Usine de pâtes alimentaires Rivoire et Carret, puis Marché Commun du Meuble, puis Emmaüs

Désignation

Dénomination de l'édifice

Usine de pâtes alimentaires

Appelation d'usage

Rivoire et Carret

Destination actuelle de l'édifice

Magasin de commerce ; entrepôt commercial

Titre courant

Usine de pâtes alimentaires Rivoire et Carret, puis Marché Commun du Meuble, puis Emmaüs

Localisation

Localisation

Auvergne-Rhône-Alpes ; Lyon 9e arrondissement ; 30 quai Sédaillan

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Rhône-Alpes

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Lyon patrimoine industriel

Canton

Lyon

Adresse de l'édifice

Sédaillan (quai) 30

Références cadastrales

1984 AL 30

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Nom du cours d'eau traversant ou bordant l'édifice

Rhône

Partie constituante non étudiée

Atelier de fabrication, logement de contremaître, bureau, château d'eau, cheminée d'usine

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

1er quart 20e siècle, 3e quart 19e siècle, 2e quart 20e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1909, 1925

Commentaires concernant la datation

Porte la date

Auteur de l'édifice

Pouzet Augustin (architecte)

Commentaires concernant l'attribution de l'édifice

Attribution par source

Description historique

C'est à partir de 1909 que l'usine Rivoire et Carret est construite dans le quartier de l'industrie à Vaise, ancienne commune de Saint-Rambert au lieu dit de la Sablière. En 1880, une première usine de pâtes alimentaires est créée par le fondateur, Jean-Marie Carret (1829-1913) qui s'allie avec son cousin Claudius Rivoire (1835-1893). Cela donnera naissance à la société Rivoire et Carret. Elle est installée au 121 cours Lafayette. C'est à la suite de l'incendie de cette dernière et encouragé par le père Jean-Marie et aidé par le beau-frère l'architecte Augustin Pouzet, que sera construite dès 1909, une grande usine modèle de pâtes alimentaires au 30 quai Paul Sédaillan à Vaise. Une extension du site aura lieu en 1925 : une imprimerie et un château d'eau. La date est portée sur la partie sud du château d'eau. Johannès Carret est le directeur (1860-1940) de l'usine qui fête son centenaire en 1960. La société Rivoire et Carret se spécialise dans la fabrication de pâtes au blé dur. Le blé arrive par la Saône, gare d'eau de Vaise, à proximité de l'usine, pesage des semoules sur le pont bascule situé dans la cour. Le départ des produits finis s'effectue par voies ferrées, un raccordement ferroviaire à la gare de Vaise est prévu dans l'usine, sortie sud-est. Johannès Carret dirige l'entreprise jusqu'en 1940, son fils Jean prend la succession jusqu'en 1966, puis monsieur Chamberon (neveu de monsieur Carret). En 1968, l'usine est fermée, elle s'associe dans un premier temps avec la société Lustucru de Grenoble puis est rachetée en 1972 par la minoterie marseillaise Skalli (ex-fournisseur de Rivoire et Carret). Le capital machines est déménagé à Marseille, excepté dans l'atelier de semoulerie où il reste au premier étage un ensemble de six moulins à semoule ainsi qu'un autre moulin en parfait état de conservation, au second étage, un plansichter et trois tamiseuses en place et au troisième étage (étage de comble) des presses qui ont été déplacées. La partie imprimerie de l'usine va être réutilisée à différentes périodes : de 1968 à 1972 par l'imprimerie Rocafane. De 1973 à 1983, c'est le Marché Commun du Meuble qui vient occuper les locaux pour 10 ans. Depuis 1983 ce sont les Emmaüs qui occupent cette ancienne imprimerie. De même de 1980 à 1981, l'entreprise de transports Joyaux s'installe au rez-de-chaussée du bâtiment des semoules (bâtiment principal). Des quais de chargement sont alors construits sur la façade ainsi que trois grandes portes, à l'intérieur du bâtiment l'escalier en pierre est démoli et remplacé par un escalier en bois, aujourd'hui ce rez-de-chaussée est utilisé par des artistes pour préparer et entreposer des oeuvres volumineuse, le lieu se nomme le musée de monsieur P. Dans le bâtiment administratif se trouve deux sociétés : Gibimport service commercial, Sofrace société de commerce extérieur. Depuis la fermeture de l'usine le logement du chef du personnel dont l'entrée est située au 76 rue Johannès Carret est utilisé par le gardien de l'usine, monsieur Paget (entretien en juin 1999) qui est entré dans la société Rivoire et Carret en 1945. A proximité du site aux n° 25 et 29 du quai Paul Sédaillan se trouve deux immeubles où habitaient des ouvriers de la société dont monsieur Paget de 1950 à 1968, pas de logement patronal mais un appartement rue Pierre Corneille dans le 6e arrondissement de Lyon à proximité de la première usine et une maison de famille à Dompierre dans l'Ain . En 1945, Rivoire et Carret employait 600 employés, en 1960, 300 personnes. Le tombeau de la famille Rivoire et Carret se trouve dans l'ancien cimetière de la Guillotière (rue du Repos).

Description

Matériaux du gros-œuvre

Brique, résidu industriel en gros oeuvre, béton armé

Matériaux de la couverture

Tuile mécanique, verre en couverture

Description de l'élévation intérieure

2 étages carrés, étage de comble

Typologie de couverture

Toit à longs pans, croupe

Commentaire descriptif de l'édifice

¶Le site Rivoire et Carret se compose de bâtiments d'exploitation correspondant aux ateliers de semoulerie, aux salles de presses, aux ateliers de séchage, aux ateliers d'emballage, au magasin de stockage et d'exportation, une partie distincte (1925) qui correspond à l'imprimerie de l'usine où étaient imprimés tous les emballages et publicités des produits Rivoire et Carret, une cheminée d'usine en brique, un atelier de maçonnerie et menuiserie tout en rez-de-chaussée, séparé des autres bâtiments, un bâtiment (ancienne maison des sablières) à l'entrée de l'usine correspondant au service du personnel, un château d'eau avec une date portée sur la face sud (1925), une sortie sud-est rue Johannès Carret avec un raccordement ferroviaire à la gare de Vaise. L'atelier semoulerie comprend deux étages carrés, un étage de comble. Un toit débordant avec tuiles mécaniques, poteaux fonte, planchés. Le bâtiment des semouleries, l'imprimerie, le bâtiment administratif et le logement du chef du personnel ont été visités, le reste des bâtiments de production sont fermés.

État de conservation (normalisé)

Menacé

Protection

Référence aux objets conservés

IM69000294

Intérêt de l'édifice

À signaler

Eléments remarquables dans l'édifice

Atelier de fabrication ; machine de production

Observations concernant la protection de l'édifice

Le bâtiment des semouleries est d'un grand intérêt architectural : le planshister et les moulins broyeurs sont intégrés au bâti, ils rendent explicatif le fonctionnement de la fabrication des pâtes à partir de blé dur.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1999

Date de rédaction de la notice

1999

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Halitim-Dubois Nadine

Cadre de l'étude

Enquête thématique régionale (Patrimoine industriel)

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Région Auvergne-Rhône-Alpes - Centre de documentation du patrimoine - 59 boulevard Léon Jouhaux - CS 90706 – 63050 Clermont-Ferrand CEDEX 2 - 04.73.31.84.88

1/65
Usine de pâtes alimentaires Rivoire et Carret, puis Marché Commun du Meuble, puis Emmaüs
Usine de pâtes alimentaires Rivoire et Carret, puis Marché Commun du Meuble, puis Emmaüs
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Ville de Lyon
Voir la notice image