Villa Arson, Ecole nationale supérieure d'art et Centre national d'art contemporain

Désignation

Dénomination de l'édifice

École d'art

Titre courant

Villa Arson, Ecole nationale supérieure d'art et Centre national d'art contemporain

Localisation

Localisation

Provence-Alpes-Côte d'Azur ; Alpes-Maritimes (06) ; Nice ; 20 avenue Stephen-Liegard

Lieu-dit

Saint-Barthélémy (quartier)

Adresse de l'édifice

Stephen-Liegard (avenue) 20

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

2e moitié 18e siècle, 3e quart 20e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1970

Auteur de l'édifice

Marot Michel (architecte)

Personnalités liées à l'histoire de l'édifice

Arson Pierre-Joseph (commanditaire), Talleyrand-Périgord Charles Maurice (habitant célèbre)

Description historique

La Villa Arson est aujourd'hui un établissement d'enseignement supérieur associé à un centre d'art, placé sous la tutelle du Ministère de la Culture. La bâtisse d'origine avec son jardin à l'italienne, que ses murs ocre-rouge distinguent des ajouts successifs, date de la 2e moitié du 18e siècle. Elle avait été commanditée par Pierre-Joseph Arson, comte de Saint-Joseph et consul de Nice. Talleyrand y séjourna après le congrès de Vienne. Après différentes occupations et affectations, la villa et le terrain l'entourant furent rachetés par la ville de Nice en 1943, avant d'être offerts à l'État dans le but d'y construire une école d'art.

Description

Commentaire descriptif de l'édifice

Michel Marot (né en 1926) , à la tête d'une équipe composée d'architectes parisiens et niçois (D. Tremblot, M. Guerlin, D. Quillard, G. Fidon, P. Allard) , a su réaliser un espace complexe mais cohérent, insérant l'ancienne construction dans des cubes de béton, et utilisant la pente naturelle du terrain pour respecter le paysage en ne dépassant pas la hauteur de deux étages. Le labyrinthe apparent des espaces intérieurs est dû à la multiplicité des fonctions que doit regrouper ce lieu : ateliers, salles d'expositions, loges, studios pour les artistes et étudiants en résidence. Les parois de béton " brut de décoffrage " confèrent une esthétique " brutaliste " et épurée au lieu, permettant une meilleure mise en valeur des oeuvres et des expositions. D'autres parois, à l'extérieur cette fois, sont recouvertes de galets du Var, insérant la villa dans son contexte géographique par un renvoi aux revêtements traditionnels régionaux. Quelques éléments décoratifs comme les sols pavés de marbre, ou les tomettes triangulaires ocre et blanc ajoutent une note de lumière et de fantaisie aux espaces épurés. Les deux hectares de jardins, souvenirs de l'immense parc du premier propriétaire, s'étendent autour de l'école, et la surplombent même par l'intermédiaire de toits-terrasses arborés, accentuant une fois encore la sensation d'intégration dans le paysage méditerranéen.

Protection

Nature de la protection de l'édifice

Inscrit MH

Date et niveau de protection de l'édifice

1943/03/01 : inscrit MH

Précision sur la protection de l'édifice

La villa et son jardin : inscription par arrêté du 1er mars 1943

Nature de l'acte de protection

Arrêté

Précisions sur les éléments protégés

Jardin

Typologie de la zone de protection

Site classé

Intérêt de l'édifice

A signaler

Observations concernant la protection de l'édifice

Labellisée par la Commission Régionale du Patrimoine et des Sites (CRPS) du 28 novembre 2000. Classée Bâtiment civil 22 10 1975.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété de l'Etat

Affectataire de l'édifice

Ministère chargé de la culture

Précisions concernant l'affectataire de l'édifice

Affecté à la délégation aux arts plastiques

Références documentaires

Date de rédaction de la notice

1992

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Sylvie Denante

Cadre de l'étude

Recensement immeubles MH

Typologie du dossier

Dossier de protection

école d'art dite villa Arson
école d'art dite villa Arson
(c) Monuments historiques
Voir la notice image