Asile d'aliénés dit Hôpital psychiatrique de Maison Blanche

Désignation

Dénomination de l'édifice

Asile d'aliénés

Appelation d'usage

Hôpital psychiatrique de Maison Blanche

Titre courant

Asile d'aliénés dit Hôpital psychiatrique de Maison Blanche

Localisation

Localisation

Île-de-France ; Seine-Saint-Denis (93) ; Neuilly-sur-Marne ; avenue Jean-Jaurès

Canton

Le Raincy

Adresse de l'édifice

Jean-Jaurès (avenue)

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En agglomération

Partie constituante non étudiée

Salle des fêtes ; laboratoire ; maison ; jardin d'agrément

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

4e quart 19e siècle ; 1ère moitié 20e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1895

Commentaires concernant la datation

Daté par source

Commentaires concernant l'attribution de l'édifice

Attribution par source

Description historique

Par délibération du 6 juillet 1894, le département de la Seine décide de la construction d'un 5e asile d'aliénés comprenant un asile pour 700 femmes, un asile spécial d'alcooliques pour 500 hommes, des services généraux communs. Le concours est remporté par Georges Morin-Goustiaux (Duménil et Lebau 2e et 3e prix). Le projet définitif, approuvé le 28 décembre 1895, est partiellement réalisé, un ensemble symétrique à celui existant était prévu à l'origine. La première tranche (Maison Blanche I) comprend le bâtiment d'administration, deux parloirs, la salle des fêtes, le pavillon des bains, la pharmacie, la cuisine, un ensemble de douze pavillons pour malades disposés symétriquement autour d'un mail, reliés par des galeries couvertes ; les pavillons sont alternativement séparés par une cour ou un jardin ; ils comportent un étage et, du côté extérieur, s'achèvent en rotonde à cinq pans abritant la salle de jour. La cuisine a été reconstruite dans les années trente. Une deuxième tranche est réalisée après 1906 sous l'impulsion de Paul Sérieux, directeur, qui comprend trois sections de pavillons : alcooliques, hystériques, épileptiques (réfectoire en bout de terrain). A cet ensemble (Maison-Blanche II) s'ajoutent, dans les années 1930 différents édifices : pavillon de tuberculeux, château d'eau, morgue, centrale thermique, jardin d'agrément, cuisine (reconstruite) ; suivront dans les années soixante les pavillons "manivelles". Dans les années trente sont élevés sept bâtiments de l'entreprise de construction métallique Fillod (Maison Blanche III). Vers 1920 sont construites des maisons destinées au personnel (médecin, directeur, économe) situées le long de la route nationale et d'une voie privée. L'ensemble de l'hôpital est implanté sur un site arboré (service des jardins et serres près de l'entrée : mail de marronniers pour la première tranche, jardin à l'anglaise pour la 2e tranche, jardin d'agrément de style art déco à gauche de l'entrée, platanes au nord des bâtiments Fillod). La remise aux normes à des fins de modernisation et d'hygiène a entraîné des transformations dans la plupart des bâtiments ; certains ont vu leur aspect extérieur modifié. Dans le cadre de la politique de sectorisation, l'hôpital est progressivement désaffecté ; un projet de reconversion est à l'étude.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Pierre de taille ; brique ; enduit ; métal ; béton

Matériaux de la couverture

Ardoise ; tuile mécanique ; tuile plate

Typologie de plan

Plan symétrique en U ; plan rectangulaire régulier ; plan allongé

Description de l'élévation intérieure

Rez-de-chaussée ; 1 étage carré ; étage de comble ; 2 étages de comble

Partie d'élévation extérieure

Élévation à travées ; élévation ordonnancée

Typologie de couverture

Toit à longs pans ; croupe ; lanterneau

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier dans-oeuvre

Commentaire descriptif de l'édifice

1e tranche : salle des fêtes en brique polychrome aux façades symétriques comportant sur les frontons un décor en sgraffito (fleurs) ; réfectoire en brique polychrome et décoré en sgraffito (fleurs) ; pavillons à décor de brique vernissée ; bâtiment d'administration dans le style brique et pierre, décoré des bustes de quatre aliénistes : Esquirol, Ferrus, Parchappe, Pinel ; marquises à pan métallique ; cuisine avec charpente en béton apparente revêtue de carrelage cassé et trois niveaux de fenêtres ; 2e tranche : bâtiments réservés aux gâteuses et aux agitées en rez-de-chaussée ; autres pavillons d'un étage : pavillons pour épileptiques de plan allongé ; pavillons pour hystériques de plans variés : en croix (n°53) , en U (n°51) , allongé (n°56) ; pavillons pour alcooliques édifiés sur des plans à trois branches (n°41) ; pavillon pour tuberculeux construit sur un plan en U et couvert d'un large toit couronné d'un lanterneau ; centrale thermique en brique ; 3e tranche : ensemble de sept bâtiments construits dans les années 1930 par l'entreprise de construction métallique Fillod conçus selon un système de panneaux en alliage de cuivre et d'acier

Technique du décor des immeubles par nature

Décor stuqué ; sculpture ; céramique

Indexation iconographique normalisée

Fleur ; losange ; homme : en buste

Description de l'iconographie

Motifs floraux en sgraffito sur le réfectoire et la salle des fêtes ; quatre bustes d'aliénistes sur la façade du bâtiment d'administration

Protection et label

Intérêt de l'édifice

À signaler

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété publique

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2003

Date de rédaction de la notice

2003

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Bocard Hélène ; Lohr Evelyne

Cadre de l'étude

opération ponctuelle

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional d'Ile-De-France - Service de l'Inventaire général du patrimoine culturel 115, rue du Bac 75007 Paris - 01.53.85.59.93

1/78