Église paroissiale Saint-Pierre

Désignation

Dénomination de l'édifice

Église paroissiale

Vocable - pour les édifices cultuels

Saint-Pierre

Titre courant

Église paroissiale Saint-Pierre

Localisation

Localisation

Hauts-de-France ; Somme (80) ; Estrées-Mons ; Chaussée Brunehaut 78

Précision sur la localisation

Anciennement commune de : Mons-en-Chaussée

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Haute-Somme

Canton

Péronne

Lieu-dit

Mons

Adresse de l'édifice

Chaussée Brunehaut 78

Références cadastrales

2001 AC 135

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En village

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

12e siècle (détruit) ; 2e quart 20e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1927

Commentaires concernant la datation

Daté par source

Commentaires concernant l'attribution de l'édifice

Attribué par source

Description historique

L'église avant 1914 est un édifice roman du 12e siècle, à parement extérieur en grès, intérieur en calcaire, clocher d'une hauteur de 34 m, à flèche en charpente, couverture en ardoise. Le décor intérieur comporte notamment un grand autel en chêne sculpté. Cet édifice est surtout touché par bombardements en 1918. Le choeur est entièrement détruit par une mine. Jacques Debat-Ponsan est chargé du projet de reconstruction. La commune adhère à la Coopérative de Reconstruction des Eglises Dévastées du Diocèse d'Amiens en 1922. La dépense, d'abord évaluée à 592 134, 40 F, est ramenée à 452 430, 65 F, et couverte par l'indemnité allouée de 672 880 F. La réalisation des travaux est adjugée le 25 mars 1925 à l'entreprise générale Mario Mazzarotto (Arras) pour la couverture, à l'entreprise Charlet (Mons) pour des travaux de clôture (1930). La réception définitive des travaux a lieu le 16 septembre 1927. L'architecte donne le devis descriptif du mobilier le 30 avril 1932, réalisé par de nombreux artistes. Binquet Albert, sculpteur à Paris est l'auteur de la sculpture du portail principal et du grand Christ du clocher (date portée 1928). Le chemin de croix en mosaïque probablement sur dessin de Gérard Ansart, les vitraux d'origine de Gérard Ansart, détruits après la Seconde Guerre Mondiale, sont refaits en 1958 par l'atelier Pasquier (Amiens). Guillemont de Péronne exécute le mobilier en bois en 1932, les Ateliers Saint-Luc (Noyon) , le mobilier en pierre, également en 1932. Jacques Debat-Ponsan reconstruit également le presbytère (plans 22 janvier 1929, réception définitive des travaux 1931). Le dossier de reconstruction de la mairie-école est également suivi complètement par Jacques Debat-Ponsan : évaluation des dommages de guerre en juillet 1919, puis projet de reconstruction février 1924, approuvé avril 1924, chantier achevé en 1926.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Brique ; béton armé ; calcaire ; moellon

Matériaux de la couverture

Ardoise

Typologie de plan

Plan en croix latine

Description de l'élévation intérieure

1 vaisseau

Typologie du couvrement

Voûte en berceau ; voûte d'arêtes ; voûte en demi-berceau

Partie d'élévation extérieure

Élévation à travées

Typologie de couverture

Toit à longs pans ; croupe polygonale

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier dans-oeuvre

Commentaire descriptif de l'édifice

Maçonnerie du clocher entièrement réalisée en assises de vieux grès moellons bruts et pierre de taille. Arcs en plein cintre en brique. Couverture du clocher en pavillon. Doubleaux reposant sur des colonnes rondes.

Technique du décor des immeubles par nature

Sculpture ; mosaïque

Indexation iconographique normalisée

Saint ; Christ ; ange

Description de l'iconographie

Bas-relief en pierre surmontant l'entrée représentant 3 saints encadré par 2 anges ; grand Christ en croix inscrit au milieu d'une baie du clocher. Chemin de croix.

Dimensions normalisées des édicules uniquement

L = 3600 ; la = 2000

Commentaires d'usage régional

Fenêtre thermale,clocher-porche

Protection et label

Observations concernant la protection de l'édifice

Singularité du clocher-porche massif en bossages rustiques avec quelques pierres en saillie, élévation à degrés.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Conditions d'ouverture au public

Utilisation cultuelle

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2003

Date de rédaction de la notice

2003

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Bailly Gilles-Henri ; Caulliez Stéphanie ; Laurent Philippe

Cadre de l'étude

Enquête thématique régionale (reconstruction de la Haute-Somme)

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional Hauts-de-France - Service de l'Inventaire du patrimoine culturel 21 mail Albert-Ier 80000 Amiens