Établissement de bienfaisance dit Monastère Saint-Antoine, actuellement Congrégation Saint-Vincent de Paul

Désignation

Dénomination de l'édifice

Établissement de bienfaisance

Appelation d'usage

Monastère Saint-Antoine ; congrégation Saint-Vincent de Paul

Titre courant

Établissement de bienfaisance dit Monastère Saint-Antoine, actuellement Congrégation Saint-Vincent de Paul

Localisation

Localisation

Guadeloupe ; Guadeloupe (971) ; Basse-Terre ; 2 rue de L'Historien-Lacour

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Basse-Terre (commune)

Adresse de l'édifice

Historien-Lacour (rue de L') 2

Références cadastrales

2001 AM 201

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

4e quart 19e siècle, 1er quart 20e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1897

Commentaires concernant la datation

Daté par source, daté par travaux historiques

Auteur de l'édifice

maître d'oeuvre inconnu

Description historique

En 1897, sous l'épiscopat de Mgr Clément Soulé (1893-1899) , un asile pour les pauvres est construit grâce aux aumônes des paroissiens sur un terrain appartenant à la fabrique Saint-François. Appelé monastère de Saint-Antoine, il est béni le 13 juin 1897, jour de la fête du saint. Une délibération du conseil de fabrique nous apprend qu'il était prévu pour contenir une trentaine de cellules et une petite chapelle. La ville disposait depuis 1846 d'un hospice pour accueillir les nouveaux libres malades ou sans ressources mais cette structure était insuffisante. À l'origine, le terrain était plus vaste et il y avait peut-être des chambres supplémentaires. Il est probable qu'à l'origine plusieurs pensionnaires occupaient la même pièce, dormant sur des matelas qu'ils déroulaient le soir. Le monastère a été restauré en 1913. La conférence Saint Vincent de Paul dirige le monastère Saint-Antoine depuis environ 80 ans et perpétue sa vocation d'aide aux plus démunis. Le monastère Saint-Antoine a servi de maison de retraite pour environ une dizaine de femmes sans ressource, jusque dans les années 1985. Chacune disposait d'une petite chambre et faisait sa cuisine dans la cour sur des réchauds à charbon. Selon les témoignages oraux, l'actuelle parcelle AM 200 abritait à la fois un bâtiment et un jardin potagers où les femmes les plus valides cultivaient des plantes médicinales qu'elles vendaient aux habitants de Basse-Terre. Les rues de L'Historien-Lacour et Bébian conservent un alignement relativement homogène de cases modestes en bois et pierre alternant avec des maisons plus cossues entourées de jardins comme la maison de l'historien Lacour. Ce type d'ensemble est extrêmement fragile et tend aujourd'hui à disparaître alors qu'il était autrefois très représenté à Basse-Terre.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Bois

Matériaux de la couverture

Tôle ondulée

Typologie de couverture

Toit à longs pans, croupe

Commentaire descriptif de l'édifice

Située à une cinquantaine de mètres de la cathédrale, cet établissement de charité occupe l'angle de la rue de L'Historien-Lacour et de la rue Bébian qui escalade un morne. L'entrée se trouve au n° 2 rue de L'Historien-Lacour. Le bâtiment s'organise autour d'une petite cour carrée. À l'origine, la parcelle se prolongeait au nord et il y avait un jardin. Il existait peut-être un bâtiment supplémentaire. Le bâtiment est construit en bois° : poteaux et bardage de planches d'environ 25 cm de hauteur, peints en gris clair. Les encadrements de baies sont peints en marron et les volets en jaune clair. Pour compenser la dénivellation du terrain, la façade antérieure repose sur un soubassement en maçonnerie, aujourd'hui recouvert de ciment. Le mur-pignon nord-est est en maçonnerie selon l'usage habituel à Basse-Terre, servant ainsi de mur pare-feu entre les habitations. Le toit, recouvert de plaques de tôle, est à longs pans avec un toit à croupes sur les ailes de la façade antérieure. Il n'y a pas de grenier et une partie de la charpente de toiture est visible à l'intérieur. Le bâtiment adopte un plan U avec deux petites pièces en retours de part et d'autre de l'entrée. On accède à la cour par un escalier en pierre de 5 marches. L'entrée, aujourd'hui fermée par une grille métallique et un mur en béton, était autrefois close par une porte et une barrière en bois. La cour est pavée de pierre volcanique. Un bassin carré en maçonnerie occupe son centre avec au milieu une statue de Saint-Antoine de Padoue en terre cuite. L'eau, captée à la rivière aux Herbes, arrivait par un tuyau en métal et une rigole permettait son évacuation dans la rue. Les trois travées centrales de l'aile nord-est, face à l'entrée, sont couronnées par une sorte de lucarne-pignon qui marque la présence de la chapelle. Une niche abritant une autre statue de Saint-Antoine occupe son centre avec en dessous un phylactère en bois découpé peint portant l'inscription : Monastère de Saint-Antoine. Les ailes sont simples en profondeur et traversantes. Les ouvertures, des portes-fenêtres à persiennes doublées de contrevents en bois, sont nombreuses et sont placées symétriquement afin de favoriser la ventilation. La distribution intérieure est extrêmement simple. Les cloisons sont en bois et certaines cloisons modifiées sont en contre-plaqué. Le bâtiment se compose de 12 pièces plus la chapelle. Face à l'entrée, l'aile nord-est abrite la chapelle qui est flanquée de 2 pièces et dont l'autel en bois a récemment été démonté. Elle devait aussi servir de salle commune. Les ailes sud et nord sont chacune divisée en 4 pièces. Les 4 portes placées dans les angles donnent accès à d'étroits couloirs menant soit au jardin soit à la rue.

État de conservation (normalisé)

Mauvais état

Protection

Date et niveau de protection de l'édifice

2007/05/04 : inscrit MH

Précision sur la protection de l'édifice

Façades et toitures des bâtiments, la chapelle en totalité avec son décor ainsi que le sol de la parcelle avec la cour, le bassin et les grilles (cad. 2001 AM 201) : inscription par arrêté du 4 mai 2007

Nature de l'acte de protection

Arrêté

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2002

Date de rédaction de la notice

2002

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Desmoulins Marie-Emmanuelle

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional de Guadeloupe - Service chargé de l'Inventaire 22, rue Perrinon 97100 Basse-Terre - 05.90.41.14.49

1/11
établissement de bienfaisance dit monastère Saint-Antoine actuellement Congrégation Saint-Vincent de Paul
établissement de bienfaisance dit monastère Saint-Antoine actuellement Congrégation Saint-Vincent de Paul
© Inventaire général, ADAGP ; © commune de Basse-Terre
Voir la notice image