filature de laine peignée Schwartz et Cie, puis usine de teinturerie Achtnich, actuellement magasin de commerce

Désignation

Dénomination

filature, usine de teinturerie

Précision sur la dénomination

filature de laine peignée

Appellation et titre

Filature Schwartz et Cie ; Usine de teinturerie Achtnich

Destinations successives et actuelle

magasin de commerce

Titre courant

filature de laine peignée Schwartz et Cie, puis usine de teinturerie Achtnich, actuellement magasin de commerce

Localisation

Localisation

Franche-Comté 90 Valdoie

Précision sur la localisation

oeuvre située en partie sur la commune : Belfort

Aire d'étude

Territoire de Belfort

Canton

Valdoie

Adresse

1er mai (rue du) 13, 15

Référence cadastrale

2000 BK 267, 268, 274 à 277, 280 à 282

Milieu d'implantation

en ville

Parties non étud

atelier de fabrication, bureau d'entreprise, chaufferie, conciergerie, logement patronal, logement d'ouvriers, quai

Historique

Datation des campagnes principales de construction

4e quart 19e siècle, 1ère moitié 20e siècle

Datation en années

1880, 1923, 1939

Justification de la datation

daté par tradition orale, daté par source

Justification de l'attribution

attribution par source

Commentaire historique

La société Schwartz et Cie, de Mulhouse (68) , fait construire en 1880 une filature de laine peignée. Elle est actionnée par une machine à vapeur et l'éclairage est fourni par une petite usine à gaz. Deux logements ouvriers voient également le jour. En 1923-1924, six maisons ouvrières (deux de type A et quatre de type B) sont construites sur la commune voisine de Belfort, rue de Bussang, par l'architecte belfortain Charles Schmutz et l'entrepreneur Tournesac. La filature ferme ses portes en 1928 ou 1929. En 1935, la société des Tricotages mécaniques Achtnich et Cie obtient l'autorisation d'établir une usine de teinturerie dans les locaux désaffectés. Elle traite du fil qu'elle reçoit sur canettes de la filature de Malmerspach (68). Deux à trois tonnes de fil (coton, laine, puis rayonne) sont traitées chaque mois (teinture et blanchiment) , puis envoyées dans les deux usines de bonneterie de la société, à Belfort et Châtenois-les-Forges (90). Une maison à usage de conciergerie et de logement patronal est construite en 1939, une chaufferie édifiée entre 1945 et 1950, et un quai aménagé vers 1950. La teinturerie ferme ses portes en 1977, et les bâtiments aussitôt réoccupés par le magasin de bricolage et matériaux de construction Comafranc (actuellement Décofranc). Présence d'une machine à vapeur de 104 ch en 1888, d'une autre de 200 ch en 1889. Une chaudière à charbon de marque Lardet à Golbey (88) , installée en 1952 pour la production de vapeur, est encore en place en 2000. 196 personnes en 1884, 292 en 1889, une soixantaine vers 1950, une vingtaine en 1977.

Description

Matériau du gros-oeuvre et mise en oeuvre

calcaire, moellon, enduit, béton armé

Matériau de la couverture

tuile mécanique, verre en couverture

Vaisseau et étage

1 étage carré

Type de la couverture

shed, toit à longs pans, appentis

Source de l'énergie

énergie thermique, produite sur place, énergie électrique, achetée

Commentaire description

L'atelier de fabrication est en rez-de-chaussée couvert de sheds en tuile mécanique. Le logement patronal et la conciergerie sont en parpaing de béton et béton armé, à un étage carré, couverts d'un toit à longs pans. Les maisons ouvrières, rue de Bussang, possèdent chacune quatre logements ; elles sont en moellon de calcaire enduit, à un étage carré et un étage de comble, avec une élévation à trois travées pour le type A et à 5 travées pour le type B.

Etat de conservation

établissement industriel désaffecté

Statut juridique

Statut de la propriété

propriété privée,propriété de la commune

Références documentaires

Date d'enquête

2000

Crédits

© Inventaire général

Date de rédaction de la notice

2000

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Favereaux Raphaël

Cadre de l'étude

patrimoine industriel

Dossier

dossier individuel