Château de Cheffontaines

Désignation

Dénomination de l'édifice

Château

Titre courant

Château de Cheffontaines

Localisation

Localisation

Bretagne ; Finistère (29) ; Clohars-Fouesnant

Lieu-dit

Cheffontaines

Références cadastrales

B4 497

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

18e siècle

Auteur de l'édifice

Crétien (maître de l'oeuvre)

Description historique

Au nombre des places fortes, le château féodal de Kergoat et le château de Bodigneau figuraient en bonne et due place dans le système de défense de la Cornouaille du sud et servaient de garnison aux ligueurs. Cet état de fait demeura jusqu'à la prise de Quimper par le Maréchal d'Aumont qui, après sa victoire, ordonna le démantèlement des places fortes. Bodigneau bénéficia d'une mesure d'exception : l'article XVI de la capitulation que le Maréchal accorda le 11 octobre 1594 stipulait qu'à l'égard des fortifications de Bodigneau, y sera pourvu à leur démolition par Monsieur le Maréchal à la moindre faute et oppression que faire se pourra. Le peuple resta sage et Bodigneau échappa à la destruction. Quant aux fortifications de l'ancien château féodal de Kergoat, dont le système de défense s'appuyait sur la présence de deux étangs qui existent encore actuellement, elles furent démantelées. Seul subsista le corps de logis central qui fut épargné et devint la résidence des Penfentenio. En 1662, Jean de Penfentenio acheta Bodigneau à Barthélémy Rosmadec et obtint en 1680 l'érection en chatellenie de ses terres de Kergoat et de Bodigneau sous le nom de Cheffontaines, forme francisée de Penfentenio (pen : tête ou chef, fentenio : fontaine). En 1766, cette seigneurie fut érigée en marquisat et c'est alors que le nouveau marquis de Cheffontaines se construisit une résidence digne du titre dont Louis XV avait gratifié son fief. Bodigneau fut en grande partie abattu pour fournir ses beaux matériaux de granit à la construction de l'actuel château de Cheffontaines. Quant survint la Révolution, l'ensemble du château n'était pas encore terminé. Ainsi, les écuries et les pavillons jouxtant les douves ne furent jamais réalisés. Le parc comprenait de nombreuses essences rares et l'accès de la propriété se faisait par une grande avenue qui rappelle les vastes percées du Grand Siècle (dans sa partie la plus étroite, elle mesure 1, 10 m de large).

Protection et label

Nature de la protection de l'édifice

Classé MH partiellement ; inscrit MH partiellement ; Protection totale

Date et niveau de protection de l'édifice

1928/02/25 : inscrit MH ; 1958/03/26 : classé MH

Précision sur la protection de l'édifice

Château, sauf parties classées (cad. B4 497) : inscription par arrêté du 25 février 1928 ; Façades et toitures ; vestibule d'entrée ; grand escalier ; petit salon ; grand salon ; salle à manger (cad. B4 497) : classement par arrêté du 26 mars 1958

Nature de l'acte de protection

Arrêté

Typologie de la zone de protection

Site classé

Intérêt de l'édifice

À signaler

Observations concernant la protection de l'édifice

Parc : site classé 15 07 1959 (arrêté).

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété d'une société privée

Références documentaires

Date de rédaction de la notice

1992

Cadre de l'étude

Recensement immeubles MH

Typologie du dossier

Dossier de protection

1/13