Hospice, actuellement centre hospitalier universitaire de Bicêtre

Désignation

Dénomination de l'édifice

Hospice

Appelation d'usage

Hospice de Bicêtre

Destination actuelle de l'édifice

Prison ; asile d'aliénés ; centre hospitalier universitaire

Titre courant

Hospice, actuellement centre hospitalier universitaire de Bicêtre

Localisation

Localisation

Île-de-France ; Val-de-Marne (94) ; Le Kremlin-Bicêtre ; 78 rue du Général-Leclerc

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Kremlin-Bicêtre (Le)

Adresse de l'édifice

Général-Leclerc (rue du) 78

Références cadastrales

1845 I 277, 1981 I 90

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Partie constituante non étudiée

Cour, jardin, chapelle, puits, citerne

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

17e siècle, 18e siècle, 19e siècle, 20e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1668, 1713, 1733, 1757, 1787, 1827, 1847, 1858, 1886, 1932, 1966, 1981

Commentaires concernant la datation

Porte la date, daté par travaux historiques, daté par source

Commentaires concernant l'attribution de l'édifice

Attribution par source, attribution par travaux historiques

Description historique

Sur l'emplacement de l'ancien château de Bicêtre, Louis XIII établit en 1634 en hôtel pour les soldats invalides, en réutilisant peut-être quelques bâtiments préexistants (bâtiment dit de l'ancienne lingerie). Les plans en ont longtemps été attribués à l'architecte Lemercier, mais seraient en fait d'un nommé Lintlaer. De cette première construction subsiste un des quatre pavillons d'angle et une partie du gros-oeuvre du bâtiment nord, allongé et surélevé au 19e siècle. En 1656 Bicêtre devient un établissement de l'Hôpital général pour l'enfermement des vagabonds. Les travaux sont repris, sans doute sur les plans de Le Vau : la porterie nord (1668) et la chapelle (vers 1670-1680, détruite en 1927) , mais le logis de l'aumonier n'est construit que vers 1760. Au début du 18e siècle Bicêtre devient également une prison, pour laquelle sont construits, en 1713, deux bâtiments en vis-à-vis : "la Force" et "les Cabanons", ce dernier prolongé en 1787 par l'architecte Ch.F. Viel. En 1733 l'architecte Germain Boffrand fait creuser le "Grand puits" et construit la citerne voisine. Pour relier l'hôpital à la route de Fontainebleau est construite en 1757 la porterie est, entrée principale jusqu'à nos jours. Les premières loges pour aliénés sont construites par Boffrand en 1731 (détruites). Deux quartiers d'aliénés, ordonnés chacun autour d'une cour sont construits dans le 1er quart du 19e siècle. Un projet d'agrandissement de la prison en 1827, attribué à Baltard, ne fut pas réalisé, mais le quartier circulaire de la Sureté est édifié avant 1845 (détruit vers 1970). Le grand bâtiment de l'hospice, prolongé d'ailes hautes au sud et d'ailes basses au nord, est notablement agrandi par des campagnes de travaux qui s'échelonnent de 1847 à 1858 (dates portées sur els pavillons). De 1886 à 1889 le quartier des enfants "idiots" est construit par Imard, architecte de l'Assistance publique. En 1932 la salle des fêtes est construite à l'emplacement de la chapelle détruite, l'école d'infirmières en 1966, enfin le nouvel hôpital, au nord-ouest de l'ensemble, est édifié en 1981 sur les anciens potagers.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Calcaire, moellon, enduit, brique

Matériaux de la couverture

Ardoise, tuile mécanique, tuile plate

Typologie de plan

Plan régulier

Description de l'élévation intérieure

2 étages carrés, étage de comble

Typologie du couvrement

Voûte en berceau en anse-de-panier

Partie d'élévation extérieure

Élévation ordonnancée

Typologie de couverture

Toit à longs pans brisés, croupe, toit en pavillon

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier dans-oeuvre, escalier tournant à retours avec jour, en charpente

Commentaire descriptif de l'édifice

Tous les bâtiments antérieurs à 1880 sont en moellon calcaire enduit avec chaînes d'angle et encadrements de baies en pierre de taille, couverts d'un toit à longs pans brisés en ardoise (seuls le bâtiment de l'ancienne "Force", aux toits en pavillon, et les porteries nord et ont leur élévation en pierre de taille, cette dernière couverte en tuile plate) ; le quartier des enfants idiots est en brique, couvert de toits à longs pans et croupes en tuiles mécanique. La citerne construite par Boffrand est voûtée en berceau en anse de panier, couverte d'un toit en pavillon surmontée d'un lanterneau. Tous les escaliers sont modernes, sauf celui de l'ancienne maison de l'aumônier, à retours avec jour en charpente. La plupart des bâtiments antérieurs à 1880 ont deux étages carrés et un étage de combles. Les deux quartiers d'aliénés de 1823 et les ailes au nord prolongeant le grand bâtiment nord sont en rez-de-chaussée. Le quartier des enfants "idiots" est à un étage carré sur soubassement.

Technique du décor des immeubles par nature

Sculpture

Indexation iconographique normalisée

Palme ; armoiries ; couronne

Description de l'iconographie

Armes de France, martelées, dans un cartouche surmonté d'une couronne et encadré de palmes sur le tympan de la porterie est et correspondant à l'entrée principale.

Protection

Date et niveau de protection de l'édifice

1962/03/08 : classé MH partiellement ; 1962/03/08 : inscrit MH partiellement ; 1985/11/13 : inscrit MH partiellement

Précision sur la protection de l'édifice

Sont classés MH depuis 1962, les façades et toitures des porteries nord et est, du pavillon subsistant de l'enceinte, et des pavillons dits de Le Mercier incorporés au bâtiment nord, ainsi que l'ensemble appelé "le grand puits". Sont inscrits MH depuis 1962 l'essentiel des bâtiments subsistants antérieurs à 1860. Les anciennes cuisines ont été inscrites MH en 1985.

Référence aux objets conservés

IM94001113, IM94001132, IM94001128, IM94001112, IM94001119, IM94001121, IM94001117, IM94001125, IM94001126, IM94001127, IM94001116, IM94001123, IM94001129, IM94001114, IM94001124, IM94001130, IM94001118, IM94001131, IM94001122, IM94001115, IM94001120, IM94001133, PM94000491

Intérêt de l'édifice

À signaler

Eléments remarquables dans l'édifice

Puits ; citerne

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété d'un établissement public

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1997

Date de rédaction de la notice

1997

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

De Massary Xavier

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Dossier individuel

1/123
hospice, asile d'aliénés et prison, actuellement centre hospitalier universitaire de Bicêtre
hospice, asile d'aliénés et prison, actuellement centre hospitalier universitaire de Bicêtre
© Inventaire général, ADAGP
Voir la notice image