Prieuré de chanoines réguliers, église paroissiale Saint-Jean-l'Evangéliste

Désignation

Dénomination de l'édifice

Prieuré, église paroissiale

Genre du destinataire

De chanoines réguliers

Vocable - pour les édifices cultuels

Saint-Jean-l'Evangéliste

Destination actuelle de l'édifice

Église paroissiale ; ferme ; salle polyvalente

Titre courant

Prieuré de chanoines réguliers, église paroissiale Saint-Jean-l'Evangéliste

Localisation

Localisation

Limousin ; Haute-Vienne (87) ; Aureil

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Limoges périphérie

Canton

Limoges-Panazol

Références cadastrales

1813 A 110, 111, 1995 A1 55, 58 à 61, 65, 772, 773, 1135, 1136

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En village

Partie constituante non étudiée

Église, bâtiment conventuel, lavabo de cloître

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

11e siècle, 12e siècle, 13e siècle, 15e siècle, 2e quart 17e siècle, 4e quart 19e siècle

Siècle de campagne secondaire de consctruction

20e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1643, 1644, 1882

Commentaires concernant la datation

Porte la date, daté par travaux historiques

Commentaires concernant l'attribution de l'édifice

Attribution par source

Description historique

Le prieuré d'Aureil a été fondé en 1080 par l'ermite saint Gaucher et l'église consacrée en 1093. Les trois travées de l'édifice actuel manifestent plutôt une construction du 12e siècle agrandie au 13e siècle d'un choeur aujourd'hui détruit et dont subsiste vraisemblablement la clé de voûte. Les bâtiments monastiques sont peu connus. Au sud de l'église, des arrachements de voûtement du 13e siècle attestent un cloître reconstruit à cette période. Il a été détruit par les anglais à la fin du 14e siècle. L'église, ruinée elle aussi, a été en partie reconstruite vers 1457 ainsi que le prieuré en 1460. Deux arcs-boutants du 15e siècle confortent le côté sud de l'église tout en ménageant la possibilité d'un passage le long du mur gouttereau, probablement dans la continuité de la galerie de cloître. Ce passage a été rebouché. Les bâtiments monastiques et une partie de l'église ont été à nouveau ravagés par l'armée du duc des Deux Ponts en 1569, puis par les huguenots en 1575. En 1599 le prieuré est uni au Collège de Jésuites de Limoges. En 1635, l'église est partagée en deux parties par un mur situé entre la deuxième et la troisième travée pour que les deux premières travées servent d'église paroissiale. Des bâtiments monastiques sont reconstruits par les Jésuites en 1643-1644 selon un plan en L. L'aile orientale, portée sur un plan de 1775, démolie entre 1810 et 1880, ne figure plus sur un plan du bourg établi en 1880. Les bâtiments restants sont propriété privée depuis la Révolution. Le porche permettant l'accès à l'ancien préau a été reconstruit vers 1925. Le lavabo du cloître, bien que conservé in situ, n'est probablement pas à son emplacement d'origine, sa transformation en fontaine avec un bassin pourrait être un aménagement datant de la reconstruction des bâtiments monastiques au 17e siècle. En 1882, le pignon occidental a été refait et le clocher construit sous la direction de l'architecte diocésain Wottling. La couverture du clocher, initialement en ardoise, a été refaite en 1967 en essentes de châtaignier. Enfin, la troisième travée de la nef, qui a servi de grange jusqu'en 1995, a été restaurée extérieurement pour servir de salle municipale. Une porte a été ouverte au nord.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Granite, pierre de taille, moellon

Matériaux de la couverture

Ardoise, bois en couverture, tuile creuse

Typologie de plan

Plan allongé

Typologie du couvrement

Voûte en berceau brisé

Typologie de couverture

Toit à longs pans, toit en pavillon

Commentaire descriptif de l'édifice

Eglise à trois travées avec voûtement en berceau brisé retombant sur un cordon mouluré et des arcs de décharge portant eux-mêmes sur des piliers situés entre chaque travée. Les murs gouttereaux sont allégés par des arcatures de décharge entre chaque pilier. Chaque travée est éclairée au nord comme au sud par deux baies en plein-cintre. Au niveau de la deuxième travée, une porte rebouchée permettait au nord l'accès à l'ancien cimetière. La deuxième travée est séparée de la troisième par un mur servant de mur de fond de choeur. La troisième travée communiquait au sud avec la galerie du cloître par une porte en arc brisé aujourd'hui rebouchée. Du choeur détruit, il reste une portion de mur au nord ainsi qu'au sud avec, pour ce côté, une ouverture vers les bâtiments monastiques. Cette dernière est rebouchée. Une trace de décor peint est visible sur la retombée nord de l'arc doubleau, du côté du choeur détruit, dans un espace aménagé en débarras. Les vestiges de l'ancien cloître se résument à deux départs de voûtement sur deux niveaux, au rez-de-chaussée et au 1er étage, visibles sur le côté sud de l'église. Il s'agit de nervures de voûte moulurées témoignant d'une voûte d'ogives avec arc formeret, le tout reposant sur des culots sculptés de personnages. Des modillons sculptés de têtes humaines ou fantastiques en granite très fin, provenant de Kersanton en Bretagne selon Albert de Laborderie, sont remarquables par la qualité de la sculpture et les sujets représentés. Ils sont remployés sur le côté sud de l'église ou dans la construction du corps de bâtiment servant de porche. Le lavabo de cloître est constitué d'une vasque circulaire ornée d'arcatures en plein-cintre reposant sur des colonnettes cylindriques. L'eau arrivant par le haut par une colonne centrale s'échappait par des trous disposés sous chaque arcature de façon à permettre aux moines de faire leurs ablutions. A l'origine, ce lavabo était disposé à même le sol et non dans un bassin. La partie restante des bâtiments monastiques reconstruits au 17e siècle est constituée d'une construction de plan rectangulaire allongé couvert en tuiles creuses avec tours circulaires sur angles couvertes en tuiles plates.

Technique du décor des immeubles par nature

Sculpture, peinture

Indexation iconographique normalisée

Ornement à forme géométrique ; tête

Description de l'iconographie

Modillons sculptés de têtes situés sur le mur sud de l'église et en remploi dans la reconstruction du porche. Vestiges de frise peinte visibles sur la retombée nord de l'arc doubleau du côté du choeur détruit.

Protection

Référence aux objets conservés

IM87001572, IM87001575, IM87001576, IM87001559, IM87001577, IM87001578, IM87001567, IM87001564, IM87001551, IM87001571, IM87001552, IM87001555, IM87001558, IM87001579, IM87001565, IM87001566, IM87001574, IM87001550, IM87001557, IM87001548, IM87001553, IM87001556, IM87001561, IM87001568, IM87001562, IM87001569, IM87001573, IM87001563, IM87001554, IM87001570, IM87001549, IM87001560, IM87001585, IM87001580, IM87001581, IM87001583, IM87001584, IM87001582, PM87000014, PM87000013, PM87000758, PM87000759, PM87000766, PM87000762, PM87000761, PM87000765, PM87000763, PM87000760, PM87000767, PM87000757, PM87000764

Intérêt de l'édifice

À signaler

Eléments remarquables dans l'édifice

Modillon ; lavabo de cloître

Observations concernant la protection de l'édifice

Les modillons remployés sur le côté sud de l'église ou dans la construction du corps de bâtiment servant de porche, sculptés de têtes humaines ou fantastiques en granite très fin, provenant de Kersanton en Bretagne selon Albert de Laborderie, sont remarquables par la qualité de la sculpture et les sujets représentés.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune,propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2001

Date de rédaction de la notice

2002

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Chabrely Colette

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Région Limousin - Service de l'Inventaire et du Patrimoine culturel 27 boulevard de la Corderie 87031 Limoges Cedex - 05 87 21 20 95 ou 05 87 21 20 90