Château de la Bonnette, domaine viticole

Désignation

Dénomination de l'édifice

Château

Précision sur la dénomination de l'édifice - hors lexique

Domaine viticole

Appelation d'usage

La Bonnette

Titre courant

Château de la Bonnette, domaine viticole

Localisation

Localisation

Occitanie ; Tarn (81) ; Senouillac

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Pays du Vignoble Gaillacois, Bastides et Val Dadou

Canton

Gaillac

Lieu-dit

Bonnette (la)

Références cadastrales

1828 C 02 418, 420, 425, 2011 C 02 242

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

Isolé

Partie constituante non étudiée

Écurie, grange, poulailler, faisanderie, four, puits, chapelle

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

16e siècle, 2e moitié 17e siècle

Siècle de campagne secondaire de consctruction

18e siècle, 2e quart 19e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1831, 1832

Commentaires concernant la datation

Date portée

Description historique

Comme son nom l'indique, la Bonnette était initialement une fortification avancée et dépendait du château de Mauriac. On conserve deux actes signés dans la tour du château les 8 juillet 1515 et 19 août 1544 concernant respectivement le testament de Philippe-Jean de Rabastens et le règlement de la dot de Charlotte de Rabastens. Certains éléments architecturaux conservés (arc en accolade, moulure en cavet, croisée) corroborent cette datation au 16e siècle. Dans la première moitié du 16e siècle, deux livres de raison, celui d'Eutrope Fabre et celui de Guilhem Masenx mentionnent Vidal puis Hugues del Forn (ou Delfron) comme seigneurs de la Bonnette : ceux-ci appartiennent à une famille de légistes et de juges albigeois. Tombé en 1575 aux mains des protestants, le château fut reconquis aussitôt après par le parti catholique. Le cadastre de 1591-1592 mentionne la "tour de la Bonnette". Le 24 octobre 1613, Maffre de Paule, notable gaillacois trésorier du roi pour le comté de Castre, achète la seigneurie de la Bonnette à noble Jean de Monestier pour la somme de 17 000 livres. Elle reste en possession des Paulo jusqu'à la fin du 18e siècle qui y aurait fait cultiver le pastel. La disposition en quadrilatère autour d'une cour carrée adoptée à la Bonnette est typique du début du 17e siècle. Le fronton curviligne de la façade évoque d'autres châteaux tarnais du 17e siècle (château Foucaud à Gaillac construit en 1637, château Lasbordes à Albi, château de Feuillades). Les occuli ovales se retrouvent pour leur part dans les années 1700 (Rayniès, Mirabel-Laval, Le Gua) ce qui invite à dater l'édifice de la seconde moitié du 17e siècle. Les ouverture furent modifiées au 18e siècle : une pièce datant du règne de Louis XVI a été retrouvée dans la menuiserie de l'une d'entre elles. D'importantes modifications eurent lieu au début du 19e siècle : les deux bâtiments à l'est qui fermaient la première cour (représentés sur le cadastre de 1828 aux parcelles 418 et 420) furent détruits en 1830 et remplacés par une grille sur mur-bahut. L'aile au nord fut agrandie et réaménagée en 1831 et 1832 pour accueillir l'écurie et le chai. Le château est alors la propriété des Ichard et était à la tête de quatre métairies : les Albaris, le Commandeur, Borde Grande et Borde Basse. Elie Caillol, grand-père de l'actuelle propriétaire, achète la propriété en 1927 et y développe l'activité viticole.
L'aile ouest du château compte actuellement deux étages carrés. Le second étage carré, transformé en grenier, comporte une croisée, une demi-croisée et un enduit qui indiquent qu'il s'agissait primitivement de l'étage noble. Il était vraisemblablement surmonté par un étage de comble, aujourd'hui disparu.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Maçonnerie, enduit

Matériaux de la couverture

Tuile creuse, ardoise, tuile plate mécanique

Typologie de plan

Plan rectangulaire régulier

Description de l'élévation intérieure

2 étages carrés

Typologie du couvrement

Typologie de couverture

Toit à longs pans, toit conique, croupe

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier demi-hors-oeuvre : escalier en vis, en charpente, escalier dans-oeuvre : escalier tournant, en maçonnerie

