Demeure dite habitation Gradis, puis usine de Basse-Pointe

Désignation

Dénomination de l'édifice

Demeure

Appelation d'usage

Habitation Gradis puis Usine de Basse-Pointe

Titre courant

Demeure dite habitation Gradis, puis usine de Basse-Pointe

Localisation

Localisation

Martinique 972 Basse-Pointe

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Martinique nord

Lieu-dit

Habitation Gradis

Références cadastrales

1973 A 372, 373, 374, 375, 376, 377

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En village

Partie constituante non étudiée

Cheminée d'usine, pont, hangar agricole, garage, bureau d'entreprise, chai, pont

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

Limite 18e siècle 19e siècle

Auteur de l'édifice

maître d'oeuvre inconnu

Description historique

Au 18e siècle l'habitation sucrerie appartenait à un dénommé Mathieu Prunes. Elle devint propriété des Gradis durant la première moitié du 19e siècle. Cette famille possédait à l'origine une compagnie de transport exportant le sucre de l'usine, créée en 1889, vers la France, et important les produits nécessaires à son fonctionnement. Elle obtint la propriété de l'usine et de ses terres par cession du propriétaire endetté. L'administration fut confiée à M. Depaz qui devint également propriétaire de l'usine en 1921. A titre anecdotique, elle vu naître dans sa rue case-nègres le renommé poète Aimé Césaire, ancien député-maire de la capitale Fort-de-France. La fermeture de l'habitation surviendra en 1963. Les sources d'énergie de l'usine étaient la bagasse et l'eau qu'un canal amenait avec un débit de 50 litres par seconde. La canne, transportée par une locomotive à vapeur, le sera ensuite par les camions de la société de transport Beuzelin. Le sucre était porté sur les bateaux ancrés dans la rade de Basse-Pointe au moyen d'un câble tendu depuis le quartier Hackaërt jusqu'au pont de ceux-ci. Plus tard, la construction de l'embarcadère facilita les manoeuvres.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Pierre, moellon, moellon sans chaîne en pierre de taille, enduit, enduit partiel, béton, ciment, bois, pan de métal

Matériaux de la couverture

Tuile mécanique, tôle ondulée, tôle nervurée

Commentaire descriptif de l'édifice

Le site de Gradis se trouve sur les hauteurs du bourg de la Basse-Pointe. On y accède par la rue Marcé située dans le prolongement de la rue du Marché. Sa superficie est d'un peu plus de 200 hectares essentiellement plantés en banane. Les anciens bâtiments de l'usine sont presque tous désaffectés. Un ancien dépôt de sucre sert aujourd'hui de dépôt d'engrais et un ancien bâtiment de hangar à banane. Les parties les plus anciennes des constructions industrielles sont en pierre et moellon, avec chaînes d'angles pour certaines. La brique est également présente. La rue cases-nègres, située à l'entrée du site, se compose d'une vingtaine de cases. Un temple hindou se trouve à l'ouest de la maison d'habitation.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété d'une société privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2003

Date de rédaction de la notice

2003

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Ursulet Laurent

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Dossier avec sous-dossier

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional de Martinique - Service chargé de l'Inventaire 54, rue Professeur Raymond Garcin 97200 Fort-de-France - 05.96.63.18.61

Demeure Gradis puis usine de Basse-Pointe
Demeure Gradis puis usine de Basse-Pointe
© Inventaire général, ADAGP ; © Conseil régional Martinique
Voir la notice image