château

Désignation

Dénomination

Château

Titre courant

Château

Localisation

Localisation

Bourgogne 89 Ancy-le-Franc

Aire d'étude

Ancy-le-Franc

Référence cadastrale

1961 AH 1 à 53, 1961 AD 398, 399, 406

Milieu d'implantation

En village

Parties non étud

Communs, parc, pavillon de jardin, pièce d'eau

Historique

Datation des campagnes principales de construction

2e quart 16e siècle, 4e quart 17e siècle, 3e quart 18e siècle

Datation en années

1546, 1755, 1761

Justification de la datation

Porte la date, daté par travaux historiques, daté par source

Justification de l'attribution

Attribution par travaux historiques, attribution par source

Personnalitées

Clermont-Tonnerre Antoine III de (commanditaire), Louvois François Michel Le Tellier, marquis de (commanditaire)

Commentaire historique

Selon toute vraisemblance, ce château fut édifié d'après un projet de l'architecte italien Sebastiano Serlio, venu en France en 1541 à la demande de François Ier. Chef d'oeuvre de l'architecture de la Renaissance, il eut pour commanditaire Antoine III de Clermont-Tonnerre qui n'avait pas totalement renoncé aux aménagements défensifs (pont-levis et fossés seront supprimés au 19e siècle). Lieutenant général du Dauphiné, grand maître des Eaux et Forêts, Antoine III était le beau-frère de Diane de Poitiers. Les travaux débutèrent, semble-t-il, en 1544-1545 : la date 1546 est gravée au dessus de la porte de la façade sud, avec la devise SOLI DEO GLORIA. Dans la cour intérieure, la devise des Clermont-Tonnerre se répète sur les façades : SI OMNES EGO NON. Antoine III mourut en 1578 : son petit-fils Charles-Henri, héritier du château, poursuivit les travaux mais apporta quelques modifications, notamment en doublant le nombre des fenêtres. La chapelle fut consacrée en 1604. Le château reçut Henri IV en 1591 et Louis XIII en 1631. Après le décès de Charles-Henri (1640) , François de Clermont y reçut Louis XIV. Le château fut acheté en 1683 par François Michel Le Tellier, marquis de Louvois, ministre de Louis XIV qui avait fait appel à Robert de Cotte, ou peut-être à Jules Hardouin-Mansart, pour apporter quelques modifications et construire les communs, tandis qu'André Le Nôtre était chargé de dessiner le parc. Descendant de Louvois, François Michel César Le Tellier, marquis de Courtanvaux et comte de Tonnerre, transforma le parc et les jardins, en 1761, comme l'atteste le recueil de planches aquarellées qu'il fit dessiner à cette occasion, établissant un état des lieux pour les années 1759-1761. Ce recueil indique que le "pavillon au milieu du Grand Etang" fut construit en 1761 "sur les dessins de Mr Devigny, et conduite de Mr Chauvelot" et que le jardin fut "planté l'an 1761", en même temps qu'on y créait deux cascades, l'une dite ronde et l'autre carrée. Devigny, auteur des dessins du pavillon de jardin, pourrait être l'architecte Pierre Vigné de Vigny. Après la Révolution, le dernier marquis de Louvois, Auguste, s'employa à faire restaurer le château, notamment les décors intérieurs dont certains furent modifiés. Il fit également combler les fossés, redessiner le parc et réaménager le pavillon de jardin. En 1845, les Clermont-Tonnerre rachetèrent le château de leurs ancêtres : les salles firent l'objet de travaux sous la conduite de l'architecte Henri Parent. En 1940, l'édifice fut transmis à la famille de Mérode. En 1999, après deux ventes et une expropriation, la Société Paris Investir SAS acheta le château et entreprit sa restauration.

