Église paroissiale Saint-Martin

Désignation

Dénomination de l'édifice

Église paroissiale

Vocable - pour les édifices cultuels

Saint-Martin

Titre courant

Église paroissiale Saint-Martin

Localisation

Localisation

Hauts-de-France ; Somme (80) ; Roisel ; place du 11 Novembre

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Haute-Somme

Canton

Roisel

Adresse de l'édifice

11 Novembre (place du)

Références cadastrales

2002 AH 45

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

2e quart 20e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1928

Commentaires concernant la datation

Daté par source

PV004260

Commentaires concernant l'attribution de l'édifice

Attribué par source

Description historique

Avant la guerre de 1914-1918, l'hôtel de ville est situé sur le même îlot que l'église, avec une salle de conférences en retour sur la rue de Péronne. Pendant la guerre, l'église est complètement rasée, le clocher dynamité par les Allemands. Un bâtiment provisoire pour le culte est installé sur le terrain. L'expertise des dommages de guerre des immeubles communaux est conduite par l'architecte Louis Félix, le 11 avril 1922 pour la sacristie, la salle de catéchisme, l'asile-refuge, le monument aux soldats, les murs et grilles du cimetière, le 28 avril 1922 pour l'église. L'architecte Jacques Debat-Ponsan (Paris) produit en mars 1925 les dessins du 1er avant-projet de reconstruction, chiffré 1 032 375, 53 F, rejeté, puis un second projet en février 1926 (dessins 2 janvier 1926, devis 9 octobre 1926) , approuvé sous réserves par la Commission Spéciale des Beaux Arts le 2 avril 1926 : Paul Léon, au nom de cette Commission, déclare qu'après de nombreux projets présentés, celui-ci semble satisfaisant bien que "les voûtes légères en chaînette ne semblent pas dans le caractère très rectiligne de la conception du projet et que les fenêtres en triangles superposés paraissent un peu sommaires". La dépense de reconstruction, évaluée 780 927, 66 F, est couverte par un prélèvement sur l'indemnité de 900 000 F (30 mars 1928). La réalisation est adjugée le 29 juin 1928 à l'entreprise Raphaël Moretti (Péronne) , et l'entreprise de couverture Mehay (Péronne) s'achevant avec la couverture en tuile plate des rampants de pignons (1929). Les travaux de fondations entrepris en 1928 révèlent la présence de galeries et sapes. La réception définitive des travaux a lieu le 28 mai 1930. Pour la décoration on relève les intervenants suivants : Darras-Delahaye d'Amiens (chemin de croix, 1933) ; Devrainne de Roisel (bancs) ; Sueur Marcel d'Amiens (mobilier en pierre : maître-autel en comblanchien poli, pierre agrafée, candélabre et croix en "Duranic", autels de chapelles, fonts baptismaux, table de communion) ; Tattegrain Gustave d'Amiens : mobilier en bois (1932) ; Damon Jacques de Paris (devis octobre 1930 : 3 baies de choeur, 2 de transept, dessins géométriques) ; Guiraud-Rivière M., sculpteur à Paris (bas-relief sculpté accepté sur maquette en juillet 1929) ; entreprise Moretti (2 ambons en ciment armé et brique, 1930).

Description

Matériaux du gros-œuvre

Brique, béton armé, calcaire, pierre de taille

Matériaux de la couverture

Tuile plate, zinc en couverture

Typologie de plan

Plan en croix latine

Description de l'élévation intérieure

1 vaisseau

Typologie du couvrement

Voûte en berceau

Partie d'élévation extérieure

Élévation à travées

Typologie de couverture

Toit à longs pans, croupe polygonale, toit en pavillon, pignon découvert

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier dans-oeuvre

Commentaire descriptif de l'édifice

Le portail est le seul élément en pierre de taille ; le fronton du clocher est en béton. Zinc en couverture du clocher. Voûte parabolique ou en chaînette percée de lunettes de même profil. Pignons découverts des transepts et des chapelles, façades des travées surmontées de gables, flèche carrée. Baies à arc mitré ; remplages en béton à motifs de losanges.

Technique du décor des immeubles par nature

Sculpture

Indexation iconographique normalisée

Saint

Description de l'iconographie

Sculpture en bas-relief du linteau en pierre surmontant le portail principal, figure de la Charité de Saint-Martin, inscrite dans le cadre d'un gable en escalier

Commentaires d'usage régional

Arc mitré,clocher-porche appuyé par un jeu de contreforts, à sommet pyramidal,portail historié

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Conditions d'ouverture au public

Utilisation cultuelle

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2003

Date de rédaction de la notice

2003

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Bailly Gilles-Henri, Caulliez Stéphanie, Laurent Philippe

Cadre de l'étude

Enquête thématique régionale (reconstruction de la Haute-Somme)

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional Hauts-de-France - Service de l'Inventaire du patrimoine culturel 21 mail Albert-Ier 80000 Amiens