Basilique Saint-Julien

Désignation

Dénomination de l'édifice

Basilique

Titre courant

Basilique Saint-Julien

Localisation

Localisation

Auvergne-Rhône-Alpes 43 Brioude

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Auvergne

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

4e quart 11e siècle, 12e siècle, 13e siècle, 14e siècle

Description historique

En 389, le simple oratoire dédié à Saint-Julien, devient église. Détruite en partie par les Arabes au 8e siècle, la basilique est relevée par Béranger, comte de Toulouse et comte bénéficiaire d'Auvergne, qui commença les travaux vers 820. L'oeuvre est achevée en 893 par Guillaume le Pieux, duc d'Aquitaine. En 924 et 927, l'église est à nouveau détruite par les Normands. Une campagne de travaux est menée au 13e siècle. Narthex daté de la fin du 11e siècle. Tribunes du narthex et première travée du bas-côté sud, vers 1120. Porche sud, quatre premières travées de la nef et celles des bas-côtés qui leur correspondent, piles de la croisée, vers 1130. Coupole de la tribune du narthex, du milieu du 12e siècle. Porche nord, cinquième travée de la nef, croisillons, lanterne du transept avec sa tour octogonale, choeur, de la fin du 12e siècle. Quatrième et cinquième voûtes d'ogives de la nef du milieu du 13e siècle. Voûtes et fenêtres des trois premières travées, datées du 14e siècle. En 1793, destruction de la tour carrée et démolition de la flèche de la tour octogonale, haute de 33 mètres. Lors d'une campagne de travaux menée de 1848 à 1850, l'architecte Bravard reconstruisit la tour carrée du narthex et couvre de terrasses la nef et les bas-côtés. Entre 1862 et 1864, l'architecte Mallay consolide le clocher octogonal qui surmonte le transept et le coiffe d'une flèche. En 1907 est entrepris le débadigeonnage des fresques des absidioles qui reste se poursuit en 1957 avec la mise à jour des peintures murales de la nef. En 1964, rétablissement de l'ancien pavage de galets polychromes découvert à 40 cm sous le suivant. A l'origine, la garde du tombeau du saint était assurée par 80 chevaliers formant une milice guerrière qui devint ensuite un corps de chanoines. Puis, l'église fut desservie par 54 clercs qui reçurent de Louis le Débonnaire la règle des chanoines réguliers. Ces chanoines formaient un chapitre qui était seigneur de la ville et du comté, avec droit de haute, moyenne et basse justice. Ces prérogatives se maintinrent jusqu'à la Révolution.

Description

Technique du décor des immeubles par nature

Peinture

Protection

Nature de la protection de l'édifice

Classé MH

Date et niveau de protection de l'édifice

1840 : classé MH

Précision sur la protection de l'édifice

Basilique Saint-Julien : classement par liste de 1840

Nature de l'acte de protection

Liste

Précisions sur les élements protégés

Décor intérieur

Référence aux objects conservés dans l'édifice

PM43000109, PM43000745, PM43001030, PM43001202, PM43001203, PM43001204, PM43001205, PM43001206, PM43001207, PM43001208, PM43001209, PM43001210, PM43001211, PM43001212, PM43001213, PM43001214, PM43001464, PM43001465, PM43001466, PM43001467, PM43001468, PM43001469, PM43001470, PM43001471, PM43001472, PM43002539, PM43003191, PM43003207

Intérêt de l'édifice

À signaler

Observations concernant la protection de l'édifice

18 04 1914 (J.O.).

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Conditions d'ouverture au public

Utilisation cultuelle

Références documentaires

Date de rédaction de la notice

1992

Cadre de l'étude

Recensement immeubles MH

Typologie du dossier

Dossier de protection