Domaine national de Rambouillet

Désignation

Dénomination de l'édifice

Château

Appelation d'usage

Domaine national de Rambouillet

Destination actuelle de l'édifice

Musée

Titre courant

Domaine national de Rambouillet

Localisation

Localisation

Île-de-France ; Yvelines (78) ; Rambouillet

Adresse de l'édifice

Libération (place de la)

Références cadastrales

AA 35, AL 19, 20, 33, F 166, 184, 190, 191, 197, 198, 204, 205, 208, 209, 212 à 236, 239, 245 à 247, 257

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

14e siècle, 17e siècle, 18e siècle, 1ère moitié 19e siècle

Description historique

En 1374, Jean Bernier transforma son manoir en un véritable château-fort dont le plan pentagonal et la grosse tour ont subsisté jusqu'à nos jours. Le château fut l'objet de nombreux aménagements, transformations et agrandissements au cours des siècles qui suivirent. François1er, lors de son passage, mourut en ces lieux. Elevé au marquisat en 1612, Rambouillet fut érigé en duché-pairie en 1711 par le duc de Toulouse, fils de Louis XIV. Les fossés furent comblés, les ponts-levis supprimés, la cour régularisée et l'aile orientale remaniée. Au cours du 18ème siècle, d'autres ajouts ou modifications furent opérés tels les appartements d'assemblée, un jardin anglais de 25 hectares ou encore des fabriques destinés à l'ornementation. Louis XVI acheta le domaine à titre privé en 1783. Dès lors, les écuries furent agrandies et une laiterie de propreté installée. Le jardin anglais fut augmenté et le tracé du jardin régulier assoupli. Louis XVI créa la ferme expérimentale destinée à l'élevage des moutons mérinos. Napoléon fit, par la suite, supprimer l'aile orientale et remanier le bâtiment central. Les appartements sur cour du rez-de-chaussée haut de l'aile ouest furent décorés dont la salle de bain peinte par Vasserot et Godard. Napoléon 1er entreprit également la rénovation des jardins et du réseau hydraulique. Sous la restauration, le château fut l'objet de nouvelles reprises renforçant ainsi son aspect hétérogène. Sous la troisième république, enfin, le domaine fut utilisé pour les chasses présidentielles avant d'être aménagé en résidence sous Félix Faure en 1894.

Description

Technique du décor des immeubles par nature

Menuiserie

Protection

Nature de la protection de l'édifice

Classé MH partiellement, inscrit MH partiellement, protection totale

Date et niveau de protection de l'édifice

1977/08/29 : inscrit MH ; 2010/11/30 : classé MH

Précision sur la protection de l'édifice

Les bâtiments non classés de la ferme et de la bergerie, le sol des cours (cad. F 166, 184) : inscription par arrêté du 29 août 1977 - Le portail d'entrée, le pigeonnier, les deux granges situées de part et d'autre du pigeonnier et le grand bâtiment sud-ouest de la ferme ; le portail d'entrée, les deux bergeries et le hangar de gauche au fond de la cour de la Bergerie Nationale (cad. F 166 : ferme, 184 : Bergerie Nationale) ; les façades et toitures des anciennes écuries du comte de Toulouse, dites aussi « Caserne des Gardes » (cad. F 213) ; les immeubles bâtis et non bâtis situés sur les parcelles AA 35, AL 19, 20, 33 et F 190, 191, 197, 198, 204, 205, 208, 209, 212, 214 à 236, 239, 245 à 247, 257, tels que délimités par un liseré rouge sur les trois plans annexés à l'arrêté : classement par arrêté du 30 novembre 2010

Nature de l'acte de protection

Arrêté

Précisions sur les éléments protégés

Laiterie,ermitage,oratoire,pigeonnier,ferme,grange,bergerie,cour,pavillon,tour,portail,décor intérieur,fabrique de jardin,caserne,écurie

Typologie de la zone de protection

Site classé ; site inscrit

Intérêt de l'édifice

À signaler

Intérêt oeuvre

Site classé 04 05 1942 (arrêté) ; site inscrit 27 04 1942 (arrêté).

Observations concernant la protection de l'édifice

Classements 23 03 1896 (L'ensemble des boiseries et la salle de bains en faïence de Delft, dite de Marie-Antoinette, du château ; La laiterie de Marie-Antoinette, le pavillon de l'Ermitage et le pavillon des Coquillages) , 14 03 1944 (La tour dite de François Ier, attenante au château ; la décoration de la salle de bains de Napoléon Ier et l'oratoire de Napoléon Ier (tour ouest) du château ; la décoration de la salle des Quatre-Saisons, dans le pavillon rond à gauche de la laiterie ; le pigeonnier de la ferme nationale) , 08 06 1967 (façades et toitures des écuries du comte de Toulouse) , 29 08 1977 (la ferme : le portail d'entrée, le pigeonnier, les deux granges situées de part et d'autre du pigeonnier, le grand bâtiment sud-ouest. La Bergerie : le portail d'entrée, les deux bergeries, le hangar de gauche au fond de la cour) (arrêtés) annulés. 18 04 1914 (J.O.).

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété de l'Etat

Affectataire de l'édifice

Ministère chargé de la culture ; ministère chargé de la défense ; ministère chargé de l'agriculture

Précisions concernant l'affectataire de l'édifice

Édifice géré par le CMN (Centre des Monuments Nationaux) : cad. AA 35, AL 19, 20, 33, F 190, 191, 197, 198, 204, 205, 208, 209, 212, 214 à 236, 239, 245 à 247, 257 ; Défense : cad. F 213 ; Centre d'enseignement zootechnique : cad. F 166, 184

Conditions d'ouverture au public

Ouvert au public

Références documentaires

Date de rédaction de la notice

1992

Cadre de l'étude

Recensement immeubles MH

Typologie du dossier

Dossier de protection

1/250
vue générale des façades sud et est
vue générale des façades sud et est
Ministère de la Culture (France), Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, Diffusion RMN-GP
Voir la notice image