Ferme de Fromenteau ; auberge de la Cour de France ; relais de poste ; observatoire Camille-Flammarion ; demeure de Camille Flammarion ; musée

Désignation

Dénomination de l'édifice

Ferme, auberge, relais de poste, observatoire, demeure, musée

Appelation d'usage

Ferme de Fromenteau ; auberge de la Cour de France ; observatoire Camille-Flammarion

Destination actuelle de l'édifice

Observatoire ; musée

Titre courant

Ferme de Fromenteau ; auberge de la Cour de France ; relais de poste ; observatoire Camille-Flammarion ; demeure de Camille Flammarion ; musée

Localisation

Localisation

Île-de-France ; Essonne (91) ; Juvisy-sur-Orge ; 20 avenue de la Cour de France

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Juvisy-sur-Orge

Lieu-dit

Fromenteau

Adresse de l'édifice

Cour de France (avenue de la) 20

Références cadastrales

1982 AE 337

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En écart

Partie constituante non étudiée

Logis, étable à chevaux, remise, fenil, fournil, puits, grange, travail à ferrer, colombier, étable à vaches, bergerie, porcherie, cour, parc, communs

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

2e moitié 16e siècle, 2e moitié 17e siècle, 2e quart 18e siècle, 4e quart 19e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1730, 1889

Commentaires concernant la datation

Daté par travaux historiques

Commentaires concernant l'attribution de l'édifice

Attribution par travaux historiques

Description historique

La "mazure de Frementeau", avec son clos, cour et jardin figurent sur le plan terrier du prieuré de Juvisy de 1551. En 1659, la ferme compte un corps de logis pour le fermier (couvert de tuiles, à pignon sur rue) , prolongé d'une écurie, avec un colombier abritant une laiterie, une étable à vaches et une bergerie, ainsi qu'une grange, un poulailler et une porcherie. En 1702, les Minimes rachètent la ferme dont ils agrandissent le logis en 1713-1714. En 1731, ils construisent une autre bergerie le long de la route de Paris. Informés du projet de détournement de la route de Paris lié à la construction du Pont des Belles fontaines en 1728, les R.P. Minimes de Paris font édifier en bordure de route une hôtellerie constituée d'un logis doté d'une grande écurie, capable de faire office d'auberge. Les bâtiments sont achevés fin 1730. Face à l'afflux de clientèle, le bâtiment est agrandi en 1731 de deux écuries et d'une remise surmontée d'un grenier. Au sud du corps de logis principal est ajouté une maréchalerie. En 1745, le toit du logis est couvert de tuiles. Exploitant le domaine depuis 1775, Charles Petit rassemble entre ses mains dès 1775 les activités de la ferme, de l'auberge et de la poste aux chevaux (passée des mains de René Angouillan à celles de sa tante Mosny) ; il profite de la vente des biens du clergé pour racheter en 1791 la ferme de Fromenteau et l'auberge de la Cour de France qu'il réunit en une seule entité. Après être passée entre les mains de son fils (Charles-Pierre) et de son petit-fils (Félix) , la propriété est cédée en 1840 à Narcisse Delorme qui la revend en 1856 à Louis-Eugène Méret qui conserve l'auberge mais fait raser les bâtiments de la ferme. En 1882, ce dernier fait don de sa propriété à Camille Flammarion qui s'installe à Juvisy pour y établir un observatoire. En 1894, Camille Flammarion achète les terrains inférieurs du parc (à la comtesse de Montessuy) pour y effectuer des études agronomiques et botaniques. Les deux parties du domaine sont bientôt réunies par une passerelle métallique - le pont du zodiaque - lancée au-dessus de la rue Camille-Flammarion par l'entrepreneur ingénieur Gilon qui réalisera dès 1884 la coupole de l'observatoire. En 1899, il confie à l'architecte François Giamarchi la transformation de la façade antérieure qui reçoit alors un décor de pilastres ioniques supportant une corniche. Après la mort de Camille Flammarion en 1925, sa veuve hérite du domaine qu'elle lègue, à sa mort en 1962, à la Société astronomique de France, jadis fondée par son époux. Cette dernière loue la propriété à la ville de Juvisy. Le site est classé MH en 1980 ; l'observatoire est inscrit MH en 1996.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Brique, meulière, moellon, enduit

Matériaux de la couverture

Tuile plate, ardoise, zinc en couverture

Description de l'élévation intérieure

Sous-sol, 1 étage carré, étage de comble, comble à surcroît

Partie d'élévation extérieure

Élévation ordonnancée

Typologie de couverture

Toit à longs pans, croupe, demi-croupe, terrasse, dôme circulaire

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier intérieur : escalier tournant à retours avec jour, en charpente, escalier hors-oeuvre : escalier en vis

État de conservation (normalisé)

Vestiges, restauré

Protection

Date et niveau de protection de l'édifice

1996/06/12 : inscrit MH

Précision sur la protection de l'édifice

Observatoire : inscription par arrêté du 12 juin 1996

Référence aux objets conservés

IM91001430, IM91001431, IM91001427, IM91001432, IM91001436, IM91001429, IM91001435, IM91001437, IM91001433, IM91001434, IM91001425, IM91001428, IM91001426

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété publique

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2003

Date de rédaction de la notice

2008

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Le Bas Antoine

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional d'Ile-De-France - Service de l'Inventaire général du patrimoine culturel 115, rue du Bac 75007 Paris - 01.53.85.59.93

1/87
ferme de Fromenteau ; auberge de la Cour de France ; relais de poste ; observatoire Camille Flammarion ; demeure Camille Flammarion ; musée
ferme de Fromenteau ; auberge de la Cour de France ; relais de poste ; observatoire Camille Flammarion ; demeure Camille Flammarion ; musée
© Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel ; © Conseil général de l'Essonne
Voir la notice image