Hospice Saint-Hyacinthe puis Hôpital Saint-Hyacinthe, actuellement Centre hospitalier général intercommunal de Basse-Terre Saint-Claude

Désignation

Dénomination de l'édifice

Hôpital

Appelation d'usage

Hospice Saint-Hyacinthe ; Hôpital Saint-Hyacinthe ; Centre hospitalier général intercommunal de Basse-Terre Saint-Claude

Titre courant

Hospice Saint-Hyacinthe puis Hôpital Saint-Hyacinthe, actuellement Centre hospitalier général intercommunal de Basse-Terre Saint-Claude

Localisation

Localisation

Guadeloupe ; Guadeloupe (971) ; Basse-Terre ; avenue Gaston Feuillard

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Basse-Terre (commune)

Adresse de l'édifice

Gaston Feuillard (avenue)

Références cadastrales

2001 AC 129, 130, 284, 2001 AO 1, 2, 3, 4

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Partie constituante non étudiée

Chapelle, logement

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

4e quart 19e siècle, 2e quart 20e siècle, 4e quart 20e siècle

Commentaires concernant l'attribution de l'édifice

Attribution par source

Description historique

En mai 1848, le maire Hyacinthe Laurichesse décide de créer un hospice, la ville ne possédant qu'un hôpital militaire et aucun établissement pour soigner les pauvres et les esclaves libérés. Il demande aux soeurs de Saint-Paul de Chartres de s'en occuper. L'hospice ne fut effectivement ouvert que le 9 mai 1849 ; installé dans une maison particulière, 37 rue du Fort Richepance (actuellement rue de la République) appartenant au bureau de bienfaisance de la ville, il fut transféré dans de nouveaux locaux rue bas du Bourg (actuellement 13 rue des Corsaires) vers 1855. Il est nommé hospice Saint Camille en l'honneur de Saint Camille de Leylis invoqué comme patron par les infirmiers. N'ayant que les faibles revenus du bureau de Bienfaisance, la gestion de l'hospice connaît des difficultés financières. En janvier 1854, un arrêté du Gouverneur déclare les hospices de la Colonie établissements d'utilité publique et le 1er août 1854, il ajoute que les commissions administratives subviendraient aux dépenses des hospices notamment par le remboursement du prix de journée des indigents. Afin de pouvoir agrandir les locaux, la commune achète en 1863 l'habitation Thillac installée sur l'un des mornes dominant la ville. La commission administrative décide de changer l'appellation de l'hospice, le nommant Saint-Hyacinthe en l'honneur de son fondateur Hyacinthe Laurichesse. En 1895, la chapelle récemment édifiée est bénie. En 1924, le docteur Pierre Bougenot rapporte que l'hospice ne comporte qu'un seul bâtiment à un étage, toujours utilisé en 1950. Son rez-de-chaussée abrite le logement des soeurs, la pharmacie ainsi qu'une salle des malades (femmes) ; à l'étage, se trouvent la salle des hommes et le dépôt de l'infirmerie des indiens. A l'extérieur, un hangar en bois vétuste abrite le dépôt de l'infirmerie des indiens, plus une petite cuisine sans cheminée, la chapelle et un petit pavillon en bois à droite du canal pour loger le régisseur. Deux médecins assuraient les soins pour une soixantaine de malades à tour de rôle. A partir de 1925, la nouvelle municipalité décide de rénover et d'agrandir les bâtiments et d'améliorer les soins médicaux. Entre 1926 et 1940, 10 bâtiments sont construits. Après le cyclone de 1928, le maire Maurice Martin obtient de l'administration coloniale qu'elle prenne en charge la construction de 3 pavillons. En 1931, l'architecte Ali Tur donne les plans pour le pavillon du régisseur, les pavillons des hommes et des femmes qui ont des plans identiques. En 1942, un canal est creusé. En 1947, le clocher en bois, en mauvais état, est remplacé par un en béton selon les plans de Coeffin. Un arrêté du 26 novembre 1941 incorpore l'hospice au service de Santé de la Colonie et l'autorise à recevoir des malades autres que des assistés et des incurables. Une maison préfabriquée est construite en 1948 pour le logement de l'aumônier et pour le médecin résident. En 1950, l'hôpital n'avait toujours pas l'eau courante car la conduite d'eau de la ville ne pouvait pas l'alimenter et il n'était approvisionné que par des citernes. Plusieurs pavillons ont été ajoutés dont un grand édifice inauguré en 1998.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Pierre, moellon, enduit partiel, béton, béton armé

Matériaux de la couverture

Tôle ondulée, béton en couverture

Typologie de plan

Plan en croix latine

Description de l'élévation intérieure

1 vaisseau, en rez-de-chaussée surélevé, 1 étage carré, 2 étages carrés

Typologie du couvrement

Fausse voûte en berceau

Typologie de couverture

Terrasse

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier de distribution extérieur : escalier droit, en maçonnerie

Commentaire descriptif de l'édifice

Il ne semble rien subsister de l'ancienne habitation Thillac. L'hôpital actuel se compose de plusieurs bâtiments édifiés au cours du XXe siècle. La chapelle en croix latine est en maçonnerie enduite avec les encadrements de baies en pierre de taille. La porte de la façade occidentale est encadrée de 2 niches abritant des statues. La nef est couverte par une fausse voûte lambrissée en berceau. Les services de l'hôpital se repartissent dans une dizaine de bâtiments construits en béton, soit en rez-de-chaussée, soit à un étage. Les 2 pavillons en béton pour les hommes et un pour les femmes, conçus par Ali Tur, se composent d'un rez-de-chaussée surélevé couvert par des terrasses avec la façade antérieure est bordée par une galerie, portée par des poteaux en béton. S'élevant à proximité de l'entrée donnant sur la rue Schoelcher, se trouve le maison de directeur. Il s'agit d'une maison à 2 niveaux dont les façades ouest et sud sont bordées par un balcon à l'étage.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété publique

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2002

Date de rédaction de la notice

2002

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Desmoulins Marie-Emmanuelle

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Dossier avec sous-dossier

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional de Guadeloupe - Service chargé de l'Inventaire
22, rue Perrinon 97100 Basse-Terre - 05.90.41.14.49

1/17
hôpital anciennement hospice Saint-Hyacinthe puis hôpital Saint-Hyacinthe actuellement centre hospitalier général intercommunal de Basse-Terre Saint-Claude
hôpital anciennement hospice Saint-Hyacinthe puis hôpital Saint-Hyacinthe actuellement centre hospitalier général intercommunal de Basse-Terre Saint-Claude
© centre des Archives de l'Outremer
Voir la notice image