Château

Désignation

Dénomination de l'édifice

Château

Titre courant

Château

Localisation

Localisation

Alsace 68 Staffelfelden

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Cernay

Adresse de l'édifice

Mines (rue des) 61

Références cadastrales

1989 09

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Partie constituante non étudiée

Communs, ensemble agricole

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

16e siècle, 2e moitié 18e siècle, 1ère moitié 20e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1762

Auteur de l'édifice

maître d'oeuvre inconnu

Description historique

Le fief de Staffelfelden, au centre duquel se situe le château, est cité en 1310 (B. Metz, Alsatia Munita). En 1399, l'édifice est reconstruit ; il appartient alors aux nobles de Masevaux ; il est incendié en 1466 par les Suisses. Les armoiries figurant dans la cave font commencer son histoire architecturale avec les Rottersdorf : Anne de Rottersdorf épouse en 1544 Roch Mertz de Staffelfelden qui meurt vers 1563 ; Les biens passent ensuite aux Pabst de Staffelfelden. Le château actuel est vraisemblablement reconstruit ou fortement modifié par les Mertz et/ou les Pabst auxquels succèdent les Reding de Biberegg et, après la guerre de Trente ans, les nobles Baratin de Peschery. Vers 1730, on mentionne encore des fossés et une tour. Vers 1762, selon la date gravée sur la dalle armoriée au-dessus de l'entrée, le château est réédifié, mais sur la cave du 16e siècle qui est en partie au moins conservée. La cour surélevée serait peut-être le vestige d'une ancienne motte entourée par la cave du 16e siècle, elle-même surbâtie au 18e siècle. En 1733, la chapelle située au premier étage d'un corps de bâtiment accolé à la façade nord du quadrilatère, est reconstruite (Archives de l'ancien évêché de Bâle). Des communs sont bâtis en 1784. Vendu comme bien national sous la Révolution, le château passe à Daniel Schlumberger en 1820, puis à Paul Spengler au 20e siècle, enfin aux propriétaires actuels. Il a été touché lors des combats de 1944-1945. L'aile Est semble avoir le moins souffert (le sol des combles est seul resté couvert de tomettes). Mis à part les communs de 1784, l'ensemble agricole (hangar, écurie, étable) date de la 1ère moitié du 20e siècle.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Maçonnerie, brique, enduit

Description de l'élévation intérieure

1 étage carré

Commentaire descriptif de l'édifice

Le château s'élève au centre d'une zone limitée vers l'est par une légère dépression, vestige du fossé : le château primitif du 14e siècle était sans doute du type " wasserburg ". La cave haute se compose de grandes salles dont le plafond est soutenu par des colonnes de pierre ou des poteaux de bois. Le plan général de l'édifice est quadrangulaire, comprenant 3 ailes autour d'une cour surélevée. Sur cet édifice rectangulaire se greffe une aile adjacente, légèrement saillante sur le gouttereau Est, comprenant à l'étage une grande salle (ancienne chapelle) dont le plancher est d'un niveau légèrement inférieur, bien que les fenêtres soient alignées. Entre les ailes est et ouest, du côté nord, le rez-de-chaussée s'ouvre sur la cour. L'étage a eu pour simple fonction de servir de corridor entre les ailes est et ouest. On accède dans l'édifice par un large escalier extérieur droit (côté nord). Le décor extérieur de l'aile d'entrée date vraisemblablement du 19e siècle, avec les logements des flèches d'un pseudo pont-levis. Sur la dalle au-dessus de la porte, figurent les armoiries sculptées des Peschery avec la date de 1762. La dalle d'origine a été remplacée par une copie moderne. Depuis la cour, 2 escaliers donnent accès à l'étage : dans l'aile sud, un escalier tournant à retour à balustrade du 18e siècle, et un second escalier dans l'angle nord-est, du 19e siècle (?) , mène à la grande salle. A l'étage, la décoration intérieure refaite au 19e siècle comprend des cheminées à la française et des faux lambris stuqués, avec lambris d'appui en bois.

Technique du décor des immeubles par nature

Menuiserie, décor stuqué

Commentaires d'usage régional

Lambris,cave haute,colonne,château sur motte,château de plaine à douves

État de conservation (normalisé)

Mauvais état

Protection

Référence aux objects conservés dans l'édifice

IM68008087

Intérêt de l'édifice

À signaler

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1998

Date de rédaction de la notice

1999

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Jordan Benoît, Wehr Marie-Hélène

Cadre de l'étude

Inventaire préliminaire

Typologie du dossier

Dossier individuel