Usine de meubles dite Manufacture de meubles F. Louis, puis usine textile des Etablissements Bejean et usine de colles Minesota de France, puis Imprimerie Danel et usine de matériel de bureau de la société Remington-Rand-France, puis usine de matériel électroacoustique des Procédés Michel Picot, puis usine de composants électroniques Dihor, actuellement logement

Désignation

Dénomination de l'édifice

Usine de meubles

Appelation d'usage

Manufacture de meubles F. Louis

Destination actuelle de l'édifice

Usine textile ; usine de colles ; imprimerie ; usine de matériel de bureau ; usine de matériel électroacoustique ; usine de composants électroniques ; logement

Titre courant

Usine de meubles dite Manufacture de meubles F. Louis, puis usine textile des Etablissements Bejean et usine de colles Minesota de France, puis Imprimerie Danel et usine de matériel de bureau de la société Remington-Rand-France, puis usine de matériel électroacoustique des Procédés Michel Picot, puis usine de composants électroniques Dihor, actuellement logement

Localisation

Localisation

Île-de-France ; Seine-Saint-Denis (93) ; Pantin ; 37-39 rue Victor Hugo

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Seine-Saint-Denis

Adresse de l'édifice

Victor Hugo (rue) 37-39

Références cadastrales

2007 OQ 17, 18

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Partie constituante non étudiée

Atelier de fabrication, atelier de réparation, logement patronal, bâtiment administratif d'entreprise, chaufferie, magasin industriel, salle des machines

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

1er quart 20e siècle

Siècle de campagne secondaire de consctruction

1er quart 20e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1908, 1909, 1922, 1923

Commentaires concernant la datation

Daté par source, porte la date

Commentaires concernant l'attribution de l'édifice

Attribution par analyse stylistique, attribution par source, signature

Description historique

La fabrique de meubles de cuisine fondée en 1853 par Félix Fleury, au 4 rue du Rhin à Paris, est reprise par son gendre, Frédéric Louis, en 1890. Quelques années plus tard, ce dernier décide de transférer son site de production, alors situé au 14 rue Mathis, sur la commune de Pantin afin de s'agrandir et de profiter d'un accès direct, par le biais du Canal de l'Ourcq, aux matières premières venus de la forêt de Retz (Aisne). Les travaux de la nouvelle manufacture commencent en janvier 1908 et sont achevés en avril 1909. Ils sont confiés à l'architecte Etienne Jacquin qui fait preuve d'un grand sens pratique dans la distribution et l'aménagement des différents bâtiments de cet ensemble industriel édifié sur une parcelle de 8.000 mètres carrés, dont près de 5.000 sont réservés au stockage du bois. La manufacture est reprise en 1921 par Félix Louis qui est à l'origine de nombreux travaux d'agrandissement dont ceux du logement patronal (modifié et agrandi en 1922 d'après les plans des architectes Fournier et Tisseyre) , des ateliers de fabrication et des hangars construits au cours de l'année 1923 côté quai de l'Aisne. Ces constructions et agrandissements se font au détriment des espaces réservés au stockage du bois et créent ainsi une production en flux tendu. A la suite de l'arrêt de la fabrication de meubles, les locaux de la manufacture sont loués aux Etablissements Bejean (usine textile) et à la société Minesota de France qui y installe une usine de colles industrielles à partir de 1951. Plusieurs autres sociétés comme l'Imprimerie Danel, l'usine de matériel de bureau de la Société Remington-Rand-France et l'usine de matériel électroacoustique des Procédés Michel Picot se succèderont sur le site. Le Groupe Icade construit actuellement un ensemble d'immeubles d'habitation sur le site. Seuls les bâtiments les plus remarquables (dessinés par Etienne Jacquin) et protégés au titre de l'article L. 123-1-7 du Code de l'Urbanisme font l'objet d'un programme de reconversion.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Brique, béton, béton armé, meulière, moellon

Matériaux de la couverture

Ciment en couverture, tuile mécanique, verre en couverture

Typologie de plan

Plan régulier en U

Description de l'élévation intérieure

2 étages carrés, étage de comble

Typologie de couverture

Shed, terrasse, toit à longs pans, verrière

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Cage ouverte, escalier tournant à retours

