Place du Cours-Nolivos

Désignation

Dénomination de l'édifice

Place

Titre courant

Place du Cours-Nolivos

Localisation

Localisation

Guadeloupe ; Guadeloupe (971) ; Basse-Terre ; place du Cours-Nolivos

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Basse-Terre (commune)

Adresse de l'édifice

Cours-Nolivos (place du )

Références cadastrales

2001 AM non cadastré

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Partie constituante non étudiée

Appontement, kiosque

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

4e quart 18e siècle, 2e quart 19e siècle

Siècle de campagne secondaire de consctruction

2e quart 20e siècle, 3e quart 20e siècle

Description historique

Au centre du quartier marchand, le gouverneur Nolivos fait aménager dans les années 1765 une partie de la grand rue en cours, planté de hauts tamarins. Lieu de promenade pour les basse-terriens, ce cours est un emplacement recherché par les riches marchands comme en témoignent encore quelques élégantes demeures, en maçonnerie parfois à deux étages, des n° 42 à 50. Une fontaine est signalée dès 1768 à l'extrémité sud du cours. Le 15 septembre 1782, un incendie se déclare à Saint-François et détruit 18 maisons du front de mer. Il ne semble pas qu'à la suite de cet incendie le cours Nolivos ait été agrandi comme cela a été parfois avancé. En 1820, il y avait aux 2 extrémités de la promenade 2 fontaines pyramidales dont l'eau était potable. L'agrandissement de la place du cours Nolivos est la conséquence d'un autre incendie qui s'est déclaré le 26 août 1844 dans la maison Laureza à l'extrémité nord de la rue des Normands. En quelques heures, le feu s'est propagé de la rue Barbés au pont de la Ravine-à-Billau, détruisant 46 maisons. Les élus pensent d'abord, comme après l'incendie de 1782, en profiter pour simplement élargir les cales de l'Embarcadère (Schoelcher) et du Sable (Maurice-Marie-Claire) mais la possibilité d'améliorer la circulation et la sécurité tout en embellissant la ville s'impose rapidement. Le quartier Saint-François, s'il dispose d'une promenade ombragée vantée par les voyageurs, ne possède pas de grande place, ni d'un accès aisé à la grève. Dès le lendemain de la catastrophe, une commission est nommée pour étudier la possibilité d'ouvrir largement le cours Nolivos sur la rade. Elle dénonce l'étroitesse des cales et les difficultés de circulation. Elle constate qu'il faut dans certains cas emprunter des échelles pour atteindre la mer comme aux cales de la Comédie ou de la Fontaine-Marine et que la circulation est impossible sur le bord de mer à cause des murs brise-lames des magasins construits au ras de l'eau. Nous ne conservons pas le plan d'alignement qui a certainement été réalisé, mais uniquement l'analyse des propositions présentées au conseil municipal, qui ne furent pas toutes acceptées. 13 bâtiments incendiés sont rasés du côté du bord de mer. La rue de la Savane (Schoelcher) constitue l'axe central du nouvel aménagement. Il s'agit du seul grand projet d'aménagement urbain du XIXe siècle. D'après les cartes postales, à la fin du XIXe siècle, la place était recouverte de pavée et est plantée de 3 rangés de tamarins. Un appontement, implanté dans l'axe de la rue de la Savane (Schoelcher) , a été construit au cours des années 1850 et permet à certains navires d'accoster. Il y un poste de garde qui surveille l'accès des passagers. En 1913, un monument à Victor Schoelcher est inauguré. Dans les années 1930, un kiosque à musique en béton est construit ainsi que station service Shell. Ils ont été détruits. Avec la construction de l'autopont lors de la création du poste à quai, la place a perdu son accès à la mer.

Description

Commentaire descriptif de l'édifice

La place adopte une forme de rectangle allongée, son côté nord est fermée par la mairie. Elle est plantée de 2 rangées d'arbres et est agrementée de bancs. Le monument à Victor Schoelcher occupe son extrémité sud. La rue Schoelcher coupe la place en deux, afin de permettre le passage de la circulation des voitures.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2003

Date de rédaction de la notice

2003

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Desmoulins Marie-Emmanuelle

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Dossier avec sous-dossier

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional de Guadeloupe - Service chargé de l'Inventaire
22, rue Perrinon 97100 Basse-Terre - 05.90.41.14.49

1/15
Le marché au charbon
Le marché au charbon
© Archives départementales de la Guadeloupe
Voir la notice image