Filature de coton, puis corderie Vallois, actuellement Musée industriel de la corderie Vallois

Désignation

Dénomination de l'édifice

Filature ; corderie

Destination actuelle de l'édifice

Musée

Titre courant

Filature de coton, puis corderie Vallois, actuellement Musée industriel de la corderie Vallois

Localisation

Localisation

Normandie ; Seine-Maritime (76) ; Notre-Dame-de-Bondeville ; 185 route de Dieppe

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Haute-Normandie

Adresse de l'édifice

Dieppe (route de) 185

Références cadastrales

AC 288

Nom du cours d'eau traversant ou bordant l'édifice

Le Cailly

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

1er quart 19e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1821

Description historique

A l'origine existait au 18e siècle un site de moulin à papier sur le Cailly, remplacé par une filature installée dans un bâtiment en pan de bois en 1821. La corderie Vallois est à l'origine une filature hydraulique de coton autorisée par ordonnance royale du 18 janvier 1825. En 1836, l'usine jusqu'alors exploitée par la famille Fouquet, a été rachetée par l'indienneur E.-H. Rondeaux, avec son équipement, soit 5 000 broches. En 1856, une machine à vapeur auxiliaire a été installée pour renforcer la puissance de la roue hydraulique en place, mais après quelques années son utilisation a été abandonnée. Après une reconversion temporaire en filature de laine dans les années 1860, l'usine a été transformée en corderie en 1880, par Jules Vallois (1842-1918) , locataire puis propriétaire des lieux à partir de 1897. Sans modifier le bâtiment, il a installé au rez-de-chaussée un atelier de cordes câblées et moulinées équipé de machines en fonte d'origines anglaise et écossaise, et au premier étage un atelier de tressage de cordelettes utilisant pour l'essentiel de petites tresseuses françaises provenant des ateliers Merle frères à Saint-Chamond. Cette entreprise familiale, qui comptait environ 45 ouvriers, a fermé en 1978. Elle utilisait alors les mêmes machines mises en mouvement par la force hydraulique. Voué à une destruction certaine, le site doit sa sauvegarde à une association locale qui a su en apprécier l'authenticité. Il subsiste, outre les anciens bâtiments, tout l'ensemble des machines de la fin du 19e siècle, mues par une roue hydraulique. L'intervention des pouvoirs publics a permis la création du Musée industriel de la corderie Vallois, inauguré en 1994, et fonctionnant sous l'égide du département de Seine-Maritime. Le parc de machine a été classé au titre des objets mobiliers en 1984.

Description

État de conservation (normalisé)

Établissement industriel désaffecté

Protection et label

Nature de la protection de l'édifice

Inscrit MH

Date et niveau de protection de l'édifice

1975/01/15 : inscrit MH

Précision sur la protection de l'édifice

Corderie (cad. AC 288) : inscription par arrêté du 15 janvier 1975

Nature de l'acte de protection

Arrêté

Intérêt de l'édifice

À signaler

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété d'un établissement public

Références documentaires

Date de rédaction de la notice

1992

Cadre de l'étude

Recensement immeubles MH

Typologie du dossier

Dossier de protection