Ancienne abbaye

Désignation

Dénomination de l'édifice

Abbaye

Titre courant

Ancienne abbaye

Localisation

Localisation

Nouvelle-Aquitaine ; Pyrénées-Atlantiques (64) ; Lucq-de-Béarn

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Aquitaine

Références cadastrales

BO 29 à 34

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

12e siècle, 15e siècle, 16e siècle, 17e siècle

Description historique

D'après la tradition, un lieutenant de Childebert revenant d'assiéger Saragosse aurait fondé à cet emplacement un oratoire consacré à Saint-Vincent, vers 542. Le monastère fut fondé vers 970 par le vicomte Guillaume Sanche qui y installa l'abbé bénédictin Garcia. Les bâtiments actuels sont ceux qui subsistent des ruines du monastère après le passage, en 1569, des troupes protestantes. Confiée sous le règne de Louis XIII aux Barnadites dont la mission était essentiellement l'évangélisation, l'abbaye fut en partie remontée pour devenir le Château Madiou après avoir été vendue comme bien national à la Révolution. L'abbé de Lucq ressortissait directement du pape tout en dépendant partiellement de l'évêque d'Oloron. Deux parties bien différentes subsistent à l'ouest et au sud de l'église abbatiale (12e siècle, 15e siècle, 16e siècle, 17e siècle), l'une en ruine (15e siècle), celle au sud de l'église servant d'habitation (15e siècle, 16e siècle). La partie ruinée consiste en une salle rectangulaire flanquée dans l'angle nord-est d'une haute tour octogonale jusqu'au deuxième étage puis cylindrique et terminée en encorbellement. Une tourelle également ronde est accrochée à la partie supérieure et renferme l'escalier à vis. La partie habitée comprend un corps de bâtiment flanqué de deux gros pavillons dont l'un, à l'ouest, est prolongé par une construction qui comporte encore sur sa façade sud un portail surmonté de quatre consoles de hourdages. C'est dans cette partie que s'installèrent les premiers moines barnabites et où se situait l'ancien réfectoire des Bénédictins. L'église a conservé en partie son caractère roman primitif, en particulier dans l'abside et les absidioles qui ont conservé des chapiteaux historiés. La tour du clocher-porche conserve des traces d'un système défensif (corbeaux, trous de hourdage).

Description

Technique du décor des immeubles par nature

Sculpture

État de conservation (normalisé)

Vestiges

Protection

Nature de la protection de l'édifice

Classé MH partiellement, inscrit MH partiellement, protection totale

Date et niveau de protection de l'édifice

1984/12/28 : inscrit MH ; 1986/08/29 : inscrit MH ; 1990/02/08 : classé MH

Précision sur la protection de l'édifice

Eglise abbatiale (cad. BO 32) : inscription par arrêté du 28 décembre 1984 ; Façades et toitures des bâtiments situés au Sud de l'église ; sol de la cour, située entre ces bâtiments et l'église (cad. BO 30, 31, 33, 34) : inscription par arrêté du 29 août 1986 ; Bâtiment en ruine (cad. BO 29) : classement par arrêté du 8 février 1990

Nature de l'acte de protection

Arrêté

Précisions sur les éléments protégés

Église,bâtiment conventuel,cour,élévation,toiture

Intérêt de l'édifice

À signaler

Observations concernant la protection de l'édifice

Site archéologique : 64 359 1 AH

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune ; propriété privée

Précisions sur le statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune : Eglise abbatiale ; propriété d'une personne privée : Bâtiment en ruine et bâtiments au Sud de l'église

Références documentaires

Date de rédaction de la notice

1992

Cadre de l'étude

Recensement immeubles MH

Typologie du dossier

Dossier de protection

1/4
Façade sud
Façade sud
Ministère de la Culture (France), Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, Diffusion RMN
Voir la notice image