église paroissiale Saint-Géry

Désignation

Dénomination

église paroissiale

Vocable

Saint-Géry

Titre courant

église paroissiale Saint-Géry

Localisation

Localisation

Picardie 80 Brie

Aire d'étude

Haute-Somme

Canton

Péronne

Adresse

Eglise (rue de l')

Référence cadastrale

2002 AD 94

Milieu d'implantation

en village

Historique

Datation des campagnes principales de construction

2e quart 20e siècle

Datation en années

1929

Justification de la datation

daté par source

Justification de l'attribution

attribué par source

Commentaire historique

L'édifice est totalement détruit, jusqu'aux fondations, déclarées non réutilisables (état des dommages immobiliers, 30 juin 1919, Jacques Debat-Ponsan, architecte ; rapport de Benjamin Maneval, architecte expert, sur l'église sinistrée). A la suite de ces expertises, une indemnité totale de reconstitution est fixée en 1926 à 850 000 F. Le culte est installé dans une église provisoire de type Nissen. La commune adhère à la Société Coopérative de Reconstruction des Eglises Dévastées du Diocèse d'Amiens. L'arrêté préfectoral du 15 mars 1929 autorise la reconstruction pour une dépense de 774 095, 70 F. Debat-Ponsan établit des dessins et devis en avril 1930. L'étude de la structure en béton armé est assurée (1929) par l'ingénieur L. Monchau de Compiègne, représentant les "Bétons armés Hennebique". La réalisation du gros oeuvre est confiée à l'entreprise Carpentier-Dazin (Nesle). Des consolidations souterraines sont entreprises en 1931. La réception définitive des travaux date du 28 avril 1932. Le traitement des abords, le mur de soutènement sont réalisés en 1933. Les décors intérieurs sont réalisés en 1931 et 1932 par les intervenants suivants : Sueur Marcel, marbrier à Amiens (maître-autel en dalles de pierre de comblanchien, autels, fonts baptismaux) ; Tattegrain Gustave, menuisier à Amiens (chaire, confessionnal, mobilier). Les candélabres et la croix sont réalisés en "Duranic, aluminium mat ou similaire". Toute la vitrerie de l'église est remise en état après la Seconde Guerre mondiale (bombardements de mai-juin 1940 et explosion du pont de la Somme le 1er août 1944) en verre cathédrale non teinté. Jacques Debat-Ponsan assure également la reconstruction du presbytère et de ses dépendances (1929-1931) ainsi que de la mairie-école voisine (dessins et devis août et octobre 1924, réception des travaux 1928).

Description

Matériau du gros-oeuvre et mise en oeuvre

béton armé

Matériau de la couverture

ciment en couverture

Parti de plan

plan allongé

Vaisseau et étage

1 vaisseau

Parti d’élévation extérieure

élévation à travées

Type de la couverture

terrasse

Emplacement, forme et structure de l’escalier

escalier dans-oeuvre

Commentaire description

Le revêtement des façades, prévu d'abord en dalles d'Hydrequent, est réalisé en dalles de comblanchien, de 0, 03 m d'épaisseur, fixé par des agrafes en cuivre au voile en béton. Le revêtement intérieur est en hourdis de brique creuse, réservant un vide d'air, afin d'assurer l'isolation thermique et phonique. Etagement de terrasses à 3 niveaux, séparés par des registres de claustras géométriques. Clocher dont les abat-sons sont faits de dalles horizontales. Lanternon pour l'horloge.

Dimensions

l = 3150 ; la = 1700

Etat de conservation

mauvais état

Protection

Observations

Cette église, dans un style résolument d'avant garde, s'inscrit dans la filiation directe de Notre-Dame du Raincy (Frères Perret 1922). Elle mériterait une protection MH.

Statut juridique

Statut de la propriété

propriété de la commune

Références documentaires

Date d'enquête

2003

Crédits

© Inventaire général

Date de rédaction de la notice

2003

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Bailly Gilles-Henri, Caulliez Stéphanie, Laurent Philippe

Cadre de l'étude

enquête thématique régionale (reconstruction de la Haute-Somme)

Dossier

dossier individuel

Dossier adresse

Conseil régional de Picardie - Service de l'Inventaire du patrimoine culturel 88, rue Gaulthier de Rumilly 80000 Amiens - 03.22.97.16.57