Commentaire descriptif de l'édifice

Le château est implanté à l'extrémité d'un éperon calcaire qui se détache au nord-ouest du village de Senouillac. On y accède par une longue allée de cèdres (primitivement de marronniers) orientée est-ouest. Le château occupe le sommet de l'éperon et domine des jardins en terrasse au sud. Le reste de l'éperon est recouvert d'espaces boisés. Le château est constitué de quatre ailes disposées autour d'une cour rectangulaire. La tour polygonale qui abrite l'escalier demi-hors-oeuvre fait saillie à l'ouest de la cour : un escalier charpenté a remplacé l'escalier maçonné primitif dont quelques marches sont conservées en sous-oeuvre. Deux tours circulaires occupent les angles est du château et encadrent la façade orientale dont la partie centrale est ornée par un fronton à redents. La tour sud-est abrite une chapelle au premier étage. Cette façade est précédée par une autre cour, fermée à l'est par une grille portée par un mur-bahut qui a remplacé le bâtiment détruit vers 1830. Cette grille est flanquée au nord et au sud par deux tours couvertes par un toit conique en ardoises taillées en écailles de poissons et qui abritent deux pigeonniers. Au nord de la cour se trouve l'écurie dont le bâtiment se prolonge vers l'est, au-delà de la tour, pour abriter le chai. Au nord-est de ce dernier, une petite remise est adossée en retour : elle abritait un four dont le départ de voûte est encore visible. Un poulailler à deux niveaux, abrité sous un toit à longs pans se trouve à l'extrémité est du chai. Au sud-est, derrière la plantation de buis, se trouve une faisanderie. Ces deux édicules sont envahis par la végétation.
Le château est construit en maçonnerie enduite. L'élévation sud et les deux tours qui encadrent la façade orientale sont sommées par une génoise à quatre rangs. Elle ne compte que trois rangs sur les élévations de l'écurie et du chai. La partie centrale de l'élévation orientale est architecturée : le porche qui donne accès à la cour intérieur et les deux portes qui le flanquent ont un encadrement saillant en pierre de taille. L'élévation sud compte cinq travées aux dimensions inégales. La porte de l'angle sud-ouest de la cour possède un encadrement saillant en pierre de taille surmonté par un couronnement sculpté (dont les ailes en brique peinte ont été ajoutées). La tour hors-oeuvre dans la cour a conservé en partie ses ouvertures anciennes : piédroits en quart de rond de la porte, jour chanfreiné obturé (qui éclairait l'escalier primitif) ainsi que deux ouvertures murées surmontées par un arc en accolade. L'angle nord-ouest de la cour conserve une croisée en place. Sur l'élévation ouest, on observe les vestiges d'une demi-croisée (qu'on retrouve murée à l'intérieur) ainsi que d'une autre croisée.
Les élévations ouest et nord de l'écurie conservent des caractéristiques (large porte, baies d'aération) qui incitent à identifier ce bâtiment comme le chai primitif du château.

Technique du décor des immeubles par nature

Décor stuqué, sculpture

Indexation iconographique normalisée

Blason ; fruit ; heaume ; oiseau ; vigne ; blé ; fleur

Description de l'iconographie

Le couronnement de la porte sud-ouest de la cour est percé d'un oculus et surmonté par un fronton triangulaire. Entre ces deux éléments sont sculptés en haut relief un heaume surmontant un blason (bûché). Les ailes en brique peinte sont constituées par deux cascade de fruits qui reposent sur des enroulements.£Les murs du billard ont reçu au 18e siècle trois panneaux de gypseries qui évoquent le monde agricole : des fleurs, du blé et de la vigne sont successivement représentés autour d'un vase central accompagnés systématiquement d'un oiseau.

Protection et label

Intérêt de l'édifice

À signaler

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété d'une personne privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2011

Date de rédaction de la notice

2011

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

La Taille Alice de

Cadre de l'étude

Inventaire topographique, enquête thématique départementale (patrimoine vigneron du Pays Gaillacois)

Typologie du dossier

Dossier avec sous-dossier

1/2
château de la Bonnette, domaine viticole
château de la Bonnette, domaine viticole
© Inventaire général Région Midi-Pyrénées
Voir la notice image