Source de l'énergie utilisée par l'édifice

Produite sur place, énergie thermique

Commentaire descriptif de l'édifice

La manufacture de meubles est située sur une parcelle entre le quai de l'Aisne (Canal de l'Ourcq) et la rue Victor Hugo. Afin d'optimiser l'espace et la production, le processus de fabrication des meubles suivait, de l'arrivée des bois par le canal au départ des produits finis par la rue Victor Hugo, une trajectoire traversant la parcelle de part en part. Les bâtiments dessinés par Etienne Jacquin sont en briques de Fresne et maçonnerie de meulière apparente. L'emploi des briques est particulièrement soigné pour la construction du logement patronal : les briques polychromes formant un décor de voilette qui souligne le second étage. Les deux grands escaliers et le fronton de l'usine, qui porte la raison sociale de la manufacture réalisée en faïence émaillée monochrome, sont construits en ciment armé. Les sous-sols communiquant entre l'atelier de production et le bâtiment des chaudières permettaient de collecter les déchets de fabrication (sciures, copeaux et petit bois) aspirés dans les ateliers grâce à des appareils de la Compagnie Sturtevant afin d'alimenter les chaudières en combustible. En 1922, la nouvelle porte d'entrée du logement patronal, créée au niveau du 37 rue Victor Hugo, est exécutée avec les éléments de l'ancienne (auvent, ferronnerie portant les initiales FL et certaines marches du perron). La structure de l'escalier principal du logement patronal est modifiée (ajout d'une première volée de marches et d'un repos). C'est probablement à la même période que Félix Louis passe commande auprès des Ateliers Barillet, actifs à partir de 1920, du vitrail (étudié IM93000306) ornant la salle d'attente du bureau du directeur. Cette oeuvre, dérobée sur le chantier au cours de l'année 2007, représente diverses machines liées à la production de la manufacture de meubles (scies circulaires, alternatives et à ruban). Des modifications sont également apportées aux baies du bâtiment administratif. Hormis la salle de billard du logement patronal, les bâtiments organisés en fer à cheval autour de la cour centrale donnant sur la rue Victor Hugo sont recouverts de tuiles à emboîtement de Choisy-le-Roi. La charpente de l'atelier de fabrication principal est supprimée en 1923 pour laisser place à une terrasse en ciment armé, en adéquation avec le parti pris architectural de la campagne d'agrandissement de la manufacture. L'emploi de la meulière est abandonné et remplacé par une maçonnerie en ciment armé. La brique est conservée pour la réalisation des allèges malgré une simplification du décor géométrique. Une verrière en pavés de verre construite au rez-de-chaussée des nouveaux ateliers de fabrication permet de tirer profit du puits de lumière créé par la courette. A la même époque un anneau de soutien pour la cheminée (aujourd'hui détruite) est construit. La structure des bâtiments de la manufacture ne fut par la suite que très peu modifiée, malgré l'hétérogénéité des productions industrielles qui se succédèrent sur le site de la manufacture.

Technique du décor des immeubles par nature

Céramique, vitrail (étudié dans la base Palissy)

Indexation iconographique normalisée

Monogramme ; symbole professionnel

Description de l'iconographie

Raison sociale de la manufacture réalisée en faïence émaillée monochrome située sur le fronton de l'atelier de fabrication : Manufacture de meubles F. Louis (sujet), Vitrail attribué aux Ateliers Barillet représentant diverses scies décorant la salle d'attente du bureau du directeur

État de conservation (normalisé)

Établissement industriel désaffecté

Protection

Référence aux objets conservés

IM93000306

Intérêt de l'édifice

À signaler

Eléments remarquables dans l'édifice

Bâtiment administratif d'entreprise ; logement patronal

Observations concernant la protection de l'édifice

Vitrail des Ateliers Barillet situé dans la salle d'attente du bureau du directeur (dérobé sur le chantier de reconversion du site industriel au cours de l'année 2007)

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2007

Date de rédaction de la notice

2008

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Tozer Guillaume, Pierrot Nicolas

Cadre de l'étude

Patrimoine industriel

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional d'Ile-De-France - Service de l'Inventaire général du patrimoine culturel 115, rue du Bac 75007 Paris - 01.53.85.59.93

1/94
usine de meubles dite Manufacture de meubles F. Louis, puis usine textile des Etablissements Bejean et usine de colles Minesota de France, puis Imprimerie Danel et usine de matériel de bureau de la société Remington-Rand-France, puis usine de matériel électroacoustique des Procédés Michel Picot, puis usine de composants électroniques Dihor, actuellement logement
usine de meubles dite Manufacture de meubles F. Louis, puis usine textile des Etablissements Bejean et usine de colles Minesota de France, puis Imprimerie Danel et usine de matériel de bureau de la société Remington-Rand-France, puis usine de matériel électroacoustique des Procédés Michel Picot, puis usine de composants électroniques Dihor, actuellement logement
© Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel ; © Conseil général de Seine-Saint-Denis ; © Ville de Pantin
Voir la notice image