Description

Matériau du gros-oeuvre et mise en oeuvre

Calcaire, pierre de taille, moellon sans chaîne en pierre de taille, enduit

Matériau de la couverture

Ardoise, tuile plate

Parti de plan

Plan carré symétrique ; plan rectangulaire régulier

Vaisseau et étage

Sous-sol, 1 étage carré, 2 étages carrés, étage de comble

Type et nature du couvrement

Voûte d'arêtes, voûte en arc-de-cloître, voûte en berceau plein-cintre, voûte en berceau segmentaire, fausse coupole

Parti d’élévation extérieure

Élévation à travées

Type de la couverture

Toit à longs pans, toit en pavillon, croupe, pignon couvert

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier dans-oeuvre : escalier en vis, en maçonnerie

Commentaire description

Le château, de plan carré, est constitué de quatre corps de bâtiment (à un étage carré) entourant une cour carrée, et cantonné de pavillons (à deux étages carrés). Il est construit en pierre de taille et sa toiture (toits à longs pans et toits en pavillon) est couverte d'ardoise. Au rez-de-chaussée se répartissent plusieurs salles décorées de peintures murales : chambre des Césars (corps de bâtiment est) , chambre de Diane (pavillon d'angle nord-est) , chambre de Ganymède (pavillon d'angle sud-est) , la chambre du Zodiaque (corps de bâtiment ouest) ainsi que la chambre de l'Aigle (pavillon d'angle nord-ouest) et la petite chambre voisine à l'est. Les principales salles du premier étage, également ornées de peintures murales, sont la salle des Gardes (corps de bâtiment ouest) , les galeries dites de Médée (corps de bâtiment est) , de Pharsale (corps de bâtiment sud) et des Sacrifices (corps de bâtiment nord) , la chambre de Judith (pavillon d'angle nord-est) , la chambre des Arts (pavillon d'angle sud-est) et la chapelle (pavillon d'angle sud-ouest). Les communs, construits au nord-ouest du château, sont répartis autour de deux cours rectangulaires qui communiquent : la cour dite des écuries ouvre à l'est sur la cour d'honneur et à l'ouest sur la cour de la ferme. Les toits des communs sont couverts de tuile plate. Un pavillon de jardin s'élève sur l'île aménagée au centre de l'étang.

Technique du décor des immeubles par nature

Peinture (étudiée dans la base Palissy)

Protection

Date protection

1983/03/08 : classé MH ; 2003/09/26 : classé MH

Précisions sur la protection MH

Château, communs, pavillon de jardin, parc et son mur de clôture (cad. 1961 AH 1 à 53) : classement par arrêté du 8 mars 1983 ; parcelles AD 398, 399 et 406, y compris le mur de clôture : classement par arrêté du 26 septembre 2003

Référence aux objects conservés dans l'édifice

IM89001212, IM89001455, IM89001466, IM89001467, IM89001468, IM89001218, IM89001220, IM89001436, IM89001445, IM89001449, IM89001464, IM89001465, IM89001456, IM89001442, IM89001457, IM89001469, IM89001209, IM89001211, IM89001450, IM89001453, IM89001454, IM89001217, IM89001219, IM89001444, IM89001459, IM89001213, IM89001438, IM89001439, IM89001447, IM89001204, IM89001458, IM89001460, IM89001463, IM89001205, IM89001435, IM89001437, IM89001461, IM89001441, IM89001446, IM89001448, IM89001208, IM89001216, IM89001452, IM89001462, IM89001206, IM89001207, IM89001214, IM89001215, IM89001451, IM89001440, IM89001443, IM89001210, IM89001470, IM89001474, IM89001475, IM89001478, IM89001477, IM89001473, IM89001471, IM89001472, IM89001479, IM89001480, IM89001481, IM89001476, IM89001975, IM89002108

Intérêt de l'oeuvre

À signaler

Observations

Chef d'oeuvre de l'architecture de la Renaissance, ce château, unique en son genre, fut édifié selon toute vraisemblance d'après un projet de l'architecte italien Sebastiano Serlio.

Statut juridique

Statut de la propriété

Propriété d'une société privée

Références documentaires

Date d'enquête

1974

Crédits

© Inventaire général

Date de rédaction de la notice

1998

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Charvolin Marie-Reine, Hugonnet-Berger Claudine

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Dossier

Dossier individuel

Dossier adresse

Conseil régional de Bourgogne - Service Patrimoine et Inventaire 17, bd de la Trémouille BP 23502 - 21035 Dijon cedex - 03.80.44.40.55