Domaine des Places

Désignation

Dénomination de l'édifice

Manoir

Titre courant

Domaine des Places

Localisation

Localisation

Nouvelle-Aquitaine ; Creuse (23) ; Crozant

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Limousin

Références cadastrales

A 1400

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

16e siècle, 17e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1686

Description historique

Les vestiges du domaine des Places, qui dépendait de la châtellenie de Crozant, consistent aujourd'hui en un pavillon ruiné, une chapelle et un colombier sans toit. Le pavillon est en réalité une entrée à pont-levis du 15e siècle, transformée à la fin du 17e ou au début du 18e siècle par l'adjonction de deux tours circulaires coiffées d'un petit dôme à lanternon. Des photographies anciennes montrent aussi la partie centrale couverte d'un toit brisé avec une petite lucarne à oculus (ou cadran solaire ?). La chapelle Notre-Dame des Places, datée de 1686, est de style classique, ornée d'une porte à fronton sur pilastres et de grandes fenêtres cintrées qui percent la façade nord. Elle porte les armoiries de la famille Foucault de Saint-Germain-Beaupré. En 1977 on y a volé la Pietà découverte en 1664, qui en avait fait un but de pèlerinage fréquenté. Cette seigneurie appartenait au milieu du 15e siècle à la famille de Goudeville, alias Peynot, sans doute à la suite d'une alliance avec celle de Saint-Sébastien. En 1493, Jean de Goudeville reçut, entre autres biens, l'hostel et lieu noble des Places. En 1640, la seigneurie fut achetée par Gabriel Henri Foucault, seigneur de Saint-Germain, aussi acquéreur de la châtellenie de Crozant. C'est à lui et à son fils que l'on doit les travaux de réfection des bâtiments que l'on voit encore. Quand Sylvain de la Marche, seigneur de Puyguillon, devint propriétaire de la seigneurie en 1786, il élabora un projet de château neuf, connu par des archives privées : corps de bâtiment d'un étage carré et un demi-étage en attique, flanqué de deux avant-corps en pavillons. Les pierres préparées pour ces travaux furent dérobées au cours des années mouvementées de la Révolution : restituées, elles auraient été employées pour la construction de la petite habitation moderne.

Protection

Nature de la protection de l'édifice

Inscrit MH partiellement

Date et niveau de protection de l'édifice

1992/01/17 : inscrit MH

Précision sur la protection de l'édifice

Chapelle ; porche ; pigeonnier (cad. A 1400) : inscription par arrêté du 17 janvier 1992

Nature de l'acte de protection

Arrêté

Précisions sur les éléments protégés

Pigeonnier,chapelle,porche

Intérêt de l'édifice

À signaler

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de rédaction de la notice

1992

Cadre de l'étude

Recensement immeubles MH

Typologie du dossier

Dossier de protection