Eglise Saint-Pierre

Désignation

Dénomination de l'édifice

Église

Titre courant

Eglise Saint-Pierre

Localisation

Localisation

Bourgogne-Franche-Comté ; Territoire de Belfort (90) ; Froidefontaine

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Franche-Comté

Références cadastrales

2019 AB 394, 396

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

12e siècle

Description historique

"Au sud-est de Belfort, dans le Sundgau, le village de Froidefontaine possède une église romane dédiée à saint Pierre. Elle appartenait au prieuré clunisien fondé en 1105 par Ermentrude, veuve du comte Thierry de Montbéliard, sœur du pape Calixte II et de l'archevêque de Besançon Hugues II. Construit au XIIe s., le prieuré connut une période de déshérence au XVIe et au début du XVIIe s., avant d'être attribué par l'archiduc Léopold de Habsbourg (1614-1662), qui avait hérité de l'avouerie du prieuré, au collège des Jésuites d'Ensisheim autour de 1636. De cette période de renouveau date le bâtiment situé au nord de l'église, construit en 1720. Au début du XVIIe s., des travaux de réparations et reconstructions sont également menés sur la nef. Quand l'ordre des Jésuites est supprimé en Alsace, en 1765, les biens du collège d'Ensisheim sont attribués au Collège royal de Colmar jusqu'à la Révolution française. Au début du XIXe s., le prieuré de Froidefontaine connaît des transformations. Deux bâtiments abbatiaux sont détruits et les premières travées de la nef sont démolies. Une nouvelle façade est dessinée en 1833 par l'architecte belfortain Aristide Poisat. Avant la Révolution, l'église a déjà perdu certains éléments de ses aménagements romans tel l'absidiole sud ainsi que le bras de transept sud (tous deux repérés par sondage archéologique) et sa toiture à deux pans. Il est possible également que le clocher ait été auparavant à la croisée du transept. Des travaux des années 1953 puis 1970-1980 ont modifié l'église. L'église comprend un vaisseau basilical avec nef et bas-côtés, de quatre travées, et dont il manque plusieurs travées occidentales. La nef compte quatre travées d'arcade en plein cintre reposant sur des piles cylindriques à tablette carrée chanfreiné et à base octogonale coupée nette. Les colonnes de la première travée, plus grosses, portent des chapiteaux cubiques à tailloirs moulurés. Le chœur ouvre sur une abside en demi-cercle couverte d'une voûte en cul-de-four. L'arc de l'abside repose sur des impostes sculptées. À l'extérieur, l'abside est ornée d'une corniche ouvragée comprenant trois têtes sculptées. D'intéressants éléments sculptés ont également été retrouvés aux abords de l'église. René Tournier rattache stylistiquement l'église de Froidefontaine à l'influence rhénane. Elle peut être effectivement rapprochée d'autres églises romanes du Sundgau comme l'église Saint-Jacques-le-Majeur de Feldbach (Haut-Rhin). "

Protection

Nature de la protection de l'édifice

Inscrit MH partiellement, inscrit MH

Date et niveau de protection de l'édifice

1926/11/15 : inscrit MH ; 2019/01/25 : inscrit MH

Précision sur la protection de l'édifice

Abside : inscription par arrêté du 15 novembre 1926 ; l'église Saint-Pierre ainsi que les sols d'assises pour les vestiges enfouis du prieuré qu'ils comprennent, en totalité, tels que délimités par un liseré rouge sur le plan joint à l'arrêté (cad. AB 394, 396) : inscription par arrêté du 25 janvier 2019

Nature de l'acte de protection

Arrêté

Précisions sur les éléments protégés

Abside ; église, vestiges

Intérêt de l'édifice

A signaler

Observations concernant la protection de l'édifice

Inscription : 15/11/1926 (arrêté) annulée

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Références documentaires

Date de rédaction de la notice

1992

Cadre de l'étude

Recensement immeubles MH

Typologie du dossier

Dossier de protection

1/7
église
église
© Monuments historiques
Voir la notice image