Église paroissiale Saint-Pierre et Saint-Blaise

Désignation

Dénomination de l'édifice

Église paroissiale

Vocable - pour les édifices cultuels

Saint-Pierre et Saint-Blaise

Titre courant

Église paroissiale Saint-Pierre et Saint-Blaise

Localisation

Localisation

Occitanie ; Tarn (81) ; Lisle-sur-Tarn

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Pays du Vignoble Gaillacois, Bastides et Val Dadou

Canton

Lisle-sur-Tarn

Lieu-dit

Saurs

Références cadastrales

1831 E 297, 2010 E 331

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En écart

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

17e siècle, 18e siècle, limite 18e siècle 19e siècle, 2e moitié 19e siècle

Description historique

L'église de Saurs est citée pour la première fois dans un texte de 1259 (A. Masclet, 1997, p. 67). Cependant, l'édifice tel qu'il se présente aujourd'hui, ne semble pas conserver d'élément antérieur aux 17e et 18e siècles. Le portail sud peut être daté du 17e siècle. La nef, dont la datation d'origine ne peut être précisée, a probablement vu son couvrement de fausses voûtes être refait dans la seconde moitié du 18e siècle. En effet, dans un document de la seconde moitié du 18e siècle conservé dans les Archives du château Gineste, Paul Gineste témoigne, du réaménagement de l'église par le curé de la paroisse, Antoine Blanc. Il indique que le curé "a fait maitre la voute de leglise en ense de pagnier" et qu'il a aussi "racommodé les chapelles". En 1877, le curé de la paroisse corrobore ce témoignage et précise que l'église a été voûtée en 1777 (Archives de l'archevêché, 20-53). La forme et la mise en oeuvre des fenêtres hautes incitent à les dater de cette période. Le clocher, quant à lui, pourrait dater de la fin du 18e siècle ou du tout début du 19e siècle selon son décor. Les dates de 1814 et 1817 inscrites sur les deux cloches encore en place constituent de plus un terminus ante quem à sa construction. Sur l'une on lit "nomen Domini benedictum j'appartiens à un seul Gillaume Gineste 1814" et sur l'autre "ad majorem Dei Gloriam Virginis Que Maria anno D J. C. 1817" (Archives de l'archevêché, 20-53, 1877). Les chapelles latérales et le porche sud ont été construits après la reprise des parties hautes de la nef et viennent occulter la partie inférieure des ouvertures. Leur représentation en plan sur le cadastre de 1831 indique qu'ils étaient construits à cette date, à l'exception de la chapelle nord-ouest. Les vitraux placés dans les fenêtres des chapelles latérales représentent des saints en pieds ; ils sont signés de Saint-Blanquat à Toulouse et datés de 1895. Selon un témoignage, le décor peint représentant des rinceaux sur les fausses voûtes aurait été apporté dans les années 1950. A l'intérieur, le retable du maître-autel en bois peint et doré présente les statues de saint Pierre et de saint Blaise de part et d'autre d'un tableau représentant la Crucifixion. La chapelle sud dédiée à la Vierge renferme un retable également en bois peint et doré comprenant une toile représentant l'assomption de la Vierge. Les deux retables peuvent être datés du début du 18e siècle et sont protégés au titre des Monuments historiques depuis 1992.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Grès, brique crue, brique, moellon, enduit

Typologie de plan

Plan allongé

Description de l'élévation intérieure

1 vaisseau

Typologie du couvrement

Fausse voûte d'arêtes

Typologie de couverture

Toit à longs pans, toit à un pan

Commentaire descriptif de l'édifice

L'église se situe à une centaine de mètres à l'est du hameau de Saurs et est encore entourée du cimetière. Elle se compose principalement d'une nef unique à trois travées terminée à l'est par un chevet plat et flanquée de chapelles latérales au nord et au sud. La nef est éclairée directement par des fenêtres hautes aux encadrements de brique ornés d'un chanfrein et couvertes par des arcs au tracé segmentaire. Les maçonneries visibles (partie supérieure de la nef et chapelles) sont faites de brique de terre crue et de moellon de grès auxquels se mêlent de la brique. La chapelle nord-ouest est construite en brique de couleur jaunâtre. Le portail ouvre sur le mur gouttereau sud, dans la première travée. Il est couvert par un arc plein-cintre dont l'angle est abattu par un chanfrein. Les deux vantaux de bois sont ornés de panneaux rectangulaires maintenus par de clous aux têtes losangiques. Le porche est voûté de trois fausses voûtes en brique. Le clocher-mur est intégralement construit en brique rouge et la partie supérieure de forme triangulaire est agrémentée, aux extrémités, de petites pyramides surmontées de sphères en terre cuite. A l'intérieur, le sol de la nef est recouvert d'un pavement de marbre rouge, noir et blanc.

Technique du décor des immeubles par nature

Vitrail

Protection et label

Intérêt de l'édifice

À signaler

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2010

Date de rédaction de la notice

2010

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Servant Sonia

Cadre de l'étude

Inventaire topographique, enquête thématique départementale (patrimoine vigneron du Pays Gaillacois)

Typologie du dossier

Dossier individuel

1/2
église paroissiale Saint-Pierre et Saint-Blaise
église paroissiale Saint-Pierre et Saint-Blaise
© Conseil général du Tarn ; © Inventaire général Région Midi-Pyrénées
Voir la notice image