POP

Plateforme ouverte du patrimoine

Ancien prieuré de Lartige, à Farebout

Désignation

Dénomination de l'édifice

Prieuré

Titre courant

Ancien prieuré de Lartige, à Farebout

Localisation

Localisation

Nouvelle-Aquitaine ; Haute-Vienne (87) ; Saint-Léonard-de-Noblat

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Limousin

Lieu-dit

L'Artige aux moines

Références cadastrales

B 838

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

4e quart 12e siècle ; 1ère moitié 13e siècle

Description historique

Le prieuré Saint-Laurent de l'Artige est une fondation due à deux vénitiens, Marc et son neveu Sébastien, probablement pélerins, restés vivre en ermites près de Saint-Léonard-de-Noblat au tout début du 12e siècle (vers 1100-1130). En 1788, une masure de chapelle conservait le souvenir de cette première implantation au lieu-dit l'Artige-Vieille. Un transfert eut lieu en 1174-1175, à la suite de violences meurtrières commises contre leurs disciples, réunis en une petite communauté de chanoines réguliers. Le cinquième prieur, Hélie, se fit alors donner un ancien site fortifié, nommé le Chalard, formant éperon au-dessus du confluent de la Maulde et de la Vienne, face au château du Muraud, et qui fut rebaptisé l'Artige-Grande. Une chronique attribue à Hélie la construction d'une église, consacrée en 1198, de l'ancien dortoir et du réfectoire. Il se pourrait qu'il s'agisse seulement d'une rénovation, car le site du Chalard était déjà pourvu d'un lieu de culte lors de la donation. Des ruines d'une petite église sont mentionnées par l'historien bénédictin dom Estiennot lors de son passage vers 1670. La grande église actuelle est considérée comme une construction de la fin du 13e siècle par Mme Andrault-Schmitt, qui l'associe à une dédicace d'autel, en 1267, connue par une plaque émaillée aujourd'hui conservée à Varsovie. Malgré diverses destructions intervenues au cours des siècles suivants (guerre de Cent ans, guerres de religion) , et la vente, comme bien national, à la Révolution, le site conserve des éléments conséquents. Les bâtiments sont répartis en trois corps autour d'une cour carrée, sans que l'on ait la certitude que le quatrième côté, au sud, ait été construit. Au nord, l'église forme un long vaisseau unique, haut et étroit, qui a été subdivisé par un mur pour la transformer en grange, et dont la voûte en berceau est en partie effondrée, remplacée par une charpente. Les murs sont rythmés de contreforts obliques et divisés par un cordon formant larmier, sur lequel reposent les fenêtres. Toutes les baies sont en arc brisé, y compris la porte nord, réservée aux laïcs, et qui est simplement constituée de deux larges rouleaux plats à arête en cavet, soigneusement appareillés, sous archivolte à retours, et ornés de tores d'encoignures retombant sur une imposte que supportent des colonnettes coiffées d'un petit chapiteau à corbeille lisse. Un clocher, au sud, présente la particularité de former un massif quadrangulaire de maçonnerie, saillant à la fois à l'extérieur et sur la nef. Quelques traces de décor peint apparaissent sous les enduits. Vers l'est subsiste un pan de mur de l'ancienne salle capitulaire, percé de trois arcs brisés, celui du centre plus étroit, dont l'extrados retombe sur des colonnettes au chapiteau orné de crochets-boules, prolongées par un tore d'encoignure, tandis que le large intrados est porté par deux épaisses et courtes colonnes engagées, reposant sur des bases à griffes. Les chapiteaux de ces colonnes sont découpés en larges feuilles d'eau stylisées aux arêtes marquées. À l'extrémité sud de ce mur, une petite tour circulaire est percée d'une porte à accolade, aux armes de la famille de Bony de Lavergne, dont plusieurs membres furent prieurs de l'Artige à la fin du 15e et au début du 16e siècle. L'aile occidentale, transformée en habitation, a gardé son volume ancien et plusieurs portes d'origine. Des corbeaux de pierre, visibles en plusieurs places dans les murs, portaient la charpente qui couvrait des galeries de circulation, probablement en forme de cloître.

Description

Technique du décor des immeubles par nature

Sculpture

État de conservation (normalisé)

Vestiges

Protection et label

Nature de la protection de l'édifice

Classé MH partiellement ; inscrit MH partiellement ; protection totale

Date et niveau de protection de l'édifice

1926/02/06 : inscrit MH ; 1989/09/25 : classé MH

Précision sur la protection de l'édifice

Restes du prieuré (cad. B 838) : inscription par arrêté du 6 février 1926 ; Eglise, y compris son décor intérieur ; trois arcades subsistantes correspondant au mur occidental de la salle capitulaire ; tour aux armes des Bony, à l'angle sud-ouest ; aire du cloître, à l'exclusion du bâtiment ouest servant d'habitation (cad. B 838) : classement par arrêté du 25 septembre 1989

Nature de l'acte de protection

Arrêté

Référence aux objets conservés

PM87000713

Typologie de la zone de protection

Site inscrit

Intérêt de l'édifice

À signaler

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de rédaction de la notice

1992

Cadre de l'étude

Typologie du dossier

Dossier de protection

1/23