Fortifications de la ville : Citadelle et remparts

Désignation

Dénomination de l'édifice

Fortification d'agglomération ; citadelle

Titre courant

Fortifications de la ville : Citadelle et remparts

Localisation

Localisation

Bretagne ; Morbihan (56) ; Port-Louis ; rue du Fort-de-l'Aigle ; promenade Henri-François-Buffet

Adresse de l'édifice

Fort-de-l'Aigle (rue du) ; Henri-François-Buffet (promenade)

Références cadastrales

1971 AD 441, 445, 446, 915? AE 170, 172, 173 ; 1999 AE 154

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

17e siècle ; milieu 18e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1750

Description historique

Port-Louis se compose d'une citadelle et d'une ville fortifiée. C'est Louis XIII qui fit reconstruire l'ancienne citadelle de Blavet, détruite, et développa la ville rebaptisée Port-Louis. La citadelle fut achevée de 1616 à 1622. Aux pieds du rempart sont installées un certain nombre de salles souterraines (entrepôts de vin, etc.). En 1636, Richelieu fit construire une demi-lune à l'extrémité du grand port, achevée par Charles de la Meilleraye en 1643. L'enceinte urbaine fut bâtie entre 1649 et 1653. Peu d'évolutions se sont produites entre le 17e et le 19e siècle, époque où des transformations importantes ont été pratiquées sur une partie des remparts et bastions (avec entre autres, l'établissement en 1850 d'une rampe d'accès qui reliait la porte de la Pointe à la place aux canons). Située face à la tour de Nesmond, la grande poudrière a été bâtie en 1750-1752, sur les plans de l'ingénieur Félix-François Le Royer de la Sauvagère, par l'entrepreneur des fortifications royales Jacques Robinet, dit Bourbonnais et son associé Gallen. François Gourier du Rocher exécuta le motif décoratif placé sur le pignon d'entrée sud : les armes de la duchesse de Mazarin, qui furent grattées en 1792. Ce bâtiment rectangulaire en pierre de taille de granit, est contenu dans une enceinte, sa voûte de couvrement présente un berceau maçonné en briques. Il conservait toutes les poudres des forts environnants ainsi que celles des vaisseaux faisant escale à Port-Louis ; sa capacité de stockage était de 120 000 livres. C'est un témoin intéressant de ce type d'édifices élevés au 18e siècle.

Protection et label

Nature de la protection de l'édifice

Classé MH partiellement ; inscrit MH partiellement ; protection partielle

Date et niveau de protection de l'édifice

1933/05/12 : inscrit MH ; 1948/04/29 : classé MH ; 1999/09/27 : classé MH

Précision sur la protection de l'édifice

Les remparts : inscription par arrêté du 12 mai 1933 - La citadelle et les remparts (à l'exception des remparts de la ville entre le bastion Saint-Pierre et la porte de la Pointe) : classement par arrêté du 29 avril 1948 - La grande poudrière, rue des Récollets (cad. AE 154) : classement par arrêté du 27 septembre 1999

Nature de l'acte de protection

Arrêté

Intérêt de l'édifice

À signaler

Observations concernant la protection de l'édifice

Voir aussi notices Mérimée PA56000022, PA56000023, PA56000024 et PA56000025.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune ; propriété d'une société privée ; propriété de l'Etat

Précisions sur le statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune : poudrière

Affectataire de l'édifice

Ministère chargé de la défense ; ministère chargé de l'économie et des finances

Références documentaires

Date de rédaction de la notice

1992

Cadre de l'étude

Recensement immeubles MH

Typologie du dossier

Dossier de protection

1/5