Église paroissiale Sainte-Colombe

Désignation

Dénomination de l'édifice

Église paroissiale

Vocable - pour les édifices cultuels

Sainte-Colombe

Titre courant

Église paroissiale Sainte-Colombe

Localisation

Localisation

Grand Est ; Haut-Rhin (68) ; Hattstatt ; rue du Bourgrain

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Alsace

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Rouffach

Adresse de l'édifice

Bourgrain (rue du)

Références cadastrales

1986 01

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En village

Partie constituante non étudiée

Cimetière

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

2e moitié 11e siècle, 2e quart 12e siècle, 2e moitié 15e siècle (?), 18e siècle, 4e quart 19e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1721, 1882

Auteur de l'édifice

maître d'oeuvre inconnu

Description historique

Bien qu'ayant subi de nombreux remaniements au cours des siècles, l'église Sainte-Colombe est une des plus anciennes églises d'Alsace. Sa nef à trois vaisseaux séparés par des grandes arcades, remonterait à la 2e moitié du 11e siècle (les trois vaisseaux étaient à l'origine couverts chacun d'une toiture indépendante, mais un seul grand toit les remplaça à une époque plus tardive, supprimant l'éclairage donné par les fenêtres hautes du vaisseau central ; ces fenêtres hautes avaient été murées, puis dégagées, mais elles ne donnent pas de lumière, car elles ouvrent sur le comble de la nef). Les fenêtres des bas-côtés furent alors agrandies. Le clocher occidental fut ajouté pendant le 2e quart du 12e siècle : les arcades aveugles en plein cintre sont proches de celles ayant orné les tours de l'église abbatiale de Marbach, située dans une commune voisine (à Obermorschwihr). Le choeur roman fut remplacé par un choeur gothique, vraisemblablement au 15e siècle. La porte latérale du bas-côté sud porte les armoiries gravées de Henri de Hattstatt (mort en 1500) et de sa femme Catherine de Stauffenberg, décédée en 1531. Ces armes indiquent sans doute la réalisation de travaux à la fin du 15e siècle. D'importants travaux de rénovation furent entrepris en 1719, en particulier la pose d'un plafond stuqué, daté 1721 (cartouche au-dessus de l'arc triomphal, aux armes de Jean Daheville, procureur au Conseil Souverain d'Alsace et bienfaiteur de la paroisse, d'après A. Scherlen). En 1771 surhaussement du clocher. En 1882 ajout d'un niveau néo-Renaissance et d'une flèche. Rénovation importante à partir de 1987.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Grès, moellon, enduit, pierre de taille

Description de l'élévation intérieure

3 vaisseaux

Commentaire descriptif de l'édifice

Clocher au 1er niveau en pierre de taille, les deux niveaux supérieurs en moellons, sont ornés d'arcades en plein cintre aveugles (partiellement conservées). Au-dessus un niveau en pierre de taille ajouté en 1771 et le dernier niveau datant de 1882, avec une flèche. Le rez-de-chaussée du clocher est voûté en berceau, les murs ornés d'arcades en plein cintre. Au 1er étage porte en plein cintre vers la tribune, arcades en plein cintre sur les murs. La nef à trois vaisseaux séparés par des grandes arcades en plein cintre est couverte d'un plafond stuqué de 1721. Les chapiteaux cubiques des grandes arcades ont été très abîmés. Sur le bandeau limitant le 1er niveau de la nef, au-dessus de la peinture de l'Arbre de Vie, inscription concernant une dame Fridela qui aurait fait transféré cette pierre dans l'église à une date inconnue. Le bas-côté nord englobe le niveau inférieur du clocher, visible à l'intérieur (en pierre de taille) ; au sud le bas-côté compte une travée de moins (a-t-elle été supprimée ou n'a-t-elle jamais existé ?). Les deux dernières travées sont percées de deux grands arcs brisés (remaniés) , ouvrant sur un transept bas, non saillant. Le choeur est voûté d'ogives, à moulures doubles, retombant sous forme de colonnes sur des culots incurvés. Ecus vierges sur les clefs de voûte. Fenêtres à réseaux gothiques sauf dans les pans coupés de l'abside. Portes en plein cintre vers les sacristies : au sud la sacristie est voûtée d'arêtes ; elle comporte un lavabo en pierre dans le mur est, avec écoulement vers l'extérieur et niche rectangulaire chanfreinée.

Technique du décor des immeubles par nature

Peinture, décor stuqué

Commentaires d'usage régional

Arcade en plein-cintre,porte en plein-cintre,colonne,transept

État de conservation (normalisé)

Restauré

Protection

Date et niveau de protection de l'édifice

1984/04/17 : inscrit MH

Précision sur la protection de l'édifice

En totalité.

Référence aux objets conservés

IM68007567, IM68007570, IM68007563, IM68007552, IM68007565, IM68007553, IM68007557, IM68007566, IM68007568, IM68007569, IM68007555, IM68007560, IM68007562, IM68007561, IM68007556, IM68007572, IM68007558, IM68007571, IM68007551, IM68007554, IM68007559, IM68007564, IM68007855, IM68007573, IM68008675, IM68008674

Intérêt de l'édifice

À signaler

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1996

Date de rédaction de la notice

1996

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Scheurer Marie-Philippe

Cadre de l'étude

Inventaire préliminaire

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Région Alsace - Service de l'Inventaire du Patrimoine culturel Palais du Rhin - 2 Place de la République 67000 Strasbourg - 03.88.15.38.31