Eglise paroissiale Saint-Martin

Désignation

Dénomination de l'édifice

Église paroissiale

Vocable - pour les édifices cultuels

Saint-Martin

Titre courant

Eglise paroissiale Saint-Martin

Localisation

Localisation

Haute-Normandie ; Seine-Maritime (76) ; Harfleur ; rue des Cent Quatre

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Havre périphérie (Le)

Canton

Gonfreville-l'Orcher

Adresse de l'édifice

Cent Quatre (rue des)

Références cadastrales

1826 B 175, 1985 AI 313 A 315

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

11e siècle, 1er quart 15e siècle (détruit), 4e quart 15e siècle, 1er quart 16e siècle, 2e quart 17e siècle, 1er quart 19e siècle

Siècle de campagne secondaire de consctruction

13e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1630, 1803

Commentaires concernant la datation

Daté par source

Commentaires concernant l'attribution de l'édifice

Attribution par source

Description historique

En 1035, Robert II restitue l'église à l'abbaye de Montivilliers. Un autel, un banc de pierre et un mur appartenant à cette église, sont découverts en 1861. En 1370, Jean Loiselet fonde une chapelle Notre-Dame de Metellet. L'église actuelle est construite à la fin du 15e siècle (portail et tour) et au début du 16e siècle (chapelle Notre-Dame-de-Pitié fondée en 1514 par Isabelle Guillard). En 1477, Guillaume Lefrancq est maître maçon de l'église. Le portail occidental est construit en 1630 par Jean Lebosqué maître maçon au Havre, avec les armoiries de la ville et de l'abbaye de Montivilliers. Sur le plan de 1754 figure le projet d'agrandissement de l'église avec choeur à déambulatoire et chapelles rayonnantes non réalisé. En 1800, A. Marchand, ingénieur des ponts et chaussée, constate le très mauvais état de la nef sud dite de Saint-Martin et en propose la suppression en implantant un mur à la place de la rangée de piliers. En 1801, la croisée du fond de l'église sous le clocher est transformée en portail. En 1801, le maçon Pierre Rillet sur un devis de A. Marchand détruit la nef Saint-Martin mais établit une rangée de chapelles latérales à 2, 27 m des piliers. Les combles et couvertures des autres nefs sont réparés, ainsi que le vitrage de 3 croisées au nord. En 1818, le curé Leborgne avait commencé à transformer le portail latéral nord en chapelle mais doit le remettre en état. La pointe du clocher a été refaite en 1818 puis en 1834 par le maçon Prosper Torlost. Un intéressant appareil acoustique avec deux tables de pierre est alors détruit. En 1844, le sommet de la flèche est encore réparé ainsi que le beffroi sur devis de l'architecte Brunet-Debaines. En 1859, l'abbé Marraine offre une verrière pour la baie 17e siècle de la chapelle orientée de la nef nord. En 1862, Drouin, maître verrier à Rouen exécute des verrières pour les chapelles du Saint-Sacrement et Notre-Dame-de-Pitié. En 1880, la sacristie est construite. Un certain nombre de verrières de l'église ont été soufflées en 1915, lors de l'explosion de l'usine pyrotechnique dont la verrière de Marraine qui est remplacée par la verrière de la Vierge de Drouin. En 1943, une bombe explosant près de l'église endommage des verrières. On démonte les autres qui sont encore en caisse. Le gauchissement des supports s'accentue et en 1944, le clocher est à demi écroulé dans les combats de la Libération. Les travaux de restauration ont continué jusqu'en 1964, mais l'église est en très mauvais état. En 1978, la chaire à prêcher de la chapelle de l'hôpital général du Havre est remontée contre le mur est. En 1996, un fragment du portail du 15e siècle est découvert sous celui de 1630

Description

Matériaux du gros-œuvre

Calcaire, pierre de taille

Matériaux de la couverture

Ardoise, calcaire en couverture

Typologie de plan

Plan allongé

Description de l'élévation intérieure

3 vaisseaux

Typologie du couvrement

Voûte d'ogives

Typologie de couverture

Toit à longs pans, pignon découvert, flèche en maçonnerie

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier dans-oeuvre, escalier en vis sans jour, en maçonnerie

Technique du décor des immeubles par nature

Sculpture (étudiée dans la base Palissy)

État de conservation (normalisé)

Mauvais état

Protection

Date et niveau de protection de l'édifice

1840 : classé MH

Référence aux objets conservés

IM76004284, IM76004288, IM76004296, IM76004315, IM76004318, IM76004320, IM76004327, IM76004572, IM76004290, IM76004304, IM76004313, IM76004314, IM76004319, IM76004281, IM76004302, IM76004303, IM76004305, IM76004312, IM76004323, IM76004573, IM76004286, IM76004308, IM76004325, IM76004575, IM76004277, IM76004293, IM76004307, IM76004276, IM76004280, IM76004295, IM76004291, IM76004292, IM76004322, IM76004324, IM76004289, IM76004294, IM76004326, IM76004571, IM76004279, IM76004282, IM76004285, IM76004287, IM76004278, IM76004309, IM76004574, IM76004275, IM76004299, IM76004316, IM76004321, IM76004328, IM76004283, IM76004298, IM76004300, IM76004317, IM76004297, IM76004306, IM76004310, IM76004301, IM76004311

Intérêt de l'édifice

À signaler

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété publique

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1992

Date de rédaction de la notice

1992

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Etienne Claire

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional de Haute-Normandie - Service chargé de l'inventaire 2, rue Maladrerie 76000 Rouen - 02.32.08.19.80