Grands magasins de la Samaritaine

Désignation

Dénomination de l'édifice

Magasin de commerce

Titre courant

Grands magasins de la Samaritaine

Localisation

Localisation

Île-de-France ; Paris (75) ; Paris 1er Arrondissement ; 19 rue de la Monnaie ; 34 rue de l'Arbre-Sec ; 67 rue de Rivoli ; 1 rue du Pont-Neuf

Adresse de l'édifice

Monnaie (rue de la) 19 ; Arbre-Sec (rue de l') 34 ; Rivoli (rue de) 67 ; Pont-Neuf (rue du) 1

Références cadastrales

01 : 01 AK 31, 38

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

2e moitié 19e siècle, 1ère moitié 20e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1870, 1885, 1905, 1926, 1930

Personnalités liées à l'histoire de l'édifice

Cognacq Ernest (commanditaire), Jay Marie-Louise (commanditaire)

Description historique

Le magasin est fondé en 1870, quand Ernest Cognacq prend à bail une petite portion d'un bâtiment à usage commercial ; puis, il achète la maison, et, par étages, le bâtiment qui lui fait face, rue de la Monnaie. Il engage en 1885 l'architecte Franz Jourdain pour réaménager le bâtiment original, et commence en même temps à améliorer l'extérieur du bâtiment. En 1904, il dresse un plan directeur pour l'agrandissement de la Samaritaine. C'est encore Jourdain qui se charge de ces nouveaux bâtiments. Entre 1905 et 1910, il construit le bâtiment n°2 en acier, adoptant une technique radicalement différente de celle de la maçonnerie ; Cognacq, en effet, avait demandé le maximum d'espace construit dans un minimum de temps et pour un minimum d'argent. La flamboyante décoration extérieure, dans l'esprit de l'Art Nouveau, est réalisée par le décorateur Francis Jourdain (fils de l'architecte) , le peintre Eugène Grasset (dessinateur de l'enseigne du magasin) , le ferronnier Edouard Schenck et le céramiste Alexandre Bigot. Malheureusement, les Parisiens n'aiment pas la Samaritaine de 1905, en particulier la décoration Art Nouveau. En 1925, Cognacq est autorisé à construire un nouveau bâtiment. Le chantier débute, avec Jourdain et Sauvage, en janvier 1926 et est achevé en septembre 1928, après de nombreuses modifications par rapport au projet initial. A la demande de la Préfecture, la charpente en acier est habillée d'une pierre de couleur crème. Le magasin n° 3, un édifice de dix étages sur la parcelle délimitée par les rues de Rivoli, du Pont-Neuf et Boucher, est construit par Jourdain de 1930 à 1933. La Samaritaine s'étend sur quatre pâtés de maisons ; on note les traitements très variés des façades, allant de la création contemporaine très hardie à la simple consolidation de façades d'immeubles haussmaniens rachetés petit à petit. L'aménagement intérieur subsiste surtout dans le magasin 2, avec sa verrière, ses larges escaliers, ses garde-corps dessinés par Jourdain et ses coloris caractéristiques - bleu vif, vert et orange.

Description

Technique du décor des immeubles par nature

Céramique, peinture, ferronnerie

Protection

Nature de la protection de l'édifice

Inscrit MH partiellement

Date et niveau de protection de l'édifice

1990/07/25 : inscrit MH

Précision sur la protection de l'édifice

Magasin n° 2 ; façades et toitures du magasin n° 3 (cad. 01 : 01 AK 31, 38) : inscription par arrêté du 25 juillet 1990

Nature de l'acte de protection

Arrêté

Précisions sur les éléments protégés

Élévation,décor extérieur

Typologie de la zone de protection

Liste du patrimoine mondial ; site inscrit

Intérêt de l'édifice

À signaler

Observations concernant la protection de l'édifice

Site inscrit 06 08 1975 (arrêté).

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété d'une société privée

Références documentaires

Date de rédaction de la notice

1992

Cadre de l'étude

Recensement immeubles MH

Typologie du dossier

Dossier de protection

1/2
[Ile de la Cité, Paris,] 1952
[Ile de la Cité, Paris,] 1952
Ministère de la Culture (France), Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, dist. RMN-GP, donation Willy Ronis
Voir la notice image