Commanderie des Templiers

Désignation

Dénomination de l'édifice

Commanderie

Titre courant

Commanderie des Templiers

Localisation

Localisation

Auvergne-Rhône-Alpes ; Cantal (15) ; Celles

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Auvergne

Références cadastrales

C 518 à 520

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

1er quart 13e siècle, 3e quart 14e siècle, 18e siècle, 4e quart 19e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1216, 1370, 1883

Description historique

Commanderie édifiée en 1260 autour d'une église romane pré-existante. Après la dissolution de l'ordre en 1312, les bâtiments, organisés en place forte sur plan carré, autour d'une cour fermée, ont été dévolus aux hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem. L'ensemble est incendié en 1360 par les troupes anglo-gascones, et rebâti à partir de 1370 par Béraud de Dienne. Les parties de l'édifice attribuables au 14e siècle sont le corps de logis du commandeur à l'ouest, la porte sud de la forteresse, la tour-escalier au nord-ouest de la cour et la tour circulaire de flanquement. Les troubles calvinistes et la Ligue ruinent le domaine qui subit des travaux de 1718 à 1732 (granges, château, église). En 1793, la commanderie et son domaine sont vendus comme bien national. En 1883, le corps de logis ouest est remanié (suppression des voûtes au rez-de-chaussée, élargissement des ouvertures, construction d'une galerie couverte contre la façade sur cour). Au cours du 19e siècle, adjonction d'une petite chapelle et d'une sacristie au sud de l'église ; d'une salle de catéchisme au nord. Il s'agit de la seule commanderie ayant conservé ses aménagements intérieurs. l'ensemble des constructions de la commanderie forme un quadrilatère autour d'une cour intérieure. A l'extérieur, des tours s'élèvent aux angles. Au nord-ouest, la tour est circulaire et fait saillie sur l'extérieur. Les tours sud forment les angles du quadrilatère, tandis que la tour nord-est s'élève en retrait des corps de logis qui la joignent. L'église, ancienne chapelle de la commanderie, forme la moitié orientale du bâtiment sud de la forteresse. Elle est formée d'une nef couverte d'un berceau lisse en plein cintre, séparée du cheoeur par un arc triomphal en plein cintre reçu par des chapiteaux sculptés. Le choeur présente un chevet plat.

Description

Technique du décor des immeubles par nature

Sculpture

Protection

Nature de la protection de l'édifice

Classé MH

Date et niveau de protection de l'édifice

1990/09/24 : classé MH

Précision sur la protection de l'édifice

Commanderie, y compris le réfectoire avec son plafond à caissons et sa cheminée, le dortoir, la cheminée de la grande salle du premier étage de l'aile Ouest, l'église romane et sa chapelle Nord et la croix du cimetière (cad. C 518 à 520) : classement par arrêté du 24 septembre 1990

Nature de l'acte de protection

Arrêté

Précisions sur les éléments protégés

Église,croix de cimetière,chapelle,réfectoire,dortoir,cheminée,salle,décor intérieur

Intérêt de l'édifice

À signaler

Intérêt oeuvre

Incendiée en 1360, reconstruite en 1370. Seule commanderie ayant conservé ses aménagements intérieurs.

Observations concernant la protection de l'édifice

Inscription 21 03 1988 (arrêté) annulée.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune ; propriété privée

Références documentaires

Date de rédaction de la notice

1992

Cadre de l'étude

Recensement immeubles MH

Typologie du dossier

Dossier de protection

1/5
tour sud-est, vue générale
tour sud-est, vue générale
Ministère de la Culture (France), Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, Diffusion RMN-GP
Voir la notice image