Eglise Saint-Jean-Baptiste

Désignation

Dénomination de l'édifice

Église

Titre courant

Eglise Saint-Jean-Baptiste

Localisation

Localisation

Auvergne-Rhône-Alpes ; Cantal (15) ; Vernols

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Auvergne

Références cadastrales

A 392, 2019 A 392

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

15e siècle

Description historique

Siège d'une justice seigneuriale, Vernols ressortissait à la sénéchaussée d'Auvergne, en appel de la prévôté de Saint-Flour. L'église, de la fin du 12e siècle, est formée d'une nef accostée de deux chapelles latérales, dont l'une du 15e siècle, l'autre du 19e, précédent un choeur polygonal refait à l'époque gothique. L'arc triomphal, de tracé brisé, chanfreiné de même que les pilastres sur lesquels il retombe, sépare la nef du choeur. Le choeur est formé d'une travée droite couverte d'une croisée d'ogives qui retombent, à partir d'une clé sculptée du monogramme du Christ en caractères gothiques, sur des masques à l'ouest, en pénétration à l'est. Le chevet, formé de cinq pans coupés est couvert d'ogives rayonnantes à partir d'une clef circulaire sculptée de l'image de la Vierge et de l'Enfant, qu'une lierne joint à la clef du doubleau, et reçues dans les angles sur des culs-de-lampe sculptés d'anges. Une porte s'ouvre au nord-est sur la sacristie.

Description

Commentaire descriptif de l'édifice

Une première église romane se composait d'un chœur à trois pans, prolongée par une nef à deux travées et un clocher-mur. Le portail sud à voussures ébrasées sans chapiteaux, aux lignes épurées, est particulièrement remarquable. Au 15e siècle, on constate la surélévation du chœur au-dessus des contreforts et la création de voûtes d'ogives (culots figurés et clefs d'ogives). Des traces de peintures murales subsistent sous l'actuel badigeon. Deux baies sont garnies de remplages, une chapelle sud est rajoutée. Au 16e ou 17e siècle, le clocher-mur est rénové. Au début du 18e siècle, on installe le retable baroque du chœur. Deux baies du chevet sont murées. A la fin du 18e siècle, deux ouïes du clocher sont obturées et on construit la chapelle nord. En 1803 et 1836 sont montées de nouvelles cloches. Au 19e siècle, la sacristie est rajoutée ; on réalise une décoration intérieure au pochoir sur plâtre. En 1987, le portail sud est inscrit. L'ensemble de l'édifice qui date pour l'essentiel des périodes romane et gothique n'est toujours pas protégé à ce jour.

Technique du décor des immeubles par nature

Sculpture

Protection

Nature de la protection de l'édifice

Inscrit MH partiellement, inscrit MH

Date et niveau de protection de l'édifice

1987/10/30 : inscrit MH ; 2019/07/17 : inscrit MH

Précision sur la protection de l'édifice

Portail sud (cad. A 392) : inscription par arrêté du 30 octobre 1987 ; L'église Saint-Jean-Baptiste en totalité (cad. A 392) : inscription par arrêté du 17 juillet 2019

Nature de l'acte de protection

Arrêté

Précisions sur les éléments protégés

Portail ; église

Intérêt de l'édifice

À signaler

Observations concernant la protection de l'édifice

Inscription : 30/10/1987 (arrêté) annulée

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Références documentaires

Date de rédaction de la notice

1992

Cadre de l'étude

Recensement immeubles MH

Typologie du dossier

Dossier de protection

1/7
Eglise Saint-Jean-Baptiste : ensemble sud, vue générale
Eglise Saint-Jean-Baptiste : ensemble sud, vue générale
Ministère de la Culture (France), Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, Diffusion RMN-GP
Voir la notice image