château
château
© Monuments Historiques
Voir la notice image