Maison de villégiature dite villa Sylvabelle, puis sanatorium dit hôpital Léon-Bérard

Désignation

Dénomination de l'édifice

Maison, sanatorium

Précision sur la dénomination de l'édifice - hors lexique

Maison de villégiature

Appelation d'usage

Villa Sylvabelle ; Hôpital Léon-Bérard

Destination actuelle de l'édifice

Hôpital

Titre courant

Maison de villégiature dite villa Sylvabelle, puis sanatorium dit hôpital Léon-Bérard

Localisation

Localisation

Provence-Alpes-Côte d'Azur ; Var (83) ; Hyères

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Hyères

Canton

Hyères

Lieu-dit

Notre-Dame de Lorette

Références cadastrales

1997 H2 229

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

Isolé

Partie constituante non étudiée

Portail, jardin d'agrément, conciergerie, écurie, immeuble, tombeau

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

4e quart 19e siècle, 2e quart 20e siècle, 4e quart 20e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1892

Commentaires concernant la datation

Porte la date

Auteur de l'édifice

Chapoulart Pierre (architecte)

Commentaires concernant l'attribution de l'édifice

Signature

Personnalités liées à l'histoire de l'édifice

Caze, duc de (commanditaire) Germain de Saint-Pierre (habitant célèbre) Bérard Félix (donateur)

Description historique

La villa Sylvabelle a été construite pour le duc de Caze en 1892 par Pierre Chapoulart. Elle a appartenu au docteur Germain de Saint-Pierre également propriétaire du château Saint-Pierre-des-Horts qui lui était proche. Dans les années 1930, elle a été transformée en sanatorium pour l'Oeuvre Lyonnaise des Tuberculeux, grâce à Félix Bérard, son créateur et premier chirurgien dont le tombeau se trouve dans le parc. En 1937, les locaux sont complétés par l'achat de la pension Montclair située à proximité et sa transformation en pavillon pour hommes et jeunes gens. Un immeuble abritant l'administration est alors construit dans le parc. Le pavillon Montclair a été entièrement reconstruit en 1999. Aujourd'hui, l'hôpital Léon-Bérard abrite 260 lits essentiellement destinés à la rééducation fonctionnelle.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Pierre, moellon, enduit, enduit d'imitation

Matériaux de la couverture

Tuile plate mécanique

Description de l'élévation intérieure

Étage de soubassement, rez-de-chaussée surélevé, 2 étages carrés

Typologie de couverture

Toit en pavillon, toit à longs pans

Commentaire descriptif de l'édifice

La villa, dominant le golfe de l'Almanarre, est située dans un parc de 20 hectares comportant des parties accidentées plantées de pinèdes et, devant la demeure, un jardin aux allées dessinées, où, parmi des pelouses, se mêlent des essences exotiques (palmiers, magnolias...) et locales (oliviers, arbousiers, lauriers, cyprès...). A l'entrée se trouvent l'écurie (maintenant transformée en chambres et garages) , puis un logement de gardien, maison d'un étage carré en appareil irrégulier, surmonté d'un étage de comble en moellon revêtu d'un crépi moucheté. Décor de brique employée en chaînes d'angles, en bandeaux entre les étages et en encadrements des fenêtres. Toit à longs pans et à demi-croupe, percé de deux lucarnes à croupe débordante. La villa présente un soubassement de grès à bossages au-dessus duquel s'élèvent un rez-de-chaussée et deux étages carrés construits en moellon enduit. L'enduit de la façade antérieure imite un appareil à bossages. Au sud, les salons du rez-de-chaussée surélevé donnaient sur une terrasse de couverture d'où partaient un escalier qui descendait au jardin.

Technique du décor des immeubles par nature

Peinture, sculpture

Indexation iconographique normalisée

Putto, fleur, corne d'abondance, feuillage, guirlande, rinceau, bouquet, médaillon ; rosace

Description de l'iconographie

Deux salons du rez-de-chaussée surélevé donnant au sud ont leur plafond peint dans des tons pastels. Une frise de motifs floraux, délimitée par une double moulure en gypserie, forme le cadre du plafond. Aux quatre angles, dans des médaillons en grisaille encadrés de cornes d'abondance d'où sortent des fleurs, sont figurés des putti ailés.£ Une cheminée de marbre blanc veinée de gris est décorée de trois rosaces sur l'entablement

Commentaires d'usage régional

Maison de caractère éclectique à tendance classique

État de conservation (normalisé)

Remanié

Protection

Intérêt de l'édifice

Maison d'homme célèbre

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1999

Date de rédaction de la notice

2000

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Négrel Geneviève

Cadre de l'étude

Inventaire topographique, recensement du patrimoine balnéaire

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Direction Culture et Patrimoine - Service de l'Inventaire général du patrimoine culturel Grand Horizon, 11-13 boulevard de Dunkerque, 13002 Marseille - 04 88 10 76 66

1/18
maison (de villégiature) dite villa Sylvabelle, puis sanatorium Léon-Bérard
maison (de villégiature) dite villa Sylvabelle, puis sanatorium Léon-Bérard
© Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général
Voir la notice image