Château de Davayat

Désignation

Dénomination de l'édifice

Château

Titre courant

Château de Davayat

Localisation

Localisation

Auvergne-Rhône-Alpes ; Puy-de-Dôme (63) ; Davayat

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Auvergne

Références cadastrales

A 790, 791, 1225, 1339, 1343

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

2e moitié 17e siècle, 4e quart 18e siècle, milieu 19e siècle

Description historique

Ce château de la Limagne, proche de Riom, fut édifié par campagnes successives à partir d'un pavillon construit à l'extrême fin du 16e siècle par un magistrat riomois. Ce pavillon fut d'abord agrandi dans la deuxième moitié du 17e siècle, à l'est et à l'ouest, par un consul de Riom, Amable Valeix, qui ne put achever les travaux. Ce corps de bâtiment allongé, sur six travées et trois niveaux, comporte dans la travée axiale de la façade sud, un oculus à aileron surmonté d'un fronton à boules. Ces mêmes boules ornent les lucarnes à encadrement de pierre. A cette époque fut probablement aménagé un premier jardin à la française. Au 18e siècle, la propriété fut vendue à la famille Dutour, récemment anoblie, mais dont les agrandissements et les embellissements restèrent également inachevés : des deux ailes en retour prévues, seule l'aile Est fut réalisée. Cette construction, sans doute due à l'architecte Attiret, présente un portique à cinq colonnes doriques soutenant une terrasse bordée d'une balustrade. A l'étage, des pilastres portant un entablement à frise de triglyphes encadrent des occuli ovales peut-être inspirés de ceux du belvédère du palais d'été des empereurs de Chine. Le jardin fut organisé en grandes allées et l'entrée d'honneur fut close d'un portail de ferronnerie à fronton orné d'un cartouche à écussons ovales accolés. Au milieu du 19e siècle, le parc fut transformé à l'anglaise, avant de retrouver au 20e siècle un dessin à la française grâce à l'intervention du paysagiste moulinois Trèves. Dans le parc, se trouvent une chapelle désaffectée en 1707 et restaurée en 1837, ayant conservé décor et mobilier ; un pavillon qui servit pendant la Révolution à cacher un prêtre grâce à un système de boiseries coulissantes ; une serre ; une pergola en forme de temple antique ; des communs (grange, étable, écurie, cuvage, orangerie et logement de fermier).

Description

Technique du décor des immeubles par nature

Sculpture, ferronnerie

Protection

Nature de la protection de l'édifice

Inscrit MH

Date et niveau de protection de l'édifice

2006/03/20 : inscrit MH

Précision sur la protection de l'édifice

Le château, ainsi que sa chapelle, le pavillon du prêtre réfractaire, les communs sud et le jardin avec son système hydraulique, ses lions, sa serre, sa pergola, ses clôtures et son portail d'honneur (cad. A 790, 791, 1225, 1339, 1343) : inscription par arrêté du 20 mars 2006

Nature de l'acte de protection

Arrêté

Précisions sur les éléments protégés

Chapelle,pavillon,communs,jardin,installation hydraulique,serre,clôture,portail,statue,pergola

Intérêt de l'édifice

À signaler

Observations concernant la protection de l'édifice

Inscription 21 03 1983 (façades et toitures ainsi que les deux lions se trouvant à l'entrée de la cour d'honneur) (arrêté) annulée.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de rédaction de la notice

1992

Cadre de l'étude

Recensement immeubles MH

Typologie du dossier

Dossier de protection

1/12
ensemble nord, vue générale
ensemble nord, vue générale
Ministère de la Culture (France), Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, droits réservés
Voir la notice image