Ancienne manufacture royale de draps

Désignation

Dénomination de l'édifice

Usine textile

Titre courant

Ancienne manufacture royale de draps

Localisation

Localisation

Occitanie ; Aude (11) ; Carcassonne

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Languedoc-Roussillon

Références cadastrales

E 888

Nom du cours d'eau traversant ou bordant l'édifice

L'Aude

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

17e siècle ; 18e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1694

Description historique

Manufacture créée par Guillaume Castanier en 1694. En 1696, il obtint des lettres patentes d'érection en manufacture royale. Possesseurs d'une des plus importantes fortunes du royaume, les Castanier délaissèrent peu à peu leurs manufactures pour leurs terres. La disparition de François Castanier, vers 1750, marqua le déclin définitif de ces draperies. Une tentative de reprise fut faite en 1849. A cette date, un décret du président de la République autorisait la société anonyme dite Compagnie de la Manufacture de la Trivalle. L'industrie drapière fut remplacée dans la région par le commerce des chiffons en gros. Les bâtiments s'étendent entre les deux ponts, sur la rive droite de l'Aude. Le bâtiment de façade abrite les bureaux et le logement du directeur. La façade sud est axée sur une entrée en avant-corps, légèrement décalée. Cette aile nord est prolongée par une petite terrasse. Les deux angles du mur qui supporte cette terrasse sont abattus en niches. L'avant-corps central fait légèrement saillie sur la façade. Il se compose d'un portail d'entrée, en anse de panier, d'une fenêtre aux premier et second étages, le tout sous un large fronton circulaire. Le portail d'entrée est à quatre vantaux, sous une imposte dormante à claire-voie. Le portail sud, plus étroit, est en arc surbaissé appareillé, encadré d'une doucine. La clef est sculptée d'un masque aux yeux obliques, barbe et cheveux épars. Le grand escalier, qui ne dessert que le premier étage, se trouve en face de la porte d'entrée. C'est un escalier à deux volées parallèles, coupées par un palier muni de trois marches. La rampe est constituée par de longs panneaux à remplage symétrique composé de deux volutes opposées, reliées aux montants et à la main courante par des croissants spiralés. Pour les grands panneaux, l'encadrement est doublé par un cadre intérieur, coupé de spirales et lié aux montants latéraux par des ovales à boules. La monotonie est évitée par un large emploi de feuillages en tôle. La grille de la terrasse nord comprend cinq panneaux liés par des pilastres. Le décor se compose de volutes égales et opposées. Comme pour l'escalier, les éléments sont des croissants spiralés mais disposés à intervalles égaux. Aux pilastres, les fers simulent une feuille trilobée.

Description

Technique du décor des immeubles par nature

Sculpture ; ferronnerie

Protection et label

Nature de la protection de l'édifice

Inscrit MH partiellement

Date et niveau de protection de l'édifice

1948/04/05 : inscrit MH

Précision sur la protection de l'édifice

Façades et toitures Sud ; en retour à l'Ouest, cage d'escalier et rampe : inscription par arrêté du 5 avril 1948

Nature de l'acte de protection

Arrêté

Intérêt de l'édifice

A signaler

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de rédaction de la notice

1992

Cadre de l'étude

Recensement immeubles MH

Typologie du dossier

Dossier de protection

Accès Mémoire